Nalec

Role play Nalec de Pilmaldur chef des Flammes du Phénix
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Maltaur ( forêt d'or ) Anrilwen partie1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Maltaur ( forêt d'or ) Anrilwen partie1   Mer 26 Déc - 23:11

INTRODUCTION

Je suis né homme, et revenu du pays des morts, j'étais devenu un elfe, serviteur du phénix, au charisme et aux pouvoirs encore incontrolables pour un simple esprit de mortel. Je menai mon peuple dans le nord, où je savais qu'un royaume bienheureux existait, j'ignorais qu'il était elfique. Mon peuple fut acceuillis chaleureusement, rarement on avait vu des hommes dans ce pays là, et les elfes leur portèrent un intérêt particulier. Moi, c'est le roi qui me considéra particulièrement. Sans être corrompu, j'étais doté de faculté bien plus grande qu'aucun autre être de ma race. Il m'apprit comme un enfant elfe ce que je devais savoir, connaissance des plantes, des coutumes, de notre passé, des animaux, des métaux, mais je n'étais doué que dans une seule matière.

Mon épée était fine, légère, mais indestructible. Je pouvais la manier du poignée, et je compris vite que ma force, mon agilité et ma rapidité, n'avaient rien à voir avec mes muscles ou mon corps. Quelque chose d'autre me donnait cette incroyable puissance. Très bon combattant malgré ma jeunesse, stratège et chef charismatique, je montai vite dans l'estime de la cour royal. Mon esprit de mortel s'émerveillait de tout celà, mon orgueil s'agrandit. Le roi de Dhilvalars, le royaume où je demeurais, s'en rendit compte. Il devait changer mon esprit, afin que je puisse réfléchir et raisonner comme un elfe, avec sagesse, afin de devenir un noble dirigeant. Ainsi m'envoya t-il dans une tribu sylvanienne afin de parfaire mon apprentissage et mon changement. J'allais pour la première fois rencontrer les sylvaniens .

Ce peuple était décrit dans de nombreuses légendes. A la fois sage et beau, on considérait leur pays comme merveilleux et sans défaut. Peu savent pourquoi les sylvaniens sont tant décris dans les archives du royaume elfique. Moi qui était dans la confidence du roi, je comprenais bien cet attachement... Composés de diverses créatures mystiques, ils connaissaient tous les secrets de la nature, et l'aimaient et la protégeaient. Ainsi, les forêts sylvaniennes étaient parcourus par des centaures, des dryades, des ents, des golems, des fées, des gnomes, de rares pégases ou de rares dragons. Quelques élémentaires de la nature également, lorsqu'ils voulaient bien se montrer.Il y avait également des elfes, corrompus ou convertis à une certaine forme de magie. Des elfes avec des ailes dans le dos, ou des elfes à la peau verte comme l'herbe sur laquelle ils marchaient, ou la peau violette, ou pouvant vivre dans l'eau. C'est ainsi, que le peuple sylvain était. Perdus dans un coin de la nature qu'ils rendaient céleste.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix


Dernière édition par Nalec le Mar 30 Déc - 22:19, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Maltaur ( forêt d'or ) Anrilwen partie1   Jeu 27 Déc - 0:13

Je pressai le roi de me laisser partir seul, et obtint son accord. Aussi exité qu'un enfant, je parcourais prestament les plaines vertes et les collines qui me séparait de ce territoire. Le royame de Maltaur était une gigantesque forêt, au terrain très inégal, où la ville, la nature et la terre elle même, semblaient en perpetuel mouvement, du moins était-ce ainsi que l'on me le décrivait. Je m'épatais de ma nouvelle force, mon endurance. Je pouvais me passer de dormir, courir toute la journée, régulièrement, à une vitesse qui ne cessait de me surprendre.

Mais à force de voyager, je découvris les véritables capacités de mon nouveau corps, je pouvais courir toute la journée sans sentir la fatigue ni la douleur, et je découvris le sommeil elfique. Je dormais tout en marchant. De même je pouvais me passer de nourriture, ou d'eau. Mais les vivres que j'avais apporté étaient si savoureux, du moins d'après moi, que je ne pouvais résister bien longtemps. Après deux semaines de marche à pied, j'aperçu au loin la forêt d'or, et souris encore plus. Mais dans la soirée, à la lumière des étoiles, je vis quelque chose, ou plutot quelqu'un, courir éperdument sur l'herbe verte, venant apparement de la forêt. Je me levai de ma couchette, et courus vers la silhouette. Je la vis s'arrêter de courir, marcher, tituber, et finalement s'effrondrer sur le sol. Je l'atteins quelques minutes après.

C'était un homme, les vêtements et les cheveux à moitié calcinés. Mort. Le visage crispé dans une expression de terreur, les yeux grands ouverts. Je me redressai subitement, et fis le tour de moi même, inquiet, l'épée à nue dans ma main. Rien, le silence, le calme froid de la nuit. Cependant, une pâle lueur survenait, loin devant moi. Le faible scintillement, à la lumière de la lune, d'un tissu étrange. Je me concentrai dessus longuement pour parvenir à cette conclusion. Je partis reprendre mes affaires, brulai le corps de l'homme, et courus vers cette étrange lueur.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix


Dernière édition par Nalec le Mar 30 Déc - 22:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Maltaur ( forêt d'or ) Anrilwen partie1   Jeu 27 Déc - 13:56

Je découvris le corps d'une femme étrangement vêtue. Son visage ne ressemblait en rien de ce que j'avais déjà vu. Mi-animal mi-elfe, tendre, doux. Aussi petite que le plus fourbu des hommes, elle avait la corpulence d'une enfant elfe, avec toutefois semblait-il, plus d'élégance. Les yeux clos, elle respirait faiblement. D'une beauté comparable à celle d'une elfe, je me doutais sans en être certain, qu'il s'agissait là d'une sylvanienne. Je soulevai son corps, la porta sur mon dos, reprit ma marche vers la forêt.

En deux jours, j'atteignis la forêt, et je marchais inlassablement, descendant des pentes trop ardues pour ma blessée, gravissant des collines trop haute pour mes jambes harassées. L'eau s'épuisa, car je me devais de faire boire à chaque heure ma protégée. Heureusement, après une journée passée dans la forêt, j'entendis le son clair de l'eau gambadant sur la terre. Le ruisseau était large mais très peu profond, un chat aurait pu traversé sans peine. Cependant il dévalait une colline, et du haut de celle-ci, je vis un lac. Je pris la sylvanienne dans mes bras, la serrai contre moi, et sautai pour dévaler la colline sur le dos. Je m'attendais à avoir le dos labouré par les pierres, mais je ne ressentis aucune douleur, les feuilles formaient comme un tapis sur mon passage. Atteignant le lac, je fis boire ma blessée, et me maudis à nouveau de ne pas avoir apporté de cheval. Je lancai un sifflement strident dans les airs, appellant en vain quelque animal qui puisse m'aider.

Deux louveteaux finrent à moi en courant, les yeus brillants et la langue dehors, me dévisageant joyeusement. Je fus surpris et content, de trouver là pareils animaux. En effet depuis deux jours, celà me tracassait. Il n'y avait dans cette forêt, ni chant d'oiseaux, ni trace de bète, ni cadavre d'animaux mangés, rien qui puisse donner signe d'une quelconque vie... Bien que n'ayant pas la carrure ni l'habileté suffisante pour m'être utile, ils se révèlèrent de très joyeux compagnons. Se chamaillant l'un l'autre, tournant sur eux mêmes pour attraper le bout de leur queue, se donnant des postures comiques sur les feuilles automnales. Ils se révélèrent également très utiles, car ils m'apprirent que je voyageai à présent dans le royaume sylvanien de Maltaur, et que j'avais déjà dépassé les premières habitations de la ville. Je leur demandai alors de quelle ville ils parlaient, ils me répondirent de regarder tout autour de moi. Je regardai. Le calme de la forêt m'envahit, mon doute m'abandonna. Tout allait bien.

Les louveteaux me conduisirent à ce qu'ils appellaient "la grande maison". Je suivais leur pelage gris, tirant sur le bleu nuit. Au bout de deux heures, je me trouvai soudainement nez à nez avec un arbre gigantesque. Aussi haut que le grand de tous les arbres, sois environ 20 fois ma propre hauteur,mais il était gigantesque de par sa largeur, il était large d'autant que la moitié de sa hauteur, avec en son sein, un trou béant donnant sur les profondeurs du sol. Mes compagnons remuèrent la queue, heureux. Moi je tirai mon épée, et m'assurant que ma protégée était bien sur mes épaules, j'avançai prudement.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Maltaur ( forêt d'or ) Anrilwen partie1   Ven 28 Déc - 20:10

La sueur coulait sur mon visage, perlait chaque parti de mon corps. Elle respirait toujours faiblement. Les louveteaux face à moi, je les suivais, trébuchant et titubant. Le chemin que j'empruntais était couvert, bas de plafond, suffisament large pour permettre à 5 personnes comme moi de marcher de front, et il allait en s'élargissant. Je compris assez vite que c'était de la terre et des plantes qu'il y avait tout autour de moi. Une limière dont la source était inconnue provenait du fond du couloir.

Sortant du couloir, les louveteaux s'étaient arrêtés, et restaient sagement assis par terre. La vision qui s'offrit à moi fut merveilleuse. Je venais d'entrer dans un palais sylvanien, fais de terre, de plantes, d'animaux vivants, d'arbres vivants et d'une multitude de vie que je ne connaissais guère. Incroyablement haut de plafond et large, la première salle réunissait tout, loin à ma gauche, les tables pour le repas, à ma droite tout aussi éloignés, les lits de fougères. Les lumières vertes, violettes, rouges venaient d'au dessus de moi. Des petites fées telles des lampes de toutes les couleurs volaient en s'amusant, changeant la luminosité de la pièce sans cesse. A mes pieds des fleurs d'or s'élevaient et disparaissaient presque aussitot, le sol ne cessait de se transformer et de vivre. Il y avait de l'animation, des mouvements partout, et de la musique ennivrante. Tout était d'une vivacité et d'un naturel que je ne peux décrire par des mots.

Mais soudainement tout cessa, et mon admiration total, ne fut que satisfaite, car sans tous ces mouvements, je pouvais admirer plus aisément ce qui m'entourait. Et peu à peu je vis le peuple autour de moi s'avancer vers moi, j'en étais heureux. Tout le monde venait vers moi, vraiment tout le monde. Et ce silence... Je compris lentement, mais surement, que l'atmosphère venait de changer, le charme se rompit, et je redevins sérieux et combattif. Je me rendis compte que j'avais laissé tomber le corps de ma blessée, et crut voir là la cause de cette tension environnante.


Bonjour à tous, je me nomme Nalec, humble ambassadeur de Dhilvalars. Veuillez m'excuser, je transporte une blessée, mais la beauté et la superbe de vo...
Yrch, angatir !"Orc, coeur de fer". Une insulte pour les parias et les traites.
Ecoutez, je ne l'ai pas fais exprès, j'en suis sincèrement désolé...Je m'en voulais de cet erreur, mais plutot que de s'énerver sur moi, il valait mieux se précipiter à son chevet.
Que quelqu'un l'aide, et vite, je n'ai pas le pouvoir de la guérir, je n'ai vu aucune bles...
Crétin d'elfe! Comment oses-tu amener un cadavre en ce lieu béni?!
Elle n'est pas morte vieillard!Je vis enfin celui qui me parlait, un petit être rabougri, de longs poils lui sortant de ses larges oreilles, un air bougon, des rides de soucis et d'énervement plein le front, les points serrés, le teint brunatre tirant vers le gris, une peau semblable à des racines nouées ensemble.

Tout à coup, tout le monde s'arrêta de bouger et se tourna vers le fond de la salle. J'étais agenouillé près de la blessée, je n'avais pas vu ce qui attirait leur attention. Je la reposai délicatement à terre, et serrai mon épée dans ma main. Une lueur de défi dans les yeux, grand, fier, arborant épée et armure, j'étais prêt au combat. Le roi venait de se lever de son trone, au fond de la pièce. Je n'y avais pas fais attention jusqu'alors, il était trop loin pour ça. Il avançait vers moi lentement, avec une assurance, un calme, et une puissance affichées. J'étais énervé de sa lenteur, elle était blessée !

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Maltaur ( forêt d'or ) Anrilwen partie1   Sam 29 Déc - 15:39

Nalec, homme-elfe, ton injure envers notre peuple est inqualifiable.
Je suis également très heureux de vous rencontrer roi sylvain.Des cris et sifflements stridents s'élevèrent de la foule.
Ton arrogance n'a d'égal que ta stupidité. C'est un cadavre que tu apportes dans mon palais.
Elle respire en...Une magie que j'ignorais m'obligea à me taire.
Son corps a beau vivre faiblement, celà fait bien longtemps que son esprit est parti.
Son corps doit à présent être amené au Nenrist. Elle s'est sacrifié pour nous sauver, elle mérite tous les honneurs possibles.

Le roi leva le bras vers moi. Une incroyable force écrasa mon corps, me coupant brutalement la respiration, et me projetant violement contre un mur, où je fus resté cloué sous l'effet de cette force magique. Le roi porta le corps de la jeune femme, et s'avança vers la sortie. Mon épée était à terre, le vieil homme fourbu voulu la ramasser.

Le contact de la poignée lui brula la main, et provoqua des étincelles, je me concentrai sur ma lame, et de sa propre initiative, elle s'envola et vint dans ma main. Aussitot des flammes jaillirent de tout mon corps, me couvrant entièrement, brulant le mur de plantes derrière moi, et répandant une chaleur terrible et inconnue pour cette pièce.


Nalec, maitre des flammes, que cherches-tu à faire?
Pourquoi dites vous qu'elle est morte, vous semblez sage, vous ne pouvez n'avoir d'explication.
Son esprit fut consumé par les démons de feu, le corps est là, mais rien ne l'habite. N'importe lequel de mes sujets le voit et le sait. Votre méconnaissance est inqualifiable, vous avez transporté avec vous un cadavre, c'est une honte! Son sacrifice mérite d'autres honneurs.
Il y a un peuple non loin d'ici, qui nous persécute et nous chasse, elle est allé les faire fuir, s'est sacrifiée pour celà. Notre peine est grande.

Morte?! Je n'arrivais pas à le croire, et pourtant... La voix, l'assurance, la sagesse de ce peuple, rien ne pouvait les mettre en doute. Je comprenais leur colère, et compris que je devais partir. J'étais chassé. Je pris le couloir, et courrut pour sortir. Une fois au bout du tunnel, je compris ce qu'était une ville sylvanienne. Les arbres, d'une incroyable hauteur, les bras formés de branches, le tronc comme corps, un visage vert fait d'écorce, de lichen et de mouusse. Les arbres se déplaçaient, vivant, les feuilles et les branches roulaient sur le corps, et formaient ainsi une maison. De grands arbres, aux branches innombrables, d'une largeur comme j'en avais jamais vu. Ils me dévisageaient tous, si grands, si puissants, l'immortalité était ancrée dans leur yeux.

Je n'étais pas préparé à tout ça. Je n'étais qu'un simple guerrier, expert en combat, pour achever des vies. J'étais face à l'inconnu, à quelque chose de trop grand, trop beau, inexplicable pour mon esprit mortel. Ce que j'avais d'elfique était émerveillé, mais ce que j'avais de mortel était effrayé. Tétanisé, je n'osais faire le moindre mouvement. Un des géant me fit signe avec son bras de continuer ma route. Je repris alors ma course, oubliant la fatigue, je courais tel un cerf en fuite. Je ne m'arrêtai qu'à la tombée de la nuit. Couvert de sueur, je m'effrondrai sur le sol couvert de feuilles, et m'endormi.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Maltaur ( forêt d'or ) Anrilwen partie1   Mar 1 Jan - 20:15

Je me réveillai en sursaut, épée en main, bondissant en arrière, cherchant tout autour de moi mon ennemi. Rien. Pas un bruit. Pas un mouvement. Hormis cette sensation désagréable. Excité, l'esprit éveillé et attentif. Finalement j'entendis le son d'une explosion. Rapide, nette, et lointaine. J'hésitai quelques secondes, et finalement courus dans sa direction. Mon esprit excité avait voilé la douleur de mes muscles et la fatigue de mon corps tout entier. Mais je pouvais tenir, je le devais.

Gravissant une colline, je parvins à voir depuis son sommet ce qui m'avait réveillé. Je découvris un important groupe d'hommes, environ quatre vingts, accompagnés de buffles, de vaches, de chevaux, portant sur eux de lourdes charges. Ces hommes n'étaient que des paysans, ils étaient pourtant en plein combat avec un élémental de feu et plusieurs de la nature, qui les massacraient tous un par un. Le feu dévorait hommes et bêtes sans s'arrêter, les ronces s'assemblant comme des branches, détruisaient les fourches, les pelles, les hommes ne pouvaient se défendre. Les bêtes se dispersaient, les hommes fuyaient. Je ne pouvais laisser ces démons tuer mes semblables.

La pente de la colline était raide. Aucune importance. Je sautai et me rattrapai à un arbre, et je continuais ma route en sautant d'arbre en arbre. J'étais maitre du feu, aucun élémental de feu ne pouvait survivre si j'en décidais le contraire. Je les interceptai, sautai du haut de mon arbre, en plein sur mon ennemi, qui se dissipa comme poussière au vent, à peine l'eus-je touché. Mes ennemis cessèrent de traquer les hommes et se tournèrent vers moi. Ainsi je leur apparu. Un elfe de grande taille, habillé de rouge, surmonté par une armure dorée fraichement forgée. Mes épaulières, mon plastron me donnait une large et imposante carrure. Un petit bouclier d'or sur le bras droit, une épée rougeoyante dans l'autre main. De longs cheveux d'or fin, des yeux verts. Un guerrier inconnu, inqualifiable, et dont la puissance ne pouvait être devinée.

Je pointai mon épée lentement vers un amat de ronces, de bois morts, de mauvaises herbes qui transportait derrière lui, attachés par des lianes, les corps mutilés de ceux qu'il avait tué. Mon épée s'enflamma, et un jet de feu atteignit l'élémental, brisant son corps qui se rompit sur le sol et se consuma. Le combat commença. Les membres de mes ennemis s'allongèrent et m'attaquèrent, certains s'en servant comme des fouets, d'autres comme des lances. Je déplaçai simplement mon buste, de gauche à droite, pour les éviter. Agile et rapide, j'esquivais leurs attaques.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Maltaur ( forêt d'or ) Anrilwen partie1   Ven 1 Fév - 23:36

Leurs bras s'allongeaient sans cesse, apparaissaient, disparaissaient après m'avoir raté et réapparaissaient. Ils étaient encore 4, lançaient divers projectiles et se concentraient sur moi. Derrière, les hommes s'assemblaient et organisaient leur fuite. Ma colère survint alors. Je venais d'être chassé par les sylvaniens et poursuivit, j'avais transporté un cadavre et là je me trouvais face à 4 créatures nées de la magie sylvaine. Il m'avait suffit de toucher l'élémental de feu pour le détruire, mais un élémental fait de bois et de plantes, pour un maitre du feu comme, ce serait tout aussi facile.

J'attrapai le bras d'un de mes ennemis et profita de ce contact pour le lui bruler. Mon épée découpa un autre brs fait comme une lance contre moi. Je devenais féroce et cruel. Je me concentrai sur le plus proche de moi, coupant, déchirant tous les membres qu'il lançait sur moi, lui infligeant de grandes douleurs. Et lorsque j'arriverais sur lui, je me ferais un plaisir de calciner son corps lentement. Soudain je fus pris par deux entrelacements de lianes et de ronces, ils me tiraient en arrière de toute leur force. Je les pris et tirai violement devant moi. L'élémental derrière moi fut déraciné et projeté vers moi. Je me retournai vers lui, qui volait vers moi et l'empala sur mon épée. Il fut transpercé et violement arrêté à la garde. Mais celà ne me suffisait pas, je décidai d'enflammer l'épée. Puis je la ressortie et la replantai frénétiquement dans ce corps répugnant et meurtrier! Je massacrai violement cet être.

Les autres tentèrent de sauver leur compagnon, mais grace à ma rage, c'était à présent mon corps entier qui était couvert des Flammes du Phénix. Un coup de mon épée scella leur destin à jamais, ils moururent. Ils ne restaient autour de moi que cendres et cadavres d'hommes et de bétail. Quelques blessés qui n'avaient pas pu fuir avec les autres me regardaient avec admiration. Que ce soit mon armure elfique étrangement faite, mon épée sortie d'un rêve, ou encore le fait que je sois un elf. Je pris les deux blessés avec moi et nous rattrapâmes les autres paysans. Ils n'étaient pas allés loin, la plupart avait simplement gravit la colline puis avait regardé le combat.

Ils m'invitèrent à rejoindre leur forteresse, où de nombreuses habitations, forges, cuisines, maçonneries se trouvaient. Et surtout, le palais qui servait de camp aux soldats. J'acceptais

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Maltaur ( forêt d'or ) Anrilwen partie1   Dim 3 Fév - 21:17

Je fus acceuillis dans la forteresse humaine, avec énormément d’honneur et de méfiance. Je venais de sauver les bouviers qui fournissaient le château en nourriture, d’une attaque puissante et sauvage. Les élémentaux et sylvaniens, protecteurs de la forêt et de la nature, cherchaient à détruire les hommes. Etant un elf, j’aurais du aider la nature. Mais le monde des hommes me semblaient encore trop familier.

Une foule s’assemblait autour de moi, le commanda de la forteresse s’avança, suivit de sa garde personelle marchant en procession. Il me jaugea de bas en haut. Mon armure d’or, ternie par le temps et les chocs, mes oreilles pointues, mes yeux verts, mon immortalité inscrite sur ma peau, et mon épée rougeoyante. J’étais plus puissant que n’importe lequel de ses soldats, et je venais de sauver ses hommes, aussi lorsqu’il comprit qu’il ne pouvait rien contre moi, il abandonna la méfiance et se proposa d’être mon ami et allié. J’acceptais et il y eut alors une célébration pour fêter l’arrivée de « l’ambassadeur des elfs ». Le lendemain, les hommes se réveillèrent avec un épouvantable mal de crane. Moi j’étais sur le mur d’enceinte, admirant la forêt qui nous encerclait.

Je vis de loin un groupe de sylvaniens arriver à la forteresse, et je sonnai l’alerte. Les soldats s’assemblèrent. Un groupe très compacte, d’une vingtaine d’individus impossible à discerner s’arrêta à la porte. Ils n’étaient pas menaçants, et je n’avais aucune haine envers ce peuple, contrairement aux humains. Je conseillais d’ouvrir la porte, le garde accepta, pour la diplomatie. Le groupe vert entra et soudain, se dévoilà. Il s’agissait de nymphes, habillées de sois vert, qui se levèrent et entamèrent un chant merveilleux. Elles étaient d’une grande beauté, charmantes, gracieuses. Leur magie et leur aura atteignirent chaque âme, chaque esprit. Le chant enveloppa le cœur des hommes d’une grande douceur, ils lachèrent leurs armes.

Mais moi, tout elf que j’étais, je ne fus pas pris par la magie des nymphes. Je vis leur sourire satisfait en voyant tous ces hommes à leur merci. Je compris dès lors que c’était un piège, qui plus est, au centre du groupe, une forme était restée accroupie. Les sylvaniennes, tout en chantant et dansant, s’avancèrent en direction du palais où le commandant se trouvait. Mais là, quelque chose d’imprévue se produisit. Au lieu de rester paralysés par le charme des nymphes, les soldats les suivirent, éperdument amoureux et au fur et à mesure que le groupe traversait la forteresse, une foule de plus en plus énorme s’amassait autour d’elles, des centaines, voire des milliers d’hommes. C’en étaient presque trop une vingtaine d’entres elles. Elles tinrent bons et arrivèrent jusqu’à la salle du trone. Elles dansaient et chantaient avec frénésie, l’aura qui émanait d’elles était incomparable, magnifique. Seul moi et la femme du commandant, assise à coté de lui, restèrent impassibles et réfléchis.

Soudain, les nymphes cessèrent tout mouvement, et la forme accroupie se releva. C’était une grande femme, sylvanienne, un être de la forêt, d’une grande pureté, svelte, douce, une longue chevelure noire qui descendait en cascade, ses yeux étaient gris comme un soir sans nuage, avec quelque lumière céleste qui scintillait. Elle avait regard de celle qui a connu maintes choses. Son visage et ses bras fins étaient sans défaut. Elle tenait à la main un long poignard à la lame vert, surement empoisonnée.


Je suis Anlirwen, je suis la messagère de votre mort.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix


Dernière édition par Nalec le Mar 19 Aoû - 11:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Maltaur ( forêt d'or ) Anrilwen partie1   Dim 3 Fév - 21:17

Et elle sauta hors du groupe et s’elança vivement vers le commandant, immobile, encore sous le charme. Mais sa femme se leva et se mit entre eux. Je réagis tout aussi rapidement. La femme du commandant reçut le poignard en plein cœur et mourut. Tous les hommes reprirent connaissance dans le même instant et tuèrent les nymphes. Le commandant sortit du fourreau son épée et tenta d’abattre Anlirwen, qui était restée pétrifiée face à son erreur. Mais j’avais déjà sauté sur elle, l’avait saisi et m’employait à la sortir de la forteresse, avec une armée à nos trousses.

Mais la porte était refermée et je fus bloquée. Le temps que j’use du pouvoir du Phénix pour la brûler, les hommes nous avait encerclés. C’est alors qu’Anlirwen reprit conscience et me prenant pour un ennemi, tenta de m’abattre. Elle me flanqua un violent coup de pied à la machoire, exécuta d’impresionnantes acrobaties, sortit son poignard et m’attaqua. Je basculai mon buste de gauche à droite pour esquiver, suivit parfois d’une impulsion de la jambe, dans une suite de réflexes pour ma survie. Car en vérité, toute mon attention était pour ses grands yeux brillants. Magnifiques. Merveilleuse.

Et je souris. Le constatant, elle fut surprise et s’arrêta, baissant son arme. Je n’avais même pas sorti la mienne pour me défendre. Je profitai de cet instant pour lui asséner un coup net au plexus, qui lui coupa le souffle et elle s’évanouit. Avant qu’elle ne tombe, je rattrapai délicatement et la cala sur mes épaules. Aucun homme ne tenta de m’arrêter malgré les ordres enragés du commandant devenu fou. J’emmenai Anlirwen à la forêt, chez elle. Après une courte course, je la déposai sur un lit de feuilles. Son habit était fait d’un feuillage printanier, ceignit d’une ceinture aux couleurs d’or. Un diadième ornait son front, constitué de gemmes semblables aux gouttes d’eau de la rosée du matin. Elle se réveilla doucement.


Je suis Nalec, roi de Pilmaldur.

Je me nomme Anlirwen, future reine des sylvaniens de Maltaur.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Maltaur ( forêt d'or ) Anrilwen partie1   Lun 4 Fév - 20:21

Anlirwen se redressa, assise à coté de moi, tourna la tête et me dévisagea. Elle fixait mes yeux, je plongeai mon regard dans le sien. Je savais qu'elle m'analysait. Qui étais-je? Pourquoi étais-je parmis les hommes? Pourquoi l'avoir sauvée? Quelle motivation? Quels choix possibles? Je me posais aussi beaucoup de questions.

Anlirwen, que pensiez-vous faire après tué le chef des hommes? L'armée vous aurait tuée!
C'eut été une mort honorable et utile, mes soeurs sont à présent mortes pour rien.
Je ne pense pas, n'avez vous pas compris que la mort n'est pas une solution.
Que voulez vous dire?Sa voix était calme et douce.
Il y a d'autres relations à avoir avec les mortels.
Ils massacrent la forêt! Ils ont.... vous ne pouvez pas comprendre.

Elle s'était levée sous le coup de la colère, ses joues rougissaient, le sang affluant vers sa tête. Elle se calma, mais resta debout telle une reine.

Que comptez-vous faire de moi?

Je lui fis signe de s'asseoir, elle obéït comme une captive. Je lui avais retiré son poignard et de toute façon, elle ne pouvait me vaincre ou me résister. J'étais un guerrier, pas elle.

Je vais faire en sorte que vous soyez quelqu'un de bien, je vais vous rendre utile et digne d'honneur, en vous escortant dans votre palais. Vous rendrez service à votre peuple en le rendant heureux et non semant le malheur chez d'autres comme vous l'avez fait.

Elle m'écout attentivement et retenu mes paroles. Celà avait été à mon tour de m'énerver. Je ne l'avais pas souhaité, je voulais me controler devant elle afin de ne pas l'effrayer . Mais ce que je ressentais après cette attaque suicide et ce sauvetage improvisé était trop fort. Pourquoi si belle créatre souhaitait la mort au combat?

Que voulez vous dire, Nalec?

Le vent voyageait parmis les arbres. Des écureils curieux vinrent à notre rencontre et des oiseaux tournoyaient autour de nous en gazouillant.

Vous détestez les araignées alors qu'elle mangent les insectes les plus oripilants. Vous aimez les oiseaux pour la beauté de leur chant. N'est ce pas?
Oui.
Quelle image voulez-vous que l'on garde vous? Une meurtrière qui mourut pour son pays ou une princesse qui rendit heureux son peuple? Que voulez vous être?

Je gardais mon regard dans le sien mais quand j'eus finis, elle baissa les yeux. Je l'avais touché. J'avais fais au mieux en anéantissant son désir de combat et sa méfiance envers moi.

Je suis désolée.Dit-elle doucement.
Rentrons chez vous.Je souris.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix


Dernière édition par le Mar 5 Fév - 11:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Maltaur ( forêt d'or ) Anrilwen partie1   Lun 4 Fév - 22:30

Elle se leva. Bien évidement elle ne me faisait pas confiance, mais elle savait que je ne lui voulais aucun mal. Les oiseaux se posèrent sur mes épaules tandis que je me relevai. Anlirwen ne se sentait plus comme une captive, elle marcha normalement vers le palais où elle habitait. J'étais censé l'emmener mais je connaissais mal la forêt où elle habitait, alors c'est elle qui me conduisit et je ne fais que l'escorter. Les deux louveteaux qui m'avaient acceuilli à l'entrée de la forêt me retrouvèrent. Anliren s'arrêta et considéra avec étonnement ces deux enfants-loups courir vers moi avec impatience, la langue pendant, les yeux rieurs et me faire rire en essayant d'attraper leur queue une fois face à moi.

Elle reprit la marche et nous la suivîmes, un peu en retrait. Je fredonnais ensuite un chant en l'honneur d'Elbereth, la reine des étoiles. Les oiseaux pépiaient, surement riaient-ils de ma voix. Le sol était totalement recouvert de feuilles automnales, oranges et jeunes. Aucun chemin n'était tracé mais nous parvînmes au grand arbre qui formait l'entrée du palais sylvanien. Je poursuivis la marche, cette fois devant Anlirwen, au cas où. Nous arrivâmes dans l'immense salle silencieuse. Mais à peine fus-je entré, en compagnie de la princesse sylvanienne, qu'une grande clameur s'éleva et que tous les êtres coururent, galopèrent ou volèrent vers nous. Anlirwen se réfugia dans les bras de son père qui ne put sourire de par ma présence.

Anlirwen aurait du mourir en tuant le chef des hommes, or l'attaque avait échouée et voilà que je réaparaissais avec Anlirwen. On conclut donc que j'étais la cause de cet échec. Tout était ma faute. Et comme je m'y attendais, le roi donna l'ordre que l'on m'arrête et m'attache. A ses mots, Anlirwen quitta les bras de son père et tourna la tête vers moi, son visage exprimait la suprise. Moi je souriais pour la rassurer, je n'étais pas surpris. Elle me regarda avec un air d'incompréhension tandis que l'on m'emmenait.


Père?
C'est un assassin.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Maltaur ( forêt d'or ) Anrilwen partie1   Mar 5 Fév - 12:48

Depuis ma venue avec le corps d'un des leurs, les sylvaniens avaient contacté mon royaume et les autres elfs des divers contrés éloignées. Ils avaient donc beaucoup appris sur moi et décidèrent d'user du rituel d'Andglachel ( vu sur l'au delà ). C'est un rituel censé repérer les esprits démoniaques dans le corps de quelqu'un, mais correctement utilisé, il permet surtout de voir toutes les fautes et tous les péchés commis par une personne ou par un peuple.

Il fut utilisé pour moi. Et ce qu'ils virent de Nalec, les horrifièrent. J'avais vécu des centaines d'années déjà, connus maintes guerres. J'avais exterminé des peuples entiers, tué lors des nombreuses batailles que j'avais connu. Tous les sylvaniens purent voir la cruauté et la puissance dont j'étais capable. Ils eurent peur. Ils furent enragés par ma venue dans leur havre de paix, déjà si tourmenté. On m'avait transporté à travers tout le palais, jusqu'à la salle derrière le trone d'argent, habituellement reservé à la méditation personnel du roi. La seule salle close, car les sylvaniens n'avaient ni prison, ni secret, donc aucune porte. Une cage de pierre, normalement impossible à bruler, fut construite pour moi. Elle fut ancrée dans un mur, les barreaux ne contenaient aucune faille, aucune porte, aucune serrure. On l'assembla par magie autour de moi.

Il y avait toujours une dizaine de gardes dans cette pièce avec moi. Leur regard ne me quitta jamais dès que je fus enfermé, sauf une fois. Anlirwen vint me rendre visite et ordonna qu'on nous laisse seuls. Elle s'avança jusqu'à moi, agrippa ses mains aux barreaux et garda la tête basse.


J'ai vu votre passé, j'ai vu ce que vous avez fait de votre vie, je vous ais vu combattre.Ma façon de donner la mort était épouvantable, de par son efficacité.Jusqu'ici j'avais vu en vous un être pur, digne d'honneur et de confiance, un être bon, pas autant qu'une sylvanienne certei. Mais à présent vous me semblez l'elf le plus horrible et le plus cruel qui ait jamais foulé la terre.

Sa voix s'affaiblissait peu à peu.

Nous nous sommes si peu parlés, vous...
Celà n'a aucune importance! J'ai constaté vos choix et vos actes depuis que vous êtes arrivés ici. C'est celà qui nous définit, je n'ai pas besoin de vaines paroles.
Les paroles ne sont vaines que si elles ne représentent pas nos pensées. Je dis toujours ce que je pense, et fais ce que je dis.
Alors pourquoi m'avoir amené ici? Vous saviez que vous seriez retenu prisonnier.
C'était la meilleure chose à faire pour rendre un grand nombre de personnes heureuses.
Et vous? Pourquoi être ici? Etes vous venu semer la mort dans ce pays?

Elle était perdue, ne savait quoi penser de moi. Tout simplement parce que je ne souhaitais pas qu'elle en apprenne d'avantage sur moi. Je n'osais pas me l'avouer, mais avec le recul je comprends que j'étais trop peu sur de moi, j'avais peur. Peur de la décevoir.

Je suis Nalec, roi de Pilmaldur, chef des Flammes du Phénix. Je répand les idéaux de liberté, de solidarité et de bonheur qu'il m'a transmis.
Mais vous passez votre vie et votre immortalité à massacrer des êtres vivants! Nos sages disent que puisque vous êtes immortel, vous continuerez à tuer éternellement.
Et ils ont raison.
Pourquoi?
C'est ce que je fais de mieux.

Elle resta longuement à me considérer, avec gravité.

Vous m'avez trompé et menti. Adieu.

Parfait. Me détestant, elle ne souffrirait pas de ma prochaine évasion. Je mettais énormément attaché à elle, c'était la première sylvanienne que j'avais rencontré.Mais je ne voulais pas qu'elle souffre de ma fuite, alors autant qu'elle me prenne pour un assassin.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix


Dernière édition par Nalec le Mar 30 Déc - 23:24, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Maltaur ( forêt d'or ) Anrilwen partie1   Mar 5 Fév - 13:02

Misérables sylvaniens, pacifiques. De pitoyables barreaux pour me stopper, y croyaient-ils vraiment? Le lendemain de la visite d'Anlirwen, le roi vint me voir. Il m'annonçait qu'Anlirwen plaidait ma cause et souhaitait qu'on me relache, mais mes crimes étant si nombreux et si horribles, la justice sylvanienne allait faire une exception spéciale pour moi et pour la première fois depuis des siècles, mettre à mort un être vivant. Moi

Je brisai les barreaux de pierres dans la nuit, les gardes armés m'attaquèrent, mais même avec des lances ou des épées, ils n'avaient aucune chance. Ils tenaient les armes pour la première fois de leur vie. Le plus dur fut de les empécher de s'enfuir pour alerter tout le monde. Je quittai ma prison et traversa le palais, pilier par pilier, meuble par meuble, je me cachais des regards. Mais certains sylvaniens vivaient dans les murs, d'autres volaient, ce fut donc particulièrement difficile. Mais la pire épreuve fut quand j'arrivais à l'issue. Anlirwen était là, elle m'attendait. Je me montrais à couvert au risque d'être vu et avança jusqu'à elle.


J'ai compris que c'était pour m'éviter d'être triste que vous acceptez mes injures. Votre abnégation est pitoyable. Plutot que de me mentir et de tenter vainement de m'aider, vous auriez du me dire la vérité et acceptez mon aide.
Je n'ai besoin d'aucune aide.
N'ayant pas l'esprit brouillé par la colère, j'ai pu comprendre en lisant à travers vos choix et vos actes. Vous êtes venus ici avec de bonnes intentions, vous m'avez sauvé et jusqu'ici avez toujours voulu répandre le bonheur et la justice. Je vous aiderais donc.

Et à ce moment je découvris qu'elle était bien plus mature que je l'imaginais, différente de tous ces êtres qui s'amusaient telles des enfants dans la forêt. Elle avait sur lire en moi, contrairement à moi qui n'avait pas su voir sa valeur. Lui faire croire que j'étais un assassin pour qu'elle ne soit pas triste de mon évasion était une grande bêtise.

Ainsi soit-il. Vous méritez ma confiance.
J'aimerais tout de même savoir pourquoi durant votre vie, vous avez assassinés tous ces gens.
Je suis souvent obligés de tuer pour libérer des peuples, pour anéantir les oppresseurs, anéantir les êtres sanguinaires. Parfois je dois tuer des mortels qui servent des démons pour tuer les démons ensuite. Je ne fais pas toujours des choses justes, je ne compte pas me justifier avec de bonnes intentions. Mais je fais au mieux.
Mais pour instaurer la paix ici, il faut détruire l'un ou l'autre camp. Bien que ce soit votre spécialité, je ne veux pas que celà se passe ainsi.
Inutile de m'accompagner pour être sur que ça n'arrivera pas. Je compte pas user de mon épée.
Comment arrêterez vous la guerre en ce cas?
Je ne sais pas encore, j'ai eus trop peu de temps pour y penser. A présent sortons, je risque d'être vu.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Maltaur ( forêt d'or ) Anrilwen partie1   Mer 6 Fév - 22:55

Nous ne nous faisions pas encore confiance. Mes paroles sauvegardaient ma fierté, cachaient mes faiblesses. Toutes mes pensées, ici inscrites, restaient voilées. Je me devais de me montrer maitre de la situation. Suffisament fort pour la protéger. Suffisament bon pour avoir droit à sa compagnie. En bref, sa simple présence m'incitait à me rendre meilleur. Mais au delà de ça, j'étais heureux que cette femme m'accompagne. Elle m'avait analysé, compris, soutenu. Elle était bien plus mature que moi, bien qu'à l'instant où je courais dans le tunnel, cette idée ne me traversait pas l'esprit. Heureusement, l'image que je donnais était celle d'un combattant, capable de tout, du meilleur. Inébranlable.

Et pourtant j'avais fais l'erreur de vouloir la protéger de la tristesse. Preuve de l'affection que je lui portais. J'étais géné qu'elle connaisse ce coté tendre, celui que tout homme possède. Aucun doute, elle brouillait mes pensées. Mais les siennes l'étaient surement aussi, elle fuguait son royaume.


Bien, Nalec, nous avons échappés aux sylvaniens après avoir échappé aux hommes. Où irons nous à présent? Comment agir?
Les sylvaniens resteront cachés et useront d'artifices sans tuer. Ce n'est pas eux qui veulent la guerre. C'est du coté des hommes que l'on doit agir.
Pensez-vous à renverser leur chef?
Précisément.
Celà ne fonctionnera pas. Ils sont ici pour exploités le fer et le bois, si le chef est renversé, le roi enverra un autre commandant depuis son royaume, ce pays a trop d'importance.
Que conseillez-vous?
Il ne faut pas les tuer, on arrive pas à les affrayer...
Il faut leur faire perdre ce qui les interesse, le bois et le fer. Détruire scieries et forges.
Vous pensez pouvoir le faire sans qu'il y ait de victimes?
Sans qu'il y en ait de trop...

Nous étions juste à l'entrée du palais, au dehors. C'était le crépuscule. Il n'y avait aucun bruit, aucun vacarme. Preuve que mon évasion n'était pas encore connue. J'imaginais avec anxiété l'horrible surprise qui attendait le roi. Sa fille avait disparu, surement emporté par le plus grand assassin qu'il ait connu, dans cette période de crise. Je crains qu'il soit pris de folie à cette nouvelle, auquel cas j'aurais une armée sylvanienne sur les bras.
Je tendis la main vers le tunnel, et attendit. Mon épée apparut en sifflant dans les airs.


Vous connaissez la magie?
Presque pas. Le phénix m'a transmis ses pouvoirs lorsqu'il me ressucita. L'immortalité, la renaissance, une épée qui ne peut quitter mon corps et une maitrise parfaite du feu. Je ne me l'explique pas.
Sachez que vous êtes ici dans mon royaume, bien que je vous considère comme mon invité personnel, je vous interdis de tuer qui que ce soit.

Elle était aussi grande et majestueuse qu'une reine.

Ainsi soit-il.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Maltaur ( forêt d'or ) Anrilwen partie1   Jeu 7 Fév - 22:39

Nous nous éloignâmes de l'Arbre. J'avais perdu mon armure et mes provisions mais avait récupéré l'essentiel, mon épée. Mieux encore, j'étais avec Anlirwen. Il nous fallait un abri pour la nuit et de quoi manger. Nous courions dans toute la forêt, on devait brouiller les pistes, ne pas se faire voir par un quelconque animal. Les plantes et animaux étaient amis avec les sylvaniens. Mais une fois la nuit tombée, nous étions installés dans un creux, au bas d'une colline, d'où on ne pouvait nous voir de dessus. Un agréable petit ruisseau coulait tranquillement. C'était la pleine lune. Tout ce que l'on avait à faire, c'était s'allonger sur le parterre de feuilles et dormir. Ni tente, ni feu, rien qui puisse nous faire voir. Mais je n'aimais pas faire vivre une vie sauvage, une vie de course et de chasse, à Anlirwen. je la priais de se reposer tandis que je partais chercher de la nourriture. Elle était végétarienne. La tache allait se révéler ardue et je me pressai outre-mesure. Lorsque je revins les bras chargés, elle avait fait un feu et se peignait avec un instrument qu'elle avait confectionné, surement par magie.

Pourquoi un feu?
Ne vous inquiétez pas, il ne sera pas vu.

Je lui fis confiance. Je lui rapportais de l'eau. Mais ni eau, ni nourriture ne l'interessait. Elle se peignait, toujours du même geste ample. Soigneuse. Délicate. Elle observait le ciel étoilé. La lumière de la Lune se concentrait sur son visage et lui donnait un reflet argenté sur la peau. Le feu ne faisait aucun bruit, mais dégageait une douce chaleur qui nous enveloppait et illuminait le corps de la princesse de sylvanienne. Une teinte ambrée s'ajouta à l'autre partie de son visage. Moi qui adorait regarder les étoiles, je ne pouvais ce soir qu'admirer l'éclat de ses yeux. Je restais immobile et la contemplais.

Je ne me rendis pas compte qu'elle avait posé son peigne. Sans bouger la tête ou me regarder, elle demanda.


Qu'il y a t-il?Mon coeur s'accelera, et la bouffée de chaleur que je ressentis n'avait rien à voir avec le feu.
Vous êtes belle.En le prononçant je découvris que ce mot était bien trop faible, pas assez précis. j'aurais voulu me répandre en compliment mais je ne fis rien, par peur du ridicule.
Qu'est ce que celà signifie venant de vous?Je ne voulais pas que ma voix tremble.
Vous incarnez la beauté telle une âme. Votre visage est le seule que je veuille voir.

Elle sourit. Mon coeur défaillit face à ce sourire. Je n'avais jamais ressenti celà. Son charme était omniprésent dans mon être et dans mon âme, je ressentais les pulsations de mon coeur à travers tout mon corps. J'avais la chance d'avoir face à moi la plus incroyable femme.

Vous paraissez heureux Nalec.
Je le suis.
Nous avons une guerre et deux armées qui nous pourchassent.
Aucune importance. Vous êtes près de moi.

Elle fixa soudainement son regard vers moi, elle était curieuse. Nous restâmes quelques instants à se fixer sans rien dire. Et je ris alors sous le coup de la joie.

Qu'il y a t-il?Demanda t-elle en haussant les sourcils.
Rien.
Mais si voyons.Elle souriait aussi de me voir rire aux éclats.Vous ne devriez pas vous moquer, et je ne vois pas en quoi la situation prête à rire.Mais je riais, car telle était le plaisir que je ressentais lorsqu'elle était avec moi. Et elle se mit à rire elle aussi sans raison logique, c'était tout simplement pour facile pour s'exprimer que de parler.

Le jour où je contemplai ses yeux fut le plus important de ma vie.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Maltaur ( forêt d'or ) Anrilwen partie1   Jeu 7 Fév - 23:52

Je passai la nuit à la regarder dormir et à ancrer dans mon esprit le souvenir de ses jolies formes. Le lendemain, nous entreprîmes de visiter la scierie la plus proche et de la mettre hors d'usage. Anlirwen savait qu'il y avait quelques gardes pour la protéger, rien de bien génant. Alors nous marchâmes dans la direction de la scierie, et au fur et à mesure que nous nous en rapprochions, les chants d'oiseaux diminuèrent et le nombre de petits animaux gambadant à nos cotés s'affaiblit. C'est un horrible spectacle de hache, de lames en tout genre, d'empilements, de fracas des coups portés sans raison sur des êtres vivants, des copeaux par terre, qui avaient été autrefois des êtres doués de penser. Anlirwen fulminait de rage. Le chef de la garde, accompagné des deux seuls soldats ayant gardés leur tenue, vint à notre rencontre. Les autres hommes dormaient paisiblement sur l'herbe, surveillant d'un oeil clos les paysans et bucherons au travail.

Cet endroit vous est interdis, je vous ordonne de partir.

Ils avaient tiré l'épée. De misérables mortels. Comment espéraient-ils me donner un ordre et survivre? Je tirais mon épée à mon tour.

Nalec, aucun mort.
Compris.

Je fis une impulsion pour me jeter sur l'homme, et fus trop rapide. Je lui transperçai l'épaule avant qu'un des trois hommes eut le temps de réagir. Il s'écroula bruyament sur le sol et poussa un cri de douleur. Anlirwen défoula sa colère sur un deuxième, le troisième s'enfuit rejoindre ses camarades.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Maltaur ( forêt d'or ) Anrilwen partie1   Mar 12 Fév - 10:59

Les autres hommes fuirent rejoindre leur compagnons. Ils cherchaient leurs hommes qui trainaient un peu partout. Ils étaient totalement désorgarnisés et effrayés. Dès que l’un d’eux trouvait une arme, on le blessait, sans laisser le temps qu’il reçut de l’aide. Ainsi, on mit à terre les gardes un par un. La victoire était à nous. Anlirwen avait laissé exploser sa rage contre ceux qui détruisaient la forêt, menaçaient son peuple, sa famille. Il n’y eut cependant aucun mort. Du moins au début.

Un grand cri s’éleva depuis la forêt, couvrant les plaintes de souffrances des blessées et les cris d’alerte des paysans et bûcherons qui fuyaient à notre venue. Voyant que la scierie était sans défense, la nature avait décidé de l’attaquer elle-même. Les andorns, les arbres de fer, apparurent, et attaquèrent. Ils étaient deux, de deux fois la taille d’un homme, aussi large qu’un tronc d’arbre. L’un deux avait un corps fait d’un buste frêle et fin, mais argumenté par deux puissants bras. Il suffit de deux de ses coups pour que la scierie s’effondre. Le batiment s’écroula. L’autre avait l’apparence d’une grosse boule faites de branches et ces branches partaient de son corps comme d’immenses lances de bois, qui transperçaient tous les paysans à portée, c'est-à-dire à quelques dizaines de mètres.

Nous voulions épargner les mortels. Alors Anrilwen et moi, sachant pertinemment que c’était une mauvaise idée, coururent vers le second andorn et frappèrent ses « jambes » pour le faire chuter. Aussitôt ils nous prirent tous les deux pour cible. Celui que nous venions de mettre à terre disparut dans le sol, c’était un être de la nature, il avait de grands pouvoirs. Il réapparut quelques mètres plus loin. Le premier tenta de me frapper avec un bras, je l’esquivais, mais emporté par sa force, il frappa le sol, creusant une profonde fissure dans le sol. Il était très fort, donc très lent, j’eus le temps de lui découper un bras d’une estocade rapide.


Je crois que là c’est fini.

Elle n’avait pas vu que le second andorn était réapparu.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix


Dernière édition par Nalec le Dim 5 Oct - 21:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Maltaur ( forêt d'or ) Anrilwen partie1   Mar 12 Fév - 10:59

Il sortit toutes ses longues branches, telles des lances, et les envoya avec fureur vers Anrilwen, qui surprise, ouvrit de grands yeux emplis de peur. Une impulsion au sol, et je fus entre elle et les lances.

Six lances me transpercèrent dans le même instant, aucune n’atteignit la sylvanienne. Elles rompirent les muscles, fracassèrent les os, franchirent la chair. Deux longs jets de sang avaient giclé en même temps que les branches sortaient de mon dos. La douleur était atroce, insoutenable. Je sentais avec horreur les jets de sang quittés mon corps à chaque pulsation de mon corps. Je n’avais pas bougé. Mon corps ne bougeait plus. Le sang tachait l’herbe verte. Il coulait également le long des branches. J’en avais le gout dans la bouche. J’avais tellement mal. Mon regard se posa tout autour de moi. Mes doigts se sont écartés, tout en lachant mes armes, et le long de mes joues des larmes se sont mises à couler.

D’un même mouvement très rapide, l’andorn sortit les six lances de mon corps. Je m’effondrai à genoux sur le sol. Il n’y avait aucun bruit, hormis le son du pas lourd, très lourd, du premier élémental qui s’elançait contre Anlirwen, voulant la tuer avec son seul bras. Elle put voir le poing, deux fois plus gros que sa tête, foncé vers son visage. Ma main intercepta le coup. Il n’y eut pas de choc, pas de tremblement dans mon corps. Du moins je ne le sentis pas, à vrai dire je ne sentais plus mon grand-chose. Mais lui sentit qu’il fut stoppé net, et ne m’ayant pas vu agir, il fut surpris et apeuré. Il tenta vainement de dégager son bras, mais mes doigts étaient plantés, et je ne comptais pas le relacher. Je me redressai, avec toute la volonté dont j’étais capable, droit et fier.


Anrilwen.


Je tirai violement l’andorn, son corps quitta ses appuis et il fut entrainé vers moi. Profitant de cet élan, la sylvanienne exécuta un grand saut et flanqua un coup de pied qui décapita l’ennemi. Voyant cela, le second andorn s’enfuit dans la forêt.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix


Dernière édition par Nalec le Dim 5 Oct - 21:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Maltaur ( forêt d'or ) Anrilwen partie1   Mer 20 Fév - 12:10

Je crachais du sang continuellement. Mes genoux cédèrent. J'avais le visage couvert de sang, de sueur et de larmes. J'avais si mal. Mal à ne plus rien vouloir, sinon m'allonger là et attendre.Mais je m'efforçais de rester debout, droit et fier, pour elle.

Son coeur battait à tout rompre, pour la première fois, la sueur de l'angoisse perlait son visage et les tremblements de l'effroi parcouraient son corps. J'étais trop faible pour tenir debout, Anlirwen supportait tout mon poids. Elle qui avait fugué sa maison pour m'aider, elle ne savait même pas si son peuple la considérait responsable de mon évasion ou s'ils croyaient que je l'avais enlevée. Mais finalement, elle se compromettait pour moi. J'étais agonisant. L'espoir que son peuple ne serait plus persécuté par les hommes disparaissait, mourrait dans ses bras. Elle était angoissée, angoissée pour la survie de ceux qu'elle aime, pour son image auprès d'eux. La mort l'environnait et elle repensa alors, avec effroie, à l'innocente qu'elle avait tuée.


Nalec! M'entendez-vous? Vous tiendrez?
Non, je vais mourir.Répondis-je dans un soupir.

Un frisson parcourut les bras qui m'enveloppaient. Elle devait être déçue, du moins est-ce ce que je pensais.

Je vous conduis loin d'ici.

Elle luttait pour garder son calme et son sang froid. Elle se débrouillait bien, elle fit de son mieux pour m'aider à me déplacer, m'éviter la douleur et ne semblait pas du tout prête à craquer pour sombrer dans le désespoir. La belle forêt de Neldoreth nous environnait, le soleil perçait à travers le feuille comme de mince lambeaux de lumière. Mon sang brillait, clair à cette lueur. Un tapis de feuilles automnales sous mes pas. La douceur d'un être pure à mes cotés. La souffrance et la mort dans mon corps. Je savais heureusement que mon destin n'était pas de finir ici, dans ses bras. J'étais le serviteur du Phénix.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix


Dernière édition par Nalec le Mar 20 Mai - 11:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Maltaur ( forêt d'or ) Anrilwen partie1   Lun 25 Fév - 20:14

Les hommes qui avaient fui les lieux devaient certainement donner l'alerte. Nous devions fuir au plus vite. Anlirwen gera cette situation de crise du mieux qu'elle put, bien qu'elle n'en eut pas l'habitude, loin de là. C'était beaucoup d'émotions à contenir, et bien d'autres à utiliser. Elle avait du mal à réfléchir, et agit donc instinctivement, en nous protégeant parmis les arbres. La peur de l'échec disparut lorsqu'elle comprit qu'échouer, signifiait mourir dans notre cas. Aussitot l'excitation et l'empressement eurent le dessus et elle força son corps à aller plus loin. Elle me mena dans un terrain non loin où les arbres étaient serrés les uns contre les autres, là elle me dit de grimper à l'arbre, nous serions alors à l'abri des hommes. Je posai la main sur le tronc, déposant ainsi une marque de sang sur celui-ci.

Laisses tomber sylvanienne, je dois m'en aller, je tiendrais plus longtemps. La vie m'abandonne, restes ici et sauvegardes ta valeur.



C'est alors qu'elle eut l'impression d'avoir tout perdu. J'avais à peine la force de parler et je partais en clopinant. C'était fini. Son peuple allait échoué, la défaite était dans ses mains, elle reviendrait munie de peur et d'anxiété. L'ombre, la peur et la mort. Voici ce qui pesait si lourd dans son ventre, lui noyait les trippes, faisaient trembler ses membres et gémir son coeur.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Maltaur ( forêt d'or ) Anrilwen partie1   Ven 7 Mar - 12:37

Je la laissais se cacher parmis le vert des feuillus et partait en clopinant. Je ne saignais plus, surement qu'il n'y avait plus de sang à ejecter. Je m'échouais sur l'herbe et me préparai mentalement à ce qui allait suivre. Un dernier souffle de vie fut rendu et mon corps s'affaiça complètement. Mais ce n'était pas la fin.

Je n'avais pas eus la force de l'expliquer à Anlirwen, mais la flamme du phénix qui m'avait été donné, m'assurait les mêmes pouvoirs que le phénix. Entre autre celui de renaitre de mes cendres. Le feu s'alluma, sans fumée, sans chaleur, sans bruit. Juste le feu et sa lumière. Mon corps brula, lentement d'abord, puis une fois que tout mon corps fut enveloppé, ce fut le temps d'un battement de cil. Un tas de cendre immobile même sous la brise demeurait là où je m'étais écroulé. Et des flammes réapparurent, génant ce tas de poussière. De grandes flammes, qui cette fois projetaient tout autour d'elles de grandes fumées, de grands nuages qui partaient comme la brume à travers les arbres. Le crépitement se transforma en un cri indistinct, celui du Phénix. Et voilà que je me tenais là, habillé uniquement de plumes rouges comme celles du Phénix, portant l'épée à ma main gauche. Je me tenais droit et fier. Aussi impassible que d'ordinaire. Nulle marque de mes blessures, un corps parfait. Je pouvais à nouveau me battre.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Maltaur ( forêt d'or ) Anrilwen partie1   Mar 11 Mar - 12:53

Je partis rejoindre Anlirwen. Mes pensées étaient embrouillées au moment je m'enfuyais de sa vue, j'eus du mal à retrouver le chemin qui menait à sa cachette. Elle n'y était plus. Les hommes étaient venus la chercher, les taches de sang que j'avais laissé sur le sol leur avait permis de retrouver notre trace aisément et de la capturer. D'autres taches de sang trainaient sur le sol, qui n'étaient pas à moi. Une épée brisée gisait misérablement. Elle s'était bien battue avant d'être prise. Je ne pouvais aller la rechercher dans l'état où j'étais. Vu les empreintes, elle devait déjà être enfermée dans la forteresse. Mes vêtements avaient brulé en même temps que mon corps et je ne pouvais espérer combattre nu dans cette immense forteresse.

Le temps me manquait. Mon nouvel objectif était de la récupérer. Je courrus vers la forteresse du sylvanienne, facile à retrouver, après tous les aller-retour que j'avais effectué. Il n'y avait aucun garde à l'entrée, comme toujours, mais même une fois arrivé au bout du tunnel, je ne rencontrais aucune résistance. Pire encore, la forteresse semblait vide. J'étais inquiet, mais ne pouvant résoudre deux problèmes à la fois, je partis à la recherche de mon armure. Agissant dans la discrétion, je dénichais des vêtements verts, mon armure d'or soigneusement enfermé derrière une porte, malheureusement faite de bois, mais aussi des plantes médicinales, surement utiles en temps voulu. Pensant qu'Anlirwen se faisait déjà torturer, ou que l'on fabriquait un bucher pour elle. Je me hatai vers la sortie. Je remontai péniblement le tunnel en courrant, mais fus stoppé net une fois au dehors. Le vide de la forteresse s'expliquait de la manière la plus horrible qui soit.

Les sylvaniens s'étaient rassemblés en une grande et puissante armée. Ils étaient tous là, centaures, dryades, ents, golems, tous les êtres de la forêt se tenaient debout devant l'Arbre qui menait à la citadelle. A ma vue ils tournèrent des yeux plein de haine vers moi. Un cri strident s'éleva. Provoquant chez moi ni peur ni anxiété. En vérité je ne ressentais rien, sinon l'empressement à propos de ma mission, à présent retardée. L'armée se divisa, pour laisser passer le Roi. Je fus étonné d'avoir autant d'importance en ces temps de malheurs.


Ainsi donc tu es revenu, apportant avec toi d'autres malheurs encore. Es tu venu portant un nouveau cadavre? Celui de ma fille?
Votre peur et votre colère obscurcissent votre jugement. Jamais je ne tuerais d'être sylvain.
J'ai vu ce dont tu es capable. Tu es mauvais et je ne peux tolérer ta présence dans mon domaine. Au nom de mon peuple, je te condamne à mort ici même.

Dans un geste solenel, il tira son épée du fourreau, la pris à deux mains, et repérant une faille dans mon plastron, me l'enfonça en plein coeur.

Sinistre imbécile. Es tu à ce point pitoyable? N'as tu donc pas vu que mon coeur ne bat plus dans ma poitrine depuis bien longtemps!

La colère me montait à la tête. Je pris l'épée à main nue, la sortie de mon corps, et la brisa.

Démon!

Et je partis.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Maltaur ( forêt d'or ) Anrilwen partie1   Mar 11 Mar - 13:04

Je partis dignement de la place. Mais une fois hors de vue, je me remis à courir. Le temps jouait contre moi, j'avais peur pour elle. La forêt sous mes pieds gémissaient sous les coups de la guerre. La nature était effrayée. Il y avait déjà eut tellement de sang, les sylvaniens partaient tous, armes à la main. Bientot il y aurait de nombreux morts, beaucoup de sang coulerait. J'atteignis trop tardivement à mon gout la forteresse humaine, elle était, elle aussi, sur le pied de guerre. L'armée était sortie, devant la porte, en ordre bien rangé, en ligne, en armes et en formation.

A ma vue, le commandant enragé s'avança vers moi, les yeux injectés de sang.


Démon de l'ancien monde.
Je suis Naec, vous me reconnaissez tous. Je vous ais mis en échec à de nombreuses reprises.
Tu as tué ma femme et dévasté mes scieries, tuer mes soldats.
Ceci est faux. Les sylvaniens ont tué ta femme et détruis tes scieries. Tes soldats sont morts en combattant plus fort que vous. Partez, ou vous mourrez tous.
Assez de paroles, je te transpercerai.

Devant son armée assemblée, le commandant tira son épée, détacha sa noble cape, afin que tous puissent voir son armure étinceler. Et il s'élança vers moi. Il était trop lent, ses gestes, trop amples, son épée, incomparable à la mienne. Tandis que je maniais mon épée de la poignée avec autant de force que si ce fut de ses deux bras, lui mouvait tout son corps pour porter un coup puissant. Son armure, brillante mais banal, le génait. La mienne, ternie mais bien ajustée, me permettait tous les mouvements souhaités. Je l'esquivai promptement, il lui fallut trois pas pour se remettre en position, moi je tournai simplement mon buste. Il tenta une estocade. Je frappai de mon pied sur ma main et son épée vola. Je plaçai la mienne sur son cou. Le combat était déjà fini. Mais je n'étais pas là pour tuer un simple mortel, aussi puissant soit-il. Je baissai mon arme, et m'éloignai. Il reprit son épée et m'attaqua en criant de rage. Je le bloquai et usant de ma force, je le repoussai au loin. Je courrus sur lui et profitai de son désiquilibre pour le blesser à l'épaule.

Sa rage s'intensifiait de plus en plus, sans limite. Les coups trop puissants, je les esquivai aisément, je gardais un visage impassible, laissant parfois un sourire s'esquisser. Je le laissai m'attaquer, puis je le faisais tomber, ou je le désarmais, ou l'esquivais selon ce qui était le plus simple. Les occasions de le tuer ne manquaient pas. Je prenais tout mon temps. Finalement, alors qu'il venait de tomber à terre après une nouvelle blessure à la cuisse, son armure ne le protégeant guère, je commençai à faire tournoyer mon épée dans tous les sens. Pas pour préparer une attaque, juste pour montrer mon habileté. Habileté qu'il n'avait pas. La rage s'intensifiait, telle une frénésie. Il frappa un grand coup de haut en bas. Mon épée s'enflamma, la sienne se brisa au contact. J'enchainai rapidement et lui fendi le crane brutalement, il mourrut sans avoir le temps de sentir la lame.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Maltaur ( forêt d'or ) Anrilwen partie1   Ven 21 Mar - 12:10

Mon objectif était atteins. Je regardai les hommes face à moi. Aucun ne bougeait, aucun ne courrait venger la mort de leur chef, aucun ne l'avait défendu. Ils avaient peur. Ils m'avaient vu combattre, désarmer, faire tomber, et finalement terasser leur commandant, avec aisance.

Je suppose qu'il n'y a personne d'autre qui souhaite me combattre en tête à tête. A présent, ouvrez les portes, je dois passer. Sinon je les brulerai.

Evidement j'en étais incapabe, de même que cette armée, au complet, en arme, pouvait m'abattre en quelques secondes. Mais l'important, c'était de maitriser la peur des hommes face à moi, de leur donner une image bien plus valorisante que je ne l'étais en réalité. Ils ouvrirent les portes, et s'écartèrent sur mon passage. C'était très pertubant de voir cette armée s'écarter alors que j'étais leur ennemi. La porte s'ouvrit sous mon passage.Les hommes étaient sans chef, sans organisation, sans but, sans consigne. Nul ne savait ce qui convenait de faire ou de penser. Battre en retraite, m'attaquer, m'obéir, quelles choix? Quelles lois? Ils étaient perdus et désorientés.

J'entrai dans la forteresse déserte, silencieuse, hormis pour un petit vacarme au loin, certainement du à la bataille en préparation. Tout le monde était dehors ou sur les remparts, armes à la main. Je partis à la recherche des geoles, je les espérais près des remparts. Derrière ceux-ci, la confusion régnait, le vacarme des discussions et des poussées de colères me venaient aux oreilles. Je trouvai les geoles vides, ou presque. Tout était noir, triste et terne. Prison de pierres humides aux barreaux de fer rouillés. Une puanteur régnait ici, mais il n'y avait rien. Disons qu'il n'y avait plus rien de vivant, juste quelques cadavres. C'était signé Anrilwen. J'avais peur qu'elle ait combattu jusqu'à la mort plutot que de se laisser capturer dans la forêt. Finalement ces cadavres étaient la preuve que mes craintes étaient fausses. Mais elle n'était plus là.

Je suivis la piste des morts telle un parcours et découvris alors quelle était la petite clameur. C'était la sylvanienne aux prises avec ses geoliers, dans un combat frénétique de haches et d'épées.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix


Dernière édition par Nalec le Mar 20 Mai - 11:53, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Maltaur ( forêt d'or ) Anrilwen partie1   Ven 28 Mar - 15:23

J'eus peur pour sa vie, peur qu'elle soit placé blessée, estropiée par un coup de haches ou d'épées. La pauvre n'avait jamais combattu de sa vie. Mais elle était d'une race fière et forte, son agilité était sans égale. Je me joignis vivement à la mélée et nous pûmes les vaincre aisément. Anlirwen était toujours la même, la même aisance, la même grâce, la même force et la même pureté. La même peau satinée, le même visage, nullement assombri par la rage du combat. Une suite de gracieuses cascades afin d'éviter les lames ennemies. Elle ne sembla point surprise de ma résurrection, moi je l'étais par sa fuite...

Je suis surpris de te retrouver dans cette situation. Je m'attendais pas à ce que tu t'en sortes si bien.
Tu étais mort pour moi, je n'allais pas attendre sagement que tu reviennes me sauver, je peux m'enfuir seule.
Allons ne te sens pas insulter. Je suis heureux de te retrouver ainsi.
Tu ne peux comprendre, combattre à l'épée n'est pas si facile pour nous sylvaniens, le combat est contre notre nature.
En effet, je croyais que vous refusiez de tuer, même pour vous défendre.Elle prit ceci comme une attaque.
C'est exact. Vous n'auriez pas du venir me libérer. La bataille aura bientot lieu et vous mourrez comme tous les autres.
En cas vous n'auriez pas du être capturée, je ne serais pas venu.
Et vous vous n'auriez pas du être blessé.
Vous auriez du faire attention à vous.
Vous auriez du mieux vous débrouiller.
Vous n'auriez pas du me suivre en forêt.
Vous n'auriez pas du être fait prisonnier par les sylvains.
Vous n'auriez pas du m'obliger à vous protéger dans la forêt.
Vous n'auriez pas du me sauver ce jour-là.
Celà me glaça le sang. Je pris tout mon temps pour répondre, nous parcourions alors la ville déserte.
Allons, si vous étiez morte, il n'y aurait eut plus rien à sauver qui vale le risque de se faire tuer
Arrêtez vous facéties.
Je n'ai rarement été aussi sérieux. Rappellez vous que je suis revenu ici pour vous.
Et qu'espérez vous faire à présent?
Ce que je fais de mieux, combattre.
Pitoyable!

Adorable.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix


Dernière édition par Nalec le Ven 22 Aoû - 19:33, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maltaur ( forêt d'or ) Anrilwen partie1   

Revenir en haut Aller en bas
 
Maltaur ( forêt d'or ) Anrilwen partie1
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [Bande] Gobelins des forêts
» [HRP] Description de la forêt
» Une petite leçon dans la forêt
» La forêt morvandelle
» [Gobelins des forêts] Les "Bones Basha"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nalec :: RP :: Rp perso-
Sauter vers: