Nalec

Role play Nalec de Pilmaldur chef des Flammes du Phénix
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Balrog. Anrilwen partie3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Balrog. Anrilwen partie3   Sam 2 Aoû - 10:47

Une dizaine d'entre eux se balladaient dans la forêt. Nalec avait repéré leurs traces et les avait suivis. Les patrouilles, toujours plus nombreuses, s'enfonçaient profondément dans la forêt à présent, ne rencontrant jamais de résistance. Armé d'un arc sylvanien et de l'épée du Phénix, il poursuivit les orcs à travers la foret et finit par les rattraper. Ils étaient dix. Toutes les patrouilles étaient constitués de dix orcs, à chaque fois. C'était décidément une armée bien coordonnée.

L'elf les vit courant entre les arbres, s'arrêtant souvent pour couper ou arracher les plantes environnantes, ils n'en demeuraient pas moins rapide. Leurs lames fauchaient tout sur leur passage. Nalec se plaça derrière eux et prit son arc. Il s'arrêta de courir, banda l'arc et visa. Par chance plus que par habileté, la flèche atteignit l'orc dans la nuque, il s'écrasa en silence. Nalec banda une nouvelle fois. Les orcs s'éloignaient, il fallait faire vite avant qu'il soit hors de portée. Nalec tira, la flèche ricocha sur l'armure d'un orc. Tous se retournèrent et cherchèrent ce qui avait provoqué ce bruit.

Les orcs virent la flèche par terre et poussèrent des cris, tournant la tête de tout coté. Une flèche atteignit l'un d'eux à l'oeil, il tomba mort.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix


Dernière édition par Nalec le Ven 19 Sep - 22:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Balrog. Anrilwen partie3   Dim 3 Aoû - 10:38

Ils me découvrirent alors et attaquèrent. Ils étaient loin, j'eus le temps de bander une dernière fois mon arc et d'abattre un troisième orc. Ensuite, ce fut un combat à l'épée. J'avais la chance qu'ils soient dispersés et que les arbres les dispersaient encore plus. Ils arrivèrent un par un. Quatre tombèrent sous mon épée. Les trois survivants s'enfuirent, suivis de près par mon épée. Je pus en rattraper un, mais son armure dévia ma lame et emportés dans notre élan, nous tombâmes au sol et alors un combat à mains nus, s'engagea. Mon coude élargit sa machoire et ce fut finit. Les autres s'étaient échappés.

Je ramassai mon épée rouge. Mes mains tremblaient. La sueur perlait entièrement mon corps, le dos, la poitrine, le visage. Un sang qui n'était pas le mien ornait mes lèvres. Je sentais d'autant le vent souffler sur moi. Il me rafraichissait comme l'eau. Il m'enveloppait comme l'eau. Je le savais pour l'avoir pressenti, la nature m'aidait dans ma quête, dans ma chasse contre les patrouilles orcs. Mes vêtements étaient déchirés, mais c'était peu cher payé pour 8 orcs tués aujourd'hui. Alors que je repartais vers le royaume sylvanien pour faire mon rapport à la reine, je vis que le soleil déclinait et que le soir prenait place. C'était donc finit pour aujourd'hui, demain je recommencerai à chasser les patrouilles orcs.

Alors que je me tenais devant l'arbre ancestrale, gardien des sylvaniens et entrée de leur forteresse, je vis mon ombre s'étaller sur son tronc massif. Je parcourus l'habituel tunnel et arrivai sur le sol vivant de la citadelle d'Anrilwen, grande reine des sylvaniens.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Balrog. Anrilwen partie3   Lun 4 Aoû - 22:56

Celà faisait une semaine maintenant qu'il était entré dans le royaume de Maltaur. A la demande urgente de sa reine. Un mal plus grand que celui des humains était survenu, plongeant le peuple sylvanien dans un désarroi et un désespoir profond. Certains avaient commencé à quitter le pays pour se réfugier chez les elfs. Les arbres se faisaient bruler. Les animaux fuyaient la forêt également.

Les orcs avaient envahi l'île. Tous armés d'haches ou longs cimeterres, ils portaient des armures, des souliers cloutées, des colliers cloutées. Par patrouilles, ils exploraient le pays entièrement. Ravageant tout sur leur passage.Les sylvaniens n'avaient ni armée, ni armes. C'était la deuxième patrouille que Nalec rencontrait, et il avait à présent beaucoup de choses à dire à la reine.

Quand il fut rentré, des serviteurs spécialement attachés à son service le débarassèrent de son armure et lui firent couler un bain.


Apellez Anrilwen, je dois lui parler.

Alors qu'il se détendait dans son bain, Anrilwen entra soudainement dans la pièce.

Tu as demandé à me voir?
heu.... oui mais pas maintenant, je prends un bain là.
Et alors? Quelle rapport?
Ba tu n'as pas à être là quand j'prends un bain voyons!Ce dernier mot avait le don d'exaspérer Anrilwen.
Ecoute, je t'ai déjà dis que ce que tu appelles l'intimité n'existe pas dans notre peuple... alors arrête ton délire et dis moi ce qu'il y a.
Ca veut dire que je peux venir quand tu prends ton bain?Répondit l'elf qui ne manquait pas une occasion d'avoir raison.
C'est différent, je suis reine.


Anrilwen avait toujours le dernier mot, c'était inutile de continuer.

La patrouille que j'ai vaincu aujourd'hui comportait encore 10 orcs. C'est toujours des patrouilles de 10 orcs, armés et en armures. Pour qu'ils soient si organisés et si bien équipés, je pense qu'ils ont des dirigeants autre que des orcs, des dirigeants puissants. Ce ne sont pas de simples sauvages.
Mauvaise nouvelle.
Et j'ai pire. Deux d'entre eux se sont enfuis sans que je puisse les tuer. Bientot, d'ici 2 ou 3 jours, ils diront à ces fameux dirigeants que je suis ici.
Ce n'est pas parce qu'on sait qui on affronte qu'on peut le battre.
Non, mais ça aide. Je vais avoir besoin que tes magiciens découvrent qui sont ces dirigeants. Je veux pouvoir anticiper les mouvements orcs.
Bien, une missive est arrivée ce soir pour toi. Je te l'apporte quand tu seras sorti de ton bain.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Balrog. Anrilwen partie3   Mar 5 Aoû - 10:40

Peu de temps après, Nalec s'habilla et se rendit à la salle du trone. Du moins est-ce ainsi qu'il l'appelait, car il n'y avait pas de trone, mais c'était là que la reine et les membres du conseil se trouvaient toujours. Anrilwen vint à lui et donna la missive.

Seigneur Nalec,

Je t'écris pour t'apporter des nouvelles en ces heures sombres. Le conseil des elfs refusent toujours de fournir des renforts au pays sylvanien et je suis moi même dans le doute. Les patrouilles orcs ont avancé jusqu'à nos frontières. Nous préparons actuellement nos défenses pour la guerre. La frontière a été avancé jusqu'aux forêts sauvages au nord, nous espérons ici décimés toutes les patrouilles qui tenteraient de pénétrer dans notre royaume. Des remparts sont en construction pour le moment où les orcs cesseront d'envoyer de simples patrouilles pour nous envoyer toute l'armée. A ce moment nos archers quitteront les bois pour défendre les remparts. Nous craignions cependant de ne pas avoir assez de temps. Notre royaume est grand, l'entourer d'une rempart de pierres ne sera pas si aisée.

J'espère que dans le pays de Maltaur, ça se passe mieux qu'ici. Nous avons pour le moment abattus une trentaine de patrouilles, composées à chaque de 10 orcs en armures. Je soupçonne les orcs de venir d'un autre continent particulièrement bien développé pour posséder de tels équipements.

Transmets mon affection sincère à Anrilwen.

Fingon.

Un royaume orc dans le nord... et puis quoi encore...

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Balrog. Anrilwen partie3   Mar 5 Aoû - 19:02

La citadelle souterraine était magnifique. Son architecture unique mélait la pierre et la plante. Des oiseaux volaient et chantaient au dessus de buissons et faisaient leurs nids dans les plants grimpantes, qui recouvraient les piliers et les murs. Par une magie que je ne pouvais comprendre, la pièce centrale, immense, était inondé de la lumière du jour. La nuit, les rayons de lune donnait un reflet argentée au mur lisse de la citadelle. Des étoiles brillantes naissaient pour illuminer doucement la forteresse endormie.

Huit âmes demeuraient éveillées dans cette nuit claire. Nalec, Anrilwen, et les 6 magiciens qui formaient le conseil. L'elf parlait avec la sylvanienne.


Fingon m'a écrit une missive. Puisque c'est lui qui écrit, je suppose que Fingolfin n'est toujours pas revenu et qu'il dirige encore le pays. Il pense qu'un royaume orc existe au nord, et qu'il tente une invasion. Quel idiot.
Il n'existe aucune terre au nord?
Si, mais elles sont glacées certainement, rien ne peut survivre. Il juge mal cette façon de patrouiller le continent.
Donc, que se passe t-il d'après toi?

Nalec hésita un peu, cherchant comment formuler ses découvertes.

Les orcs sont organisés et équipés. Donc ils ont des chefs puissants. Ils forment des patrouilles pour découvrir ce continent qu'ils ne connaissent pas et connaitre les forces en présence. J'estime le nombre de patrouilles à environ 100 à travers tout le continent. Ce qui ferait une avant garde de 1000 orcs. On peut donc estimer l'armée complète entre 50 000 et 100 000 orcs.
4000 sylvaniens ne vaincront jamais celà.
Tout juste. Surtout vu la force, l'équipement et l'organisation de cette armée. Le seul avantage que nous avons, c'est que les dirigeants ne connaissent pas le continent. Ils sacrifient sans hésiter ces quelques centaines d'orcs pour obtenir des informations. Toutes leurs patrouilles au sud ont été tuées, ils savent donc qu'un royaume puissant existe. Ici,à l'ouest, seuls 18 orcs ont été abattus, ils nous savent donc faibles.
Ils nous attaqueront donc en premier.
Exactement.
Si nous n'avions tués aucun de ces orcs, peut être auraient-ils cru que cette forêt est inhabitée, et ils nous auraient laissé en paix. Ils auraient ignoré notre existence.
J'en doute. Ils ont apparu au nord. Ton pays est au nord ouest du royaume elfique, vous auriez été colonisé avant l'assaut contre Dhilvalars.

nalec laissa le temps à Anrilwen d'encaisser la nouvelle.

Maintenant qu'on est sur qu'ils frapperont ici bientot, que faisons nous?
Je dois savoir qui sont ceux qui dirigent l'armée orc, et les rencontrer.

Devinant les pensées de Nalec, elle répondit.

Pour les tuer. Comme tu as fais pour désorganiser les humains.
Ce ne sont que des animaux, sans dirigeants, ils se dévoreront entre eux et se débanderont.
Je me demande bien comment pareilles abominations ont pu naitre.
C'étaient des elfs autrefois.Anrilwen haussa les sourcils.
Tu plaisantes?!
Pas du tout, c'est une longue histoire. Tes magiciens sont prêts?

Ils allèrent voir les magiciens, qui, sur ordre de Nalec, usait de leur magie pour découvrir qui dirigeait cette terrible armée. L'elf savait ces magiciens très puissants, puisqu'ils avaient déjà subi leur magie. Il n'était d'ailleurs pas très aimé parmi le peuple sylvanien, hormi par la reine. Tous avait vu, lors d'un sort de "vision incarnée", l'esprit et le passé de l'elf lorsqu'il avait été fait prisonnier ici, il y a 5 ans.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Balrog. Anrilwen partie3   Jeu 7 Aoû - 19:30

Ils le sont, ils attendent tes...

A cet instant un gnome arriva tout essouflé. Haletant et transpirant, il tendit une lettre à Nalec sans pouvoir prononcer un mot. L'elf la prit, le gnome claqua des doigts et il disparut. Nalec déplia la missive et la surprise se lit sur son visage. Au départ il crut que c'était une nouvelle lettre de Fingon, car l'écriture était celle des elfs. Mais ce n'était pas l'écriture de Dhilvalars, c'était de l'ancienne elfique.

Chevalier de Flamme,

Je suis le tout puissant chef de l'armée démoniaque qui conquiert cette terre. Mon pouvoir s'étend et mon ombre enveloppe chaque jour collines et plaines. Tu es un elf dans un pays de sylvanien, guerrier habile et puissant. Je suis curieux de te connaitre et de savoir d'où te vient une telle puissance. Tu as combattu avec bravoure les troupes qui patrouillent pacifiquement afin de connaitre cette terre que j'aime mais qui reste pour moi inconnue. Aussi ais-je décidé de t'inviter, si tu le souhaites bien, à venir dans mon humble demeure, afin que nous fassions connaissance toi et moi.

Une rencontre entre guerriers de valeur ne peut être que bénéfique. Je te fais suffisament confiance pour te donner le chemin de ma maison, j'espère qu'en retour, tu sauras te montrer bienveillant envers moi. Et suffisament discret pour que nous ne soyons pas dérangés. Ma maison est l'ered nar. Je t'y attends.


Nalec lut la lettre et la tendit aussitot à Anrilwen, puis se mit à réfléchir.

Qu'est ce que ceci signifie?
Beaucoup de choses.Et il sourit.Cette lettre nous informe de nombreuses choses. Premièrement, ered nar signifie montagne rouge en elfique, donc il se trouve au pied du volcan au nord du continent. Ensuite, il ne peut avoir appris mon existence qu'auprès des deux orcs qui se sont enfuis il y a quelques heures. Or aucun orc ne peut faire le trajet aller-retour en une demi-journée. Sauf à cheval. Mais uniquement l'aller, pas le retour. Ce " chef " ne peut pas avoir vu les orcs en fuite et avoir envoyé son messager en si peu de temps. La distance est trop longue.

Il m'a vu à travers les yeux des orcs en fuite. Il doit controler ses orcs par la magie. Et lorsque les orcs m'ont vu, il m'a vu aussi. Il a aussitot écrit ce message. Ces deux orcs doivent à peine être rentrer au campement à l'heure qu'il est. Je sais donc que c'est un être puissant, ni humain, ni orc. Certainement un démon. Un démon puissant, mais pas assez pour conquérir ce pays. S'il se donne la peine d'organiser une rencontre, c'est qu'il souhaite des informations, sur moi, sur les sylvaniens, sur les défenses du pays. Tout ce qu'il a vu comme défense c'est moi, et pour cause, je suis votre seule défense. Il est en pleine inconnue, et sait qu'il ne peut pas simplement lancer son armée et tout raser sans se poser de question, il manque de force pour celà.

Si j'étais à sa place, je me demanderais qui attaquer en premier. Ce pays semble faible, mais sans intérêt. Le pays des elfs au sud semble riche mais puissant. L'attaquer serait interessant, mais risquer, surtout si la forêt n'est pas sans force comme il le suppose. Il a besoin d'information. Pourtant avec 50 000 et 100 000 orcs il est capable de briser Dhilvalars. Sauf peut être s'il n'a pas de cavalerie ou d'armes de siège. Les orcs sont idiots, peut être n'a t-il qu'une simple armée de fantassins...


Nalec...L'elf sortit de ses reflexions, il parlait plus à lui même qu'à Anrilwen, qui n'avait pas suivi grand chose de ses raisonnements de guerrier.Les magiciens sont prêts.
Parfait, qu'ils regardent le volcan au nord!

Les deux amis rejoinrent les magiciens. Quand ils passèrent devant, vieils êtres rabougris à la barbe grise, Anrilwen les salua avec respect et force de politesse, presque avec timidité. Nalec était étonné de voir à quel point une si grande reine pouvait être aussi humble. Ils avaient formés un cercle et bientot une vision du monde apparut devant eux grace à leur magie. Ils virent la forêt de Maltaur, puis des plaines et enfin le campement orc, du moins une partie, car il était immense. L'elf ordonna d'aller observer directement la montagne. La vision montra une grande montagne. Elle descendit jusqu'au pied celle-ci. Une grotte était visible. Les magiciens tentèrent de guider la vision jusqu'à l'intérieur de la grotte, mais ils n'y parvinrent pas. La vision trembla, se brouilla. Les magiciens réessayèrent, sans succès. La vision se brouillait à chaque fois de plus en plus violement, jusqu'à ce que finalement, elle disparut.

Les magiciens soupirèrent après tous ses efforts. Ils étaient couverts de sueurs. Soudain, deux d'entre eux s'effondrèrent sur le sol, morts. Le sort et le combat magique les avait tué.


Nous n'avons rien pu découvrir, jamais encore les magiciens n'avaient rencontré plus forts qu'eux, jamais Nalec!
Au moins maintenant je sais qui nous affrontons.Dit-il d'un air triste.
Et comment? La vision s'est estompée avant que nous ayons pu voir quoique ce soit...Répondit Anrilwen.
Oui. Mais il y a peu de force en ce monde, capable de parler l'ancienne elfique, de controler une armée d'orc par magie et de briser la magie sylvanienne...Nalec soupira de désespoir.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix


Dernière édition par Nalec le Mar 12 Aoû - 22:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Balrog. Anrilwen partie3   Mar 12 Aoû - 22:22

Nous affrontons un Balrog. La vision confirme mes pensées.Sans attendre la question d'Anrilwen, Nalec ajouta. Un balrog est un démon de l'ancien monde. Un esprit de feu d'une grande puissance. Il est capable de manipuler ces orcs par la pensée tout en gardant sa force physique. Fais de cendres et de flammes, c'est un ennemi plus puissant que ce que j'ai affronté pour le moment. Mais pas invincible.

L'assurance et le manque de peur chez Nalec ne pouvait que rassurer Anrilwen. Bien que l'elf ne cessait de faire les cents pas, ce n'était pas un signe d'anxiété venant de lui. A défaut de peur, c'était l'excitation qui dominait, il cherchait activement quel serait le meilleur moyen de battre cet ennemi. Une main sur la garde de son épée, l'autre sur sa hanche, les yeux baissés et le front plissé, sa cervelle étincelait d'idées et d'analyses jusqu'à ce que la reine l'interrompit.

Je sais ce qu'est un Balrog.

Elle était pâle et frissonnante, comme une eau trouble. Le visage bas et le regard perdu dans de noires pensées.

Comment le sais-tu Anrilwen?
Mon peuple les a déjà combattu.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Balrog. Anrilwen partie3   Mar 12 Aoû - 22:47

Comment ça ton peuple a déjà combattu DES balrogs?! Vous êtes pas foutus de vous défendre contre des mortels!
C'est une très très longue histoire Nalec, on aura pas le temps ce soir et de toute façon je ne connais pas tous les détails. Saches simplement qu'il y a environ cent millénaires, mon peuple a combattu des balrogs. Il y eut tellement de sang à laver que mon peuple est devenu pacifique éternellement. Il se peut que ce Balrog soit un rescapé. Dans ce cas celà expliquerait encore plus sa soif d'informations.
C'est une révélation étonnante. On en reparlera.

Les seigneurs parlaient et s'affairaient beaucoup. Déjà plusieurs créatures se hataient d'emporter les corps des deux magiciens morts tandis que les autres rentraient dormir. Nalec ne se rendit compte de l'animation autour de lui que tardivement.

Anrilwen, il se fait tard, allons nous coucher.

L'elf aurait préféré une chambre près de l'entrée du palais, pour arriver le premier en cas d'attaque. Mais la reine lui avait préparé une chambre très éloigné de la pièce centrale. Plusieurs étages au dessus du tunnel permettant de sortir de la cité, une chambre isolée avait été bati, à coté de celles des personnages importants du palais. A cet endroit tout était calme. Il fallait descendre de nombreux escaliers pour retrouver l'animation de la ville, les artisans et tout ce qui faisait la vie de la cité. Au moins Nalec pouvait dormir et penser au calme. Il aimait cette solitude, il se sentait bien trop différent de ce peuple qu'il protégeait. Mais se réveiller au sommet d'un ensemble d'escaliers, de cordes et de branchages n'était très naturel chez lui au début.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Balrog. Anrilwen partie3   Mar 12 Aoû - 23:05

Le vent s'engouffra par la fenêtre et effleurait le visage de Nalec. Le guerrier se réveilla au pied de son lit. Il ne se souvenait pas d'avoir chuter durant la nuit mais peu importait. Il bailla et s'étira, remonta péniblement dans le lit et se rendormit, une larme de sommeil au coin de l'oeil. Les évènements de la soirée lui revinrent en mémoire. Il sauta hors du lit, lutta contre la paresse et enfin sorti. Il faisait froid au dehors. Peut être du à l'altitude ou à l'aube naissante. Une fois lavé et habillé, il se rendit dans la chambre d'Anrilwen.

La sylvanienne dormait dans la même chambre que son père. C'était une tradition qu'une femme ne puisse dormir que dans la chambre de son père ou dans celle de son mari, jamais chez un autre homme ou seule.


Anrilwen, debout ma grande.Dit-il gentillement en la secouant doucement des épaules. Elle ouvrit un oeil, puis le deuxième, lui bailla à la tronche et rala un peu.
Je t'attens dehors.

Une bonne dizaine de minutes après, Anrilwen sortit de la chambre, dans une tenue plus décente.

Tu sais que tu n'as pas le droit d'entrer dans ma chambre.
Je me fiche de tes lois, je respecte déjà pas celles de mon pays. Et puis tu es reine, tu peux changer les lois.
Uniquement si je le souhaite. Et je ne souhaite pas que tu entres dans ma chambre c'est compris?
Vous êtes étranges, une femme est cloitré sous la protection d'un père ou d'un mari et pourtant vous êtes chef de la famille...
On te demande pas de comprendre, mais d'obéir.
L'obéissance n'existe pas chez les sylvaniens et tu le sais. Ca nous fait un point commun. Et maintenant arrête de t'énerver sur moi, tu auras besoin de toutes tes forces cette aprem.
Pourquoi, je vais où?
Avec moi voir le Balrog.

Les traits de la reine s'affaissèrent, tandis que le guerrier restait toujours aussi distant et impassible. Comme si la peur et la peine qu'il ressentait c'était Anrilwen qui l'exprimait. Cet elf pourtant jeune dissimulait ses doutes qu'il commençait lui même à croire qu'il n'en avait pas.

Je ne te comprends pas Nalec.
Moi non plus je ne te comprends pas Anrilwen.Nalec pensa ajouter " mais je t'aime quand même ". Mais il se retint, n'osant pas dévoiler ses pensées.
Allons manger. Nous partirons dans une heure.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Balrog. Anrilwen partie3   Dim 17 Aoû - 11:28

Sachant la journée qui m'attendait, je mangeai au delà de mon appétit. Devant moi la reine gardait la mine basse et ne toucha presque pas à son assiette. Je me demandais pourquoi elle ne refusait pas la mission que je lui proposais.

Vas chercher une arme et donne tes instructions à tes hommes pendant que je vais mettre nettoyer mon armure.
Tu devrais retirer ton armure la nuit et nous la donner, on la nettoierait à ta place, au lieu de dormir avec.
Je m'occupe très bien de mon armure.Dis-je en me levant. Je sortai de table lorsqu'elle me demanda.
Et quels ordres dois-je donner à mes hommes?Je fus surpris et sans doute le remarqua t-elle.
Enfin tu es reine, tu n'as pas à recevoir mon avis. Et puis tu dois bien dire à tes sujets quoi faire pendant ton absence, qu'ils ne restent pas sans activité, surtout en temps de guerre. Tu as bien des choses à faire faire.Elle me regarda avec de grands yeux.
Donner des ordres.... t'es vraiment byzarre.

Une heure plus tard, nous étions tous les deux devant le tunnel permettant de sortir de la forteresse. A nouveau je fus consterné de voir qu'aucune cérémonie n'avait été dressé pour le départ d'Anrilwen. Elle partait comme si de rien n'était, tout allait bien, tout était naturel. Pourtant il avait été annoncé que nous partions parlementer avec le chef des orcs, mais la vie sylvanienne suivait son cours, inébranlable. Nous partîmes donc, avec les seules bénédictions de Telpérion. Me promener dans les forêts de maltaur avec Anrilwen me rappela beaucoup de bons souvenirs. J'appréciais beaucoup la première partie du voyage.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Balrog. Anrilwen partie3   Lun 18 Aoû - 21:20

Les deux amis partirent donc à l'aventure. Se rendant à l'improviste chez le commandant orc, encore inconnu. Anrilwen portait une tunique verte, du vert des jeunes roseaux chatoyant d'argent semblable à des perles de rosée, sa ceinture d'argent était façonné telle la branche tortueuse d'un saule pleureur. Ses longs cheveux tombaient en ondulation sur ses épaules et ses yeux étaient aussi lumineux que le soleil mais aussi froids que la glace.

Midi n'était pas encore passé quand ils sortirent de la forêt. Anrilwen connaissait des chemins surs à travers les arbres, où les patrouilles orcs ne pourraient nous surprendre. Un beau ciel d'été scintillait au dessus d'eux, les couches épaisses de feuilles les avaient jusqu'ici empécher de contempler ce nouveau paysage. Ils continuèrent leur route vers le nord. Le reste de la journée ils traversèrent des plaines vertes, le vent dans les cheveux, ses deux voyageurs n'avaient vraiment rien d'ordinaires. Et pour Nalec c'était une expérience unique. Il avait pour habitude de recevoir les ordres, une cible, des objectifs et de mener les troupes à l'assaut selon tout ceci. Aujourd'hui il dirigeait tout, y compris les oeuvres diplomatiques. Dommage qu'il n'ait pas d'armée à disposition.

L'elf s'imaginait sur ses plaines verdoyantes, conduisant une armée de ses semblables. Innombrables, organisés et puissants, portant armures et épées, boucliers et lances. Ils voyaient déjà l'armée d'orcs en face de lui, tous serait mort avant que la lune fasse son apparition. Pour une raison qui échappait à Anrilwen, Nalec restait silencieux. Il semblait calme et détendu. Quel dommage qu'il fut pas sylvanien, car bien qu'il fut courageux et fort, il était cependant froid et distant. Jamais une larme, jamais un tremblement, pas la moindre place au doute, au mépris ou à la tendresse. Aussi froid et inexpressif que l'armure qu'il portait.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Balrog. Anrilwen partie3   Mer 20 Aoû - 10:06

Les deux compagnons campèrent dans un petit bois. Leur passage fit fuir un groupe de chevreuils qui logeait ici. En revanche, à peine installer, assis par terre, des oiseaux vinrent à la rencontre des voyageurs. La musique du soir commença par le vent dans les feuilles, accompagnée par le chant des oiseaux. Ils n'avaient pas pris de bagage, Nalec se fit un lit au creux des racines d'un grand arbre, tandis qu'Anrilwen grimpa sur celui-ci pour s'allonger de manière accrobatique sur ses branches. Lorsque le soir déclina, Nalec entendit un chant différent de celui qu'il écoutait, s'élever peu à peu au dessus de lui.

Le soleil se couchait à l'horizon, du haut de son arbre Anrilwen le voyait et entamait un chant en son honneur. Sa voix claire emplit le bois, sa majesté se sentait au travers de sa musique. Et l'elf sourit.


Tinuviel elvanui.
Elleth alfirin ethehael,
O hon ring,
finnil fuinui, renc gelebrin thiliol.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Balrog. Anrilwen partie3   Mer 20 Aoû - 20:16

Au matin, je me réveillai désagréablement. Une racine m'avait labouré le dos malgré mon armure. J'étais crispé et tendu tout le long du dos. Ou peut être était-ce du à l'anxiété. Je ne me posais pas de question sur la conduite à avoir lors de l'entrevue, mais je savais que ça allait être dangeureux.

En tout cas Anrilwen semblait paisible et enjouée ce matin là, celà ne dura pas longtemps certe, mais pendant l'heure durant laquelle je me préparais au voyage, je la vis le sourire aux lèvres, sautillant de-ci de-là, caressant le sol de ses pieds nues et fredonnant un air que je connaissais guère. Mais en sortant de la forêt, le teint de sa peau changea. Sa peau semblait en quelque sorte plus bazané, comme si en sortant de la forêt elle avait perdu sa clarté et sa pureté. L'ombre de l'inquiétude imprégnait son visage. Avant que le soleil ne fut à son zénith, l'elf put percevoir au loin le camp des orc. Aussi immense et effroyable qu'il l'avait imaginé. Des tentes innombrables emplissaient la plaine et les contreforts de la montagne.

Mais aussi étrange que celà paraissait, le camp semblait vide. Anrilwen demanda pourquoi on ne voyait personne dans le camp, aucune agitation. Je ne répondis pas. Une fois arrivé au bord du camp, un cavalier vint à notre rencontre. Un homme court, de larges épaules et trapu avec un bec de lièvre très visible malgré sa barbe noire grisonnante, se présenta à nous comme notre guide jusqu'à la demeure de son maitre.

Nul doute pour l'elf que le camp avait été vidé afin que l'invité qu'il était ne puisse voir un seul orc. De même c'était un homme qu'on avait envoyé, et non un orc pour lui servir de guide. Question de présentation. Mais la puanteur qui se dégageait des tentes ne laissaient pas la place au doute. Des taches de sang étaient même parfois visible, de la viande pourrie gisait par terre et du linge souillé était répandu sur tout le camp. Mais si les immondes orcs avaient été là, ç'eut été bien pire.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Balrog. Anrilwen partie3   Jeu 28 Aoû - 19:18

On nous amena dans une grotte taillée dans la roche de la montagne. L'entrée était large et imposante telle une arche. Il n'y avait ni tunnel ni porte. Juste cette entrée qui menait à une grande pièce, tant par sa largeur que sa longueur. Contre le mur était entreposé armes et armures, et au fond de la pièce, l'obscurité complète.Il faisait chaud, bien plus chaud qu'au dehors, une chaleur étouffante et inconnue. Quelques torches donnaient une faible lueur. Les murs de pierres avaient un reflet ensanglanté. Le sol était sec et stérile. Je pensais que nous traverserions toute la pièce et que l'on verra le roi assis sur son trone, mais ce ne fut pas ainsi que les négociations commencèrent. Bien que de nombreux hommes et esclaves étaient présents dans la grotte, il y avait un vide dans cet endroit...

Une femme sortit du rang et vint nous accueillir. Petite, aux formes avantageuses, elle avait une silhouette parfaite. Son visage reflétait la jeunesse et l'insouciance, les traits doux et simples, elle produisait le même effet qu'un feu de cheminée dans une pièce sombre. A ceci près que sa beauté faisait tache dans ce sinistre endroit. Mais sa si jolie poitrine était si peu habillée qu'elle rendait claire les intentions de cette femme.


Mes salutations O jeune prince des elfs.

Je me nomme Isidyl, je serais votre humble servante pour cette fabuleuse rencontre. C'est moi qui aura l'honneur immense de parler au nom de notre nation.
Son regard naïf et son sourire timide aurait pu me faire craquer, malheureusement pour elle j'avais déjà contemplé une beauté bien plus belle que la sienne.
Ravi de voir si charmante demoiselle à mon service. Il me tardait de rencontrer le chef de cette armée, mais j'étais loin d'imaginer pareil plaisir.
Elle émit un rire cristallin.
Vous êtes bien plaisant avec la simple humaine que je suis.
Humaine?Je ris, mais ce rire n'avait rien de joyeux.Haaaa...humaine... me prends tu donc pour un idiot...

Elf armé et en armure, commandant, guerrier du Phénix. Je me révelai dans mon courroux. Je la saisis à la gorge et la secouais violement.

Qui crois tu berner femme putride! Tes tours et tes illusions ne trompent personne. Je suis Nalec! Et je ne m'adresserai qu'au démon que tu sers sale succube!

Je l'étreignai d'une main et à bout de bras. Son visage se décomposa par la peur et la rage, jusqu'à devenir hideux. Une peau grise et ridée, une langue démeusurée, fourchue comme celle d'un serpent, un corps squelletique, à peine féminin. Je la jetai sur le sol. Elle voulut se relever mais trébucha sur sa queue.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Balrog. Anrilwen partie3   Ven 29 Aoû - 16:18

Montres toi Balrog!

Un tremblement assourdissant jaillit. Je mis longtemps à comprendre c'était un rire, un rire froid et rauque. Sortant de l'obscurité de la caverne comme s'il en naissait. Le vide de la grotte fut immédiatement comblé, ce démon était gigantesque. Immense masse sombre, enveloppée de cendres et de flammes. Un être colossal qui projetait une aura de terreur. Les esclaves et serviteurs se couchèrent face sur le sol. Son apparition fit trembler tout le monde. Mon excès de colère parut enfantine face à la formidable impression de puissance qu'il dégageait. Je me retins de ployer le genoux face à lui.

Une peau craquelée, noire comme cendre. Des fentes pour yeux et narines. Une bouche d'où s'échappait des nauges de flammes. Géant. Terrible. Une aura de puissance se dégageait de lui.


Vous êtes perspicace, Nalec.Sa voix grave reflétait son esprit démoniaque. Ses paroles semblaient à la fois des ordres et des malédictions.
Vous avez laissé passer bien trop d'indices. Votre peur vous a trompé.Il émit un nouveau rire qui fit frémir les parois de la caverne.
Je ne ressens pas la peur, petit elf. Pas plus que vous qui osez pénétrer dans mon domaine.
Nous avons été invités.
C'est vrai, alors écoutez à présent ce pourquoi vous êtes venu. Je suis le maitre d'une vaste armée, qui se déploiera dans tout ce continent. Je conquiers à ma guise et personne ne peut me faire face. Mes troupes innombrables assèchent les rivières et rasent les forêts sur leur passage. Vous n'avez d'autre choix que de mourir ou de me suivre, Nalec.
Je marquai un temps d'hésitation.
Vous m'avez envoyé un message quelques heures à peine après que j'ai tué 8 de vos orcs. Celà m'a permis de découvrir que vous controliez vos orcs par la pensée, donc que vous étiez un démon. Sachant que vous êtes un démon, je savais déjà quelle proposition vous alliez me faire.
Et vous croyez sans doute être capable de me tenir tête. Vous pouvez certes abattre une poignée d'orcs, mais ils réapparaitront encore et toujours. Votre puissance serait mieux employée auprès de moi.
Je sais que vous pouvez créer des orcs à volonté. Mais votre pouvoir de controle est limité. Vous ne pouvez controler tous les êtres de ce monde, je pense même que vous avez atteint vos limites. Un millier de patrouilles de 10 orcs, donc une avant-garde de 10000 orc, donc une armée de 100 000 orcs. Voici votre puissance à son grand maximum, et pourtant cette armée n'est pas assez grande pour vaincre les sylvaniens et les elfs. Vous avez besoin de moi, mais moi non.Répondis-je.
La puissance que vous détenez ne vous permet pas de vous opposer à moi. Vous mourrez dans cette guerre, tandis que je détruirai les royaumes qui refuseront de se soumettre un par un. Vous êtes le seul combattant parmi les sylvaniens. Et ma première offensive sera dirigée contre vous. Rejoignez moi, ou mourrez.
Je tentai de le convaincre que nous attaquer serait suicidaire, mais je ne faisais que le renseigner un peu plus à chacune de mes paroles.
L'armée des sylvaniens possède une force bien plus grande à la votre. Il y a dans la forêt de Maltaur, une magie qui vous vaincra au moment même vous poserez le pied sur la forêt. Je suis ici pour diriger cette force contre vous, prenez garde!
Vous êtes un chevalier elf, seul et perdu. Un guerrier solitaire face à l'armée la plus cruelle que ce continent n'ait jamais connu. Vos elfs ne vous soutiendront pas. J'aurais le plaisir de vous exterminer un par un.
Je vaincrai vos orcs, avec l'armée sylv....
Vous ne vaincrez pas les orcs seul! J'en suis sur! Mais je viendrais personnellement vous trancher la tête. Vous n'êtes pas de taille, elf. Les sylvaniens se terrent dans leur cité. Ma puissance est inébranlable.

Je fus réduis au silence. Il en savait bien plus qu'il n'en disait. La victoire se lisait dans ses yeux. Il savait la faiblesse des sylvaniens. Et j'avais sous estimé sa malineté.

Rejoignez moi, guerrier elf. Vous ne pouvez seul la forêt.

Il était bien plus fort que moi, il avait une armée, il avait sa magie. Je ne pouvais pas le vaincre. A ce moment, Anrilwen sortit de l'ombre et s'avança vers le Balrog. On aurait vainement cherché dans ses yeux une quelconque trace de peur.

Je suis Anrilwen, reine du peuple de sylvaniens. Je vous promets une défaite totale et une mort douloureuse, démon!
Je vous avais dis de venir seul!
Il n'a jamais eut l'intention de vous suivre. Son coeur ne vous appartiendra jamais.

Avec un cri de rage. Le balrog sortit une longue épée faite de flammes. Je me précipitai vers Anrilwen. Un éclair blanc jaillit de sa main. L'épée s'abattit. Nous avions disparus.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Balrog. Anrilwen partie3   Mar 2 Sep - 12:44

La magie d'Anrilwen nous avais transporté momentanément dans la cité des sylvaniens. L'air frais nous glaça les poumons après la chaleur étouffante de la grotte et du Balrog. Une fumée nauséabonde trainait autour de nous, noir de cendre. Notre peau était brulante. Mes mains tremblaient. Anrilwen se tenait droite et fière. J'étais courbé et apeuré.

Celà s'est très mal passé.
Celà aurait pu être pire, nous sommes vivants.Dit-elle d'un ton ferme.
Je n'ai rien appris de lui, il sait tout de moi. Il sait que nous sommes alliés, il sait que je suis seul, il sait que je ne peux le vaincre, il sait les informations que j'ai sur lui. Je ne sais toujours pas comment l'arrêter, le saurais-je que je n'en aurais pas les moyens.
Nous sommes en vie, nous défendrons nos vies, n'aies crainte Nalec.

L'après midi tirait à sa fin dans la forêt sylvanienne. L'air de la cité était trop froid pour moi, je sortis au dehors. Je me promenai parmis les plantes et les arbres de la forêt, en compagnie d'Anrilwen. Mes soucis me quittèrent après quelques minutes de marche. Peut être était-ce du aux idées noires, ou à la guerre qui m'occupait l'esprit il y a 5 ans, ou à la présence d'Anrilwen, mais je fus surpris de constater à quel point tout ce qui m'entourait était beau. Je n'y avais encore jamais fais attention pleinement. Mais les plantes étaient belles et douces comme les traits du visage d'une femme. Les fines goutellettes d'eau perlaient la verdure. Le vent enjolait les feuilles qui chantaient.

Et je compris. Je compris ce monde fait de bonheur, et de beauté. Je compris ce monde lumière et de musique. Ce monde dans lequel on pénétrait et d'où on ne pouvait sortir. Je compris les sylvaniens, j'en devins un. Il fallait les sortir de ce monde si doux et les obliger à le défendre, je ne pouvais faire celà sans comprendre la vie comme eux, sans vivre comme eux. Anrilwen et moi mangâmes ensemble ce soir là, dans une petite clairière sombre, où le vent ne pénétrait guère. Ce fut un repas agréable, bien que silencieux, mes pensées s'égaraient parmis les arbres, quand à celles d'Anrilwen je ne saurais dire où elles vagabondaient.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Balrog. Anrilwen partie3   Sam 1 Nov - 13:33

Nous marchions vers la porte de sa citadelle. Elle cessa le pas à l'entrée. Je me retournai vers elle. Son regard me fixait. Elle me dévisagea et dit enfin.

Je souhaite combattre avec toi.

Nous restâmes silencieux. Le plus dur était dit, je n'avais pas besoin d'autres paroles.

Choisis une arme ce soir, et demain matin tu m'accompagneras.

A nouveau je traversai le long tunnel, gravit les hautes marches qui menaient aux chambres. La nuit pour moi fut agité. Je rêvais du Balrog. Ou plutot cauchemardais. Les murs lisses et lumineux me paraissaient sombres comme les parois d'une grotte. La fraicheur nocturne se muait en une chaleur étouffante. Et il était là, face à moi, et je n'avais d'autres choix que de combattre, nulle fuite possible, nulle aide. Gigantesque. Détenant une puissance bien au delà que ce que son corps suggérait. Que pouvais-je faire? J'allais mourir au combat.

Je me réveillai en sueur. Mon lit en était trempé. Je serrai mon épée, mes jointures étaient blanches, et ma main refusait de lacher prise. Dans l'embrasure de la porte je vis une silhouette. Mon coeur fit un bond, croyant un moment que mes rêves devenait réalité. Mais il s'agissait d'Anrilwen.


Vous avez fait beaucoup de bruits, vous avez crié je crois, alors je suis venu voir. Votre respiration est sacadée.
Je vais bien.Répondis-je la respiration haletante.Partez! Vous n'avez pas le droit d'entrer dans la chambre d'un homme.
Les lois sont faites pour être enfreintes, c'est vous qui me l'avez appris.
PARTEZ!Je me controlai plus. Elle était trop fière pour seulement obéir.

Le matin arriva. A l'aurore j'étais déjà prêt. Ou plutot avais-je descendu les escaliers assez tot, car je dormais avec armure et épée et n'avais nulle besoin de me préparer. Elle descendit et me rejoignit.

Nous ne mangerons peut être pas durant la journée, alors mangez au delà du necessaire ce matin.
Je n'ai pas faim.
Je suis désolé mais il faut vous forcer.
Je n'ai pas faim, je ne peux pas.

La compassion de mon regard la contrariait au plus haut point.

Quelle arme avez vous choisis?

Elle me montra la dague à la lame verte que je connaissais déjà. Celle avec qui elle s'était lancé à l'assaut de tout un bastion d'hommes, il y a quelques années.

Pas d'armure?
Il n'y en a pas. Et puis je compte sur la rapidité et l'agilité de ma race.
Allons y.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Balrog. Anrilwen partie3   Sam 24 Jan - 17:52

Nous parcourions la forêt, sans nous préoccuper d'être vu ou entendu. Le but étant de trouver une patrouille orque et de la tuer, que ce soit nous qui les trouvions ou eux qui nous trouvent celà n'avait guère d'importance. En chemin je demandais à Anrilwen comment je devais m'y prendre pour soulever le peuple sylvanien et en faire une armée.

Ton père a réussit à rassembler ton peuple et a les dirigé comme une armée vers la forteresse humaine, si lui a pu le faire ça veut dire que ce n'est pas impossible.
Tu es différent de lui Nalec. Tu es un elf et celà change tout.
Explique moi s'il te plait, je dois savoir.

Elle resta silencieuse mais semblait génée. Une situation assez connue entre nous deux.

Très bien.dit-elle après un moment.Mais tu dois garder tout ce que je vais te dire secret. Le mode de vie des sylvaniens, leur histoire et leur secret n'est pas une chose à prendre à la légère, c'est la vie de mon peuple que je te confie.
C'est pour le protéger que je suis là, mais je ne puis le faire seul.Répondis-je.
Bien, alors écoute moi attentivement et ne m'interrompt pas.Dit-elle en faisant preuve d'autorité.

Au départ la forêt était peuplé uniquement par des dieux. Ces dieux étaient dans la terre, dans l'air, dans l'eau, partout. C'était l'age de la nature. Puis la végétation s'est transformée, de nouvelles formes de vie sont apparues, insectes, rongeurs, mamifères. Et les plus pures de tous, ceux directement nés de la nature, les sylvaniens. Notre age d'or. Tellement de races différentes, de contact avec le monde entier, de magie, de bonheur. Puis la vie s'est modifiée avec le temps, encore et toujours. D'autres races sont apparus, elfes, humains, orcs, démons. Lorsque ceux ci sont arrivés, les dieux nous protégèrent. Ils repoussèrent tout ceux qui menaçaient notre paradis. Puis la famille royale fut crée. Cette famille n'avait qu'un seul véritable pouvoir, celui de pouvoir parler avec les dieux afin de demander leur aide et leur secours quand le danger menaçait. Ainsi est né cette coutume. La reine des sylvaniens est celle qui protège son peuple depuis des millénaires, elle est la seule à être préoccupé par la sécurité du royaume, la seule à pouvoir défendre son peuple. Sauf qu'évidement, aucun dieu ne vit dans cette forêt reculée, et de toute façon leur existence n'est qu'affaire de la légende, on ne sait guère s'il existe.
Mais la tradition demeure, je suis la gardienne des sylvaniens tant que durera mon règne. Comme ma mère avant moi. C'est elle qui a utilisé un sort de feu très puissant en consumant son propre esprit en sacrifice. C'est elle que tu as trouvé dans les bois la nuit où tu es arrivé dans la forêt. Elle espérait faire fuir les humains en faisant naitre de puissantes flammes. Ces flammes ont tué quelques humains, en ont fait fuir des centaines, mais finalement tu es arrivé.
Mon peuple s'attend à ce que j'éloigne le danger du royaume, comme le veut la tradition depuis des millénaires.

Tout ça à cause de l'histoire des dieux et de la création du monde...
C'est notre histoire Nalec, ne la rejette pas. Et c'est la raison pour laquelle les sylvaniens ne feront rien, ils ne connaissent pas la guerre, le principe même de sécurité est inconnue.
Mais ton père...
Mon père avait perdu sa femme et sa fille en 2 jours. Comment croirais-tu qu'il réagirait? Mon peuple a suivit son seul guide, voilà tout. Et puis je te rapelle que tu....

Subitement, une flèche passe entre nos visages. Des cris rauques nous parvinrent à proximité. Les bruits des souliers en fer des orcs. Une dizaine approchait en beuglant comme des monstres. Leur peau noire de crasse, leur armure grossière, des cimeterres et de petits boucliers ronds à la main. Anrilwen tira sa dague, je tirai mon épée.

Attens qu'ils t'attaquent et contre! Pas plus d'un à la fois!Lui criai-je.

Je courus en avant vers un orc isolé, qui bien que plus rapide que les autres, ne courraient pas aisément sur le sol forestier. Il donna un coup maladroit avec son cimeterre, je le parai avec mon bouclier et l'épée se rompit. Je plantai mon épée dans son ventre, et sans prendre le temps de le regarder s'effondrer, je m'attaquai à un autre. Trois orcs séparés attaquèrent Anrilwen, mais je ne vis pas comment elle combattit. Je fus assaillis par deux orcs. Le premier perdit l'équilibre lorsque je le poussai, le second ne fut pas assez bon manieur de lame pour s'en tirer, mais le combat dura suffisament longtemps pour permettre au premier de se relever. Je lui donnai un violent coup de bouclier pour le refaire tomber à terre, et profitant de sa position, je l'achevai. Je me retournai vers Anrilwen. Un orc était étendu, mort non loin d'elle, mais elle était aux prises avec deux orcs simultanément. Je voulus la rejoindre quand soudain une flèche heurta mon dos, heureusement protéger par une armure. Deux archers me visaient, et les trois derniers guerriers orcs se précipitaient pour m'empécher de rejoindre Anrilwen. Une flèche maladroite atteignit un orc dans l'épaule droit, je voulus profiter de l'avantage et attaquai. Mais je fus vite prit sous le nombre. Les cimeterres sont des lames assez légère et facilement maniable. Les coups étaient répétitifs et je devais faire en plus attention au flèche.
Le terrain était en pente, alors je m'orientai de façon à avoir les orcs au dessus de moi. Les deux archers eurent la vue coupée par le dos de leur compère, ils ne pouvaient plus me viser. Je me mis à genoux et leva mon bouclier au dessus de moi afin de me protéger des coups d'épée, et je coupai les jambes de deux orcs mal protégés. Le troisième tenta de m'agripper par les épaules pour me soulever, je lui plantai mon épée à travers la gorge. J'entendais toujours combattre derrière moi mais n'avais pas le temps d'y penser, les deux archers me visaient. Je sortis deux dagues et les lançai sur mes ennemis. L'un fut touché à la gorge, l'autre à l'épaule gauche. Je courrus achever l'orc touché à la gorge et m'apprétai à abattre le second lorsque celui ci se releva en souriant.


Vous vous battez bien, Nalec de Dhilvalars.
Vous arrivez à controler tes orcs à distance...
Vous n'imaginez pas le pouvoir qu'un Balrog possède. Je pourrais vous offrir de grands talents.
C'est ça.

Je décapitai l'archer. Le sang gicla un peu partout et le corps tomba mollement. Il n'y avait plus aucun bruit, le combat était fini. Anrilwen avait réussit à abattre les deux orcs qui l'attaquaient ensembles. Elle revenait vers moi en respirant bruyament, sous l'effet de la rage du combat et de la colère. Au passage elle acheva les deux orcs dont j'avais coupé les jambes d'un coup de poignard dans la tête. Puis me rejoignit.

C'est un bon début.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Balrog. Anrilwen partie3   Dim 8 Fév - 16:18

Les deux guerriers transpiraient, Je nettoyais le sang sur son armure. Anrilwen prit des herbes pour nettoyer son poignard qui suintait. Sur son ventre perlait des gouttes de sueur. Je vis une petite eraflure au creux de ses reins. Je défis son bouclier et entreprit de l'examiner, mais mes yeux ne cessaient de se tourner vers Anrilwen. Sa poitrine se soulevait au rythme de sa respiration, saccadée à cause de l'excitation et la fatigue du combat. Elle prit un peu d'eau de sa gourde pour se laver le visage. Un sang qui n'était pas le sien coula par terre. Un orc poussa un grognement semblable à un râle au loin et provoqua la surprise de la sylvanienne. Je gardais les yeux fixés sur elle.

J'étais pourtant convaincue de l'avoir achevé.
Ca arrive parfois. Certains meurent d'une simple flèche en une fraction de seconde, d'autres malgré de multiples coups de haches peuvent encore trainer des heures avant de mourir.

Les deux guerriers prirent le temps de vérifier leur équipement. Nous savions que nous avions eus de la chance car le terrain avait géné les orcs. Je comptais pour ma part profiter de l'effet de surprise la prochaine fois. Anrilwen portait un pantalon ample d'une couleur indéfinissable qui s'arrêtait aux chevilles. Elle marchait pieds nus. Son haut laissait son ventre et ses bras à nus. Ce qui contrastait fort avec mon pantalon brun, mes bottes en cuir souple, mon armure, y compris mes épaulières, qui accentuait ma carrure.

Tu préfèrerais laquelle des deux situations?
Les coups de haches. J'aurais trop honte de mourir d'une simple flèche. De même je n'aime pas mourir sans que je m'y attende.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Balrog. Anrilwen partie3   Jeu 19 Fév - 13:35

Grace à l'adorat développé de la reine, nous dénichâmes un nouveau groupe d'orc. 10 comme toujours. Ils quittaient la forêt et partaient en direction du nord-est. Anrilwen m'apprit que les orcs semblaient prendre le chemin qui conduisait aux marais et nous décidâmes de les attaquer ici. Nulle doute que s'ils avaient eut le choix, les orcs ne seraient pas passer par là. Leurs souliers cloutés en fer se révélèrent de vraies plaies lorsqu'il fallut traverser le marais. Ils poussèrent de nombreux jurons et trébuchèrent maintes fois.

Notre ambuscade ne fut pas aussi grandiose que je l'aurais espéré. En effet malgré l'habileté de notre race, le terrain nous génait également. Mais bien que les orcs, qui furent incapables de s'organiser, et pour certains, de se défendre. Il y en eut même un qui était empétré dans les marais jusqu'à la taille qu'il fut incapable de sortir son cimeterre du fourreau. La sylvanienne et moi en tuâmes 5 chacun. Je surprenais Anrilwen à utiliser mes coups favoris, à savoir un coup de poignard en pleine gorge ou dans la tête. Elle avait une manière de se mouvoir qui ressemblait à une danse. Cependant son visage était féroce une fois en présence de ses ennemis.

J'avais déjà connu maintes batailles et maints combats, mais je ne pouvais supporter le sang, la crasse, la vue des yeux morts très longtemps. C'est pourquoi après un premier combat contre une patrouille, je jugeai celà sans suffisant et Anrilwen et moi décidâmes d'un commun accord de rentrer à la forteresse. Nous marchions en direction de la cité, le soleil brillait encore haut dans le ciel mais ne tarderait pas à entamer sa descente et la cité était en vue de mes yeux d'elf.


Dis moi, la forêt s'appelle Maltaur, mais votre citadelle, a t-elle un nom elle aussi?

Elle s'arrêta brutalement et je fis deux pas avant de me retourner vers elle et de l'attendre. Pendant un instant je crus avoir abordé un sujet délicat dont j'ignorais tout et attendait la colère d'Anrilwen. Mais en vérité toute son attention était concentrée ailleurs, loin derrière nous. Après de longues minutes où je n'osais interrompre sa concentration, j'entendis moi aussi ce qui l'effrayait.

Un rale d'orc. Loin encore, mais trop près, trop profondément encré dans la forteresse.


Comment leurs patrouilles peuvent-elles s'enfoncer aussi loin?
Ils suivent notre odeur.Murmura t-elle.
Merde. Aller, on prépare l'embuscade, on peut pas les laisser approcher de la cité encore plus.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Balrog. Anrilwen partie3   Sam 20 Fév - 17:53

Je me postais en hauteur sur un arbre. Arc tendu. Les orcs se déplaçaient aussi prudemment que possible mais leur mauvaise constitution et leur armure les empéchaient d'être discrets. Ombre mortelle au dessus d'eux, le corps arqué et tendu. La flèche fut propulsée et l'orc sombra parmi les feuilles automnales. Aussitot ceux autour poussèrent un cri d'alerte. Un deuxième flèche vint tranquillement se loger dans le cou d'un autre orc qui, sous le choc, tomba à terre et mourut au milieu de ses gargouillis. Les orcs m'avaient repéré, certains tentèrent de monter à l'arbre, d'autres se cachèrent derrière des arbres.

Mais un autre danger attendait patiemment l'heure du combat, caché par les ombres des grands arbres. Son déplacement fut silencieux, sa lame, précise. Elle n'eut pas besoin de regarder en arrière pour voir l'orc tombé, elle continua sa route. Un orc se rapprochait dangeureusement de moi. Je suspendis mon arc à une branche. Sortis l'épée et sautai sur une branche plus haute tandis que l'orc tentait de me trancher le pied avec son cimeterre. Un deuxième orc était un peu plus bas sur le tronc, un troisième était bloqué sur une grosse branche et semblait perdu. Je sautai vers le sol, évitant délibérément l'ennemi le plus proche de moi, je plantai mon épée dans la poitrine du second. Le choc fut violent et je perdis mon arme. Deux impulsions sur des branches basses pour me ralentir et me diriger et je saisis au vol le troisième orc par le cou.

J'atéris un peu violemment sur le sol, mon genou gauche et ma cheville droite prirent le choc. Je tenais toujours fermement l'orc par le cou. Celui ci s'était blessé à cause de son armure en tombant avec moi. Une torsion de ma main et son cou se brisa. Anrilwen me rejoignit. Silhouette verte se mouvant avec grace dans la forêt.

Ils sont tous morts, sauf celui-là.Dit-elle en pointant du doigt l'orc que j'avais abandonné en haut de l'arbre. Il ne semblait pas presser de descendre
Tu as une fronde? Il faut faire vite j'ai laissé mon arc là haut.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Balrog. Anrilwen partie3   Sam 10 Déc - 0:59

Je n'en pouvais tout simplement plus. Je lui arrachai la gorge d'un coup de dents. Un sang noiratre s'échappa, un gout amère emplit ma bouche.
Je sentis une présence derrière moi, j'allais me faire attaquer. Qu'importe, l'orc que je tenais entre les mains n'avait pas encore souffert.

Marre de la concentration, marre de la discrétion. Je voulais déchiqueter ces corps horribles et malfaisants, sans ame et sans émotions. Je voulais sentir leurs membres s'arracher et voir le sang couler à torrents.


Nalec!Cria t-elle.

Je jetai le corps de l'orc contre l'assaillant derrière moi.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Balrog. Anrilwen partie3   

Revenir en haut Aller en bas
 
Balrog. Anrilwen partie3
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Morgoth et Gothmog le balrog
» Vos Balrog
» Galerie Balrog (update)
» Balrog
» Balrog avec lame et fouet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nalec :: RP :: Rp perso-
Sauter vers: