Nalec

Role play Nalec de Pilmaldur chef des Flammes du Phénix
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 L'amour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: L'amour   Mar 28 Aoû - 16:35

Nalec était penché sur ses notes, sa tête soutenue par son bras, coude sur la table. Une chandelle posée sur le bureau constituait la seule lumière dans la pièce. Il faisait noir au dehors, il était près de minuit. Il poussa un soupir, sa concentration le quittait. Il regarda la nuit au dehors, et sans surprise, il repensa soudainement à cette nuit là dans l'auberge. L'auberge de Gravoska, sa toute première tribu, et la bataille qui avait eut lieu à ses portes. Il se rappella le sang, les blessés, le feu et la mort. Mais dans les plus profondes ténèbres, apparait la plus grande lumière. Cette bataille il s'en fichait bien, ce n'était plus qu'un souvenir comme tant d'autres. Pourtant elle lui revenait sans cesse en mémoire, jamais il ne pourrait l'oublier. Il se souvenait des blessés qu'il avait secouru après la bataille, il se souvenait d'elle parmis eux, et il se souvenait du baiser qu'elle lui avait offert après qu'il l'ait secourue.

Il poussa un râle et prit sa tête dans ses mains, puis n'en pouvant plus de doutes, il donna un violent coup de poing au bureau, qui se brisa.

Quelques jours plus tard, je m'enfermai dans ma chambre et me parlai à moi même.


Bon Nalec, là y a un problème. Pourquoi ça te tracasse autant? C'est pas la première fois qu'une femme t'embrassait. Oui mais elle c'était la première fois qu'elle m'embrassait. Et alors? Est ce que c'est différent parce que c'est elle? Oui bien sur, elle est différente, elle est......

Personne ne me vit ce jour-là, je restais dans ma chambre à réfléchir, à me parler et comme la journée tirait à sa fin, je du avouer la vérité. Je l'aime.

Le lendemain on retrouva mon lit brisé en deux. Et bien que je sois de nouveau présent, je ne parlais que très peu. Maintenant que j'avais avoué que je l'aimais, il me fallait savoir quoi faire avec elle, car j'allais surement bientot la revoir. Mais la seule chose à laquelle je pensais c'était tous les jours que j'avais passé en sa compagnie, et qui étaient pour moi des jours importants bien qu'alors, je n'avais pas su pourquoi. Je ne pouvais espérer la séduire, pas elle, surtout qu'étant amoureux, j'allais surtout me ridiculiser. Le fait que je sois amoureux m'était difficilement concevable, et toute la journée je digérai cette nouvelle. Le lendemain, je me réveillai couvert de sueur, mais j'étais encore plus surpris par le fait que j'ai réussis à m'endormir.
J'avais pris ma décision. Je fis donc mes bagages, et partit en direction du village de celle que j'aimais. Après un temps trop court, j'arrivai devant la porte. Et là mon coeur défaillit et je voulus faire marche arrière. Mais à ce moment la porte s'ouvrit, et comme porté par le vent, j'entrais sans même le vouloir. Là je vis au loin, droit devant moi, le chateau de la reine. Je pris mon courage à deux mains et entra dans par la herse. Là je me rendis furtivement dans une chambre, en faisant en sorte de n'être vu par personne. Je fermai la chambre et enfilai les habits que j'avais apporté. Une tunique d'argent, qui faisait penser par sa couleur à la lune, avec cependant quelques gemmes brillantes. Puis par dessus,je mis mon armure d'or, mais l'or en était à présent terni, et j'étais si lent à mettre mon armure, que je ne pris pas le temps de la nettoyer. Mon épée était ceignit dans le dos afin de ne pas déchiré ma tunique d'elfe.

Puis, ainsi, en habits d'apparat, je sortis de la chambre, et d'un pas ferme, me dirigeai vers la salle du trone. Je connaissais le chateau par coeur, et je marchais vite, très vite, tout en tremblant. Et très vite j'arrivai à la porte. La porte s'ouvrit sur un large couloir avec des statues de pierres et de belles tapisseries, mais je ne pouvais pas regarder, j'étais arrêté net. A l'autre bout du couloir je voyais la grande porte, richement décorée, qui menait à la salle du trone. Dessus était gravé de nombreuses runes qui scintillait comme la lumière de la lune les éclairait. Je me rendis alors compte, que j'avais mis tout une après-midi pour enfiler ma tenue, tellement j'étais angoissé. Mon coeur battait à tout rompre, je voyais son visage comme si elle se tenait devant lui. Je fis un premier pas avec difficulté, puis un autre. Mes jambes étaient de plombs, et j' avais si peur du refus qu'à nouveau l'idée de faire marche arrière vint à mon esprit. Non, je l'aime, et cette amour n'allait certainement pas resté secret, je ne pourrais pas vivre sans elle, j'ai besoin d'elle, je l'aime trop. J'avançai alors avec toute la force de ma volonté. Arrivé à la porte, je n'avais plus un poil de sec. Mais j'étais décidé.J'ouvris.


Je me trouvais dans la vaste salle, de hautes fenêtres, un grand nombre de courtisanes et de servitueurs. Mais surtout, au bout de la salle, droit devant moi, un grand fauteuil, fait de nacre et d'argent. Elle était là, et mon regard croisa le sien. Tout stress me quitta, plus aucune peur, je savais ce qu'il y avait à faire. Je me redressai de toute ma hauteur, sortis son épée lentement de derrière son dos. Puis d'un pas ferme et lent, je se raprochai de celle que j'aimais plus que tout, et sa beauté emplit son regard.

Devant elle, je m'agenouilla, la tête vers le bas, mon épée posée sur le sol face à elle. Tout en relevant ma tête et en sortant de ma poche une bague en diamants je lui dis.




Yureka, mon amour, voulez vous m'épouser?

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: L'amour   Mer 30 Déc - 14:00

posté par Laura.

La journée avait été difficile. Bons nombres d'espions avaient été vu de part et d'autres de la cité. Il fallait donc agir vite et correctement afin de se préparer à d'éventuelles attaques à outrance.
La Déesse de ces lieux mit en place de nombreuses stratégies avec ses chefs d'armées afin de pouvoir essuyer les différents Fronts. Des coursiers étaient également dépéchés dans tous les Fiefs afin de rassembler un maximum d'hommes, de cheveaux, de béliers et d'instruments de destructions pour faire face aux guerres ouvertes.
Il se faisait tard, la magicienne se faisait chouchouter par ses courtisanes, tout en donnant diverses instructions aux alchimistes de renom de Limblum qui concoctaient un tout nouveau type de philtres.


C'est un travail très fatiguant à assumer toute seule... Je n'en peu plus. Mais bon, ainsi va la vie et en temps que de race Elfique, c'est encore loin d'être terminé.

Elle avait lancé cette phrase précisemment pour "piquer" les Généraux qui complotaient depuis un certains temps au renversement du Trône, cependant, ce qu'ils ignoraient, s'était qu'elle était au courant. Ils été certes très doués dans les domaines de gérer des troupes, de maniement d'armes, de donner des directives, d'entrainement physique intensif mais aucuns d'eux ne supportaient de recevoir des ordres de ce qu'ils considéraient comme le sexe faible.

Ma vie d'Elfe doit sembler une éternité pour vous n'est ce pas Messire Gabh ? Des générations et des générations humaines se sont écoulées devant mes yeux. Aucun humain ne peu rivaliser avec mon savoir et ma sagesse. Elle appuya les derniers mots, histoire de bien se faire comprendre. Ce n'était pourtant pas sa nature de discriminer les autres races, mais là il fallait remettre les choses au clair.

Cela avait portait ces fruits. Le général Gabh acquiessa et lança un regard interrogatif à ses "compères" tous abasourdis par cette interlocution de la Sorcière.


Vous pouvez disposer.

Les Hommes de mains d'exécutèrent sans attendre. Elle carressait du bout des doigts son Trône de nacre, matière qu'elle appréciait beaucoup, surtout pour la fraicheur que cette pierre délivrait en permanence, un peu comme le marbre.

Surtout que par cette chaleur malgré un départ de nuit, il faisait bon de se rafraîchir.
Elle avait reçu un présent d'un scribe d'une contrée éloignée qui avait confectioné une chose superbe pour se rafraichir, un "therme" qu'il appelait ça. C'était en fait, une sorte de gros récipient fait de pierre et de marbre que l'on creusait dans le sol des jardins et que l'ont remplissait d'eau fraiche. Deux problèmes majeures cependant. Le premier, il fallait changer l'eau souvent, sinon une certaine odeur se dégageait du fait du tarrissement. Le deuxième résidait que l'eau se réchauffait rapidement par ces grosses chaleurs. Et puis, la sorcière ne pouvait pas passer ses journées dans ce "therme".
Par ce fait, en ses lieux, l'Elfe ne portait pas la tenue qu'elle pavanait à l'extérieur. Elle abandonnait ses habits bleus et moulant pour une douce et délicate robe de satin jaune doré, épousant ces formes à la perfection et qui lui permettait d'avoir moins cette sensation d'étouffer.
Cette robe partait du bas des épaules pour longer ses bras, puis, semblait inexistante de l'aisne à sa poitrine. Elle reprennait du milieu de cette dernière jusqu'au haut des hanches pour reprendre du bas-ventre aux chevilles, laissant ainsi à vue son nombril.
Derrière la magicienne, la robe partait des épaules mais laissait le dos à nue, se continuant sur les cotés, pour reprendre au dessus de son fessier. La partie des jambes était ouverte à l'arrière, laissant l'air circuler librement.
Cette tenue lui permettait de se sentir à l'aise tout en faisant miroiter la splendeur et la grâce des Elfes et de leurs habits de Satin. Cette robe provennait d'un ancien héritage elfique. Ce n'était d'ailleurs pas à proprement parlé du Satin mais un mélange de ce dernier avec une matière disparue, qui donnait une bonne résistance à l'habit.
Le Paraître d'une chef de village se devait être irréprochable à ses habitants. D'ailleurs, tous la considérait comme Terrifiante mais Magnifique à la fois. Chose assez paradoxale, car ils savaient tous qu'elle aimait et chérissait plus son peuple qu'un autre chef ne pourrait le faire, ils vivaient tous merveilleusement bien, sans jamais manquer de quoi que ce soit.

Ses cheveux également, n'étaient pas détachés comme à l'acoutumé. Ils étaient lissés puis attachés d'une façon d'où le visage de la centenaire brillait de mille feux tout en parraissant serein. Les cheveux étaient également enduis d'une substance qui les rendaient très brillant un "après-lavage" qu'elle appelait ça. Encore l'une de ses inventions.
Cependant, les yeux saphirs perduraient éternellement tristes.


Cette Noble Demoiselle n'était autre que Yureka.


Qui va là !!! La porte d'entrée venait encore une fois de s'ouvrir, et Yureka, malgré ses yeux perçants ne reconnut pas tout de suite l'Être qui venait de rentrer.

Cet Elfe, car il s'agissait bel et bien d'un Elfe, venait de s'agenoullait devant ses pieds. Qui cela pouvait il être ? Il était magnifique, jamais elle n'avait vu de plus bel Elfe de sa courte vie elfique. Il arborait de superbes habits, qui, bizarrement, resonnaient en osmoze avec la robe dont Yureka était vêtue.

Le preux Elfe marquait toujours son temps d'arrêt, tête baissé. C'est alors qu'il prononça Six mots qui résonnèrent dans la tête de Yureka comme un chant mélodieux.


Yureka, mon amour, voulez vous m'épouser?

Cette voix ne lui était pas indifférente, elle l'a connaissait trop bien.

Na... Nalec ? Comment... Pourquoi... maintenant ? Qu'est ce qui... ?

Le secret que la Magicienne gardait en elle depuis bien des mois maintenant, depuis le jour où elle fut secourut après une épique bataille, ressortit. Une douce chaleur l'énivrait, une impression de tounit. Ses yeux saphirs brillaient, ne semblant plus triste, on voyait même pour la première fois de la joie dans ce regard, des larmes chaudes perlaient. Un sourire fendit son visage.

Moi qui croyait... Snif... Moi qui pensait... Que tu ne t'interesserais jamais à moi... Tout ce temps à te faire du charme, à t'aguicher... à te séduire ! Tu ne t'interessais qu'aux autres, aux femmes faciles, aux filles de joies... Enfin tu me désires !

Mais... Est ce pour ce que je suis ? Ou pour ce à quoi je ressemble ? Mon Être ou mon Paraitre ?


Toute la salle autour semblait admirative. Personne n'avait vu leur Chef dans cet état.
Elle étraignait Nalec avec temps de force, que si elle était plus costaud, elle lui aurait surement pétée deux ou trois côtes.

Sans attendre de réponses, elle repoussa la bague de la Main de Nalec, lui ouvrit la main, glissa la sienne paume contre paume. Son autre main faisait le tour du cou de Nalec, en attirant inévitablement sa tête contre ses lèvres. Elle l'embrassa avec temps de fougue, elle ne voulait plus lacher celui qu'elle avait choisit il y avait déjà bien longtemps...













hrp : J'ai mis le temps pour répondre à ce RP. Jamais mis autant de temps je l'avoue. Pas loin de trois ans il me semble (j'ai un peu perdu la notion du temps). Cependant, je tenais à répondre à cette demande. Ne voulant pas le gacher à l'époque, je l'ai plus ou moins mis de côté, espérant qu'un jour, quelque chose de "magique" me traverserait l'esprit. Moment que j'ai eu aujourd'hui, après mon sursaut de Mélanco-Allergie lors de mon retour en France pour me rememorrer mes souvenirs Rolistiques.
Quelle suprise d'ailleurs quand je vois les fautes que je faisais à l'époque... J'en pleure Very Happy

Non, blague appart, là où j'ai réellement laché une larme, c'est sur la qualité de nos Role Play. Toute cette magie que je n'avais pas vu ailleurs. Et que je n'ai pas revu d'ailleurs.

Si tu souhaites répondre à ce RP (ce que j'espère), j'aimerai d'abord qu'on finisse celui de la leçon de Magie. J'y tiens, j'aime pas mélanger les RPs (là je l'ai fais car j'avais enfin une idée claire de ce que je voulais comme réponse pour cette magnifique demande en Mariage).

J'espère avoir comblé tes besoins de l'époque en répondant par la positive. Et je compte sur toi (nous ?) pour faire de ce RP, le plus beau, le plus magique possible.

Merci Wink

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
 
L'amour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» GIFI un amour de caniche toy femelle de 10 ans (34)
» la faim plus fort que l'amour
» Barikad Crew-- Amour Infini-- Honneur à la femme haitienne
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]
» L'amour dans Bilbon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nalec :: RP :: Rp perso-
Sauter vers: