Nalec

Role play Nalec de Pilmaldur chef des Flammes du Phénix
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Syn-koO

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Syn-koO   Mer 20 Aoû - 13:06

Je vais vous raconter l'histoire de KòO, fils de Lòolymë.
KòO était un jeune Naha-Ka; il naquit par un jour de blizzard, dans une forêt profonde et...
...Mais vous ai-je dit ce qu'était un Naha-Kà ?
Je pense qu'il est préférable que je vous décrive ce peuple, avant d'avancer plus loin le file de ce récit...

De la même façon que les haut-elfs aiment batir de puissantes cités, et les elfs sylvains habiter des villages suspendus dans les arbres, il éxiste chez les nains (aussi appellés nahas) une même sorte de séparation.
Ainsi, alors que les Naha-Nì, les nains les plus répendus de part le vaste monde, aiment habiter de solides forteresses au coeur des montagnes, les Naha-Kà, ou nains sombres préfèrent patrouiller dans les forêt sauvages et montagneuses du Nord.
De teint assez bazanné, les nains sombres ont des cheveux allant du roux flamboyant au noir de geais. Ils portent souvent une longue barbe tressée, et des moustaches. Mais plus que tout, ce sont leurs yeux qui sont particuliers, en amandes et d'un gris argenté brillant et presque phosphorescents. En prennant de l'âge, ils se teintes vers 400 ans d'une lueur orangée.
Ils s'habillent de vêtements sombres, amples et résistants, mais chauds et agréables à porter, recouvers d'une cape et d'un capuchon noirs.
Plutôt petits, ils sont cependant musclés, fruit d'une vie passée à arpenter les bois sauvages. Et pour cette dernière raison, ils gardent aussi une étonnante souplesse et furtivité dans leur mouvements, contrairement à beaucoup de leurs cousin Naha-Ni.
Leur caractère est celui des nains : vif, énérgique, bien que moins colérique et plus réservés que leurs cousins Naha-Nì. Ce sont des nains taciturne, qui entretient peu de rapport avec les autre peuples, qu'ils soient elfes, hommes ou orcs.
Les femmes sont fines et élancée, souples et agiles, et on pourrait les confondre avec des elfes. Mais leur teint foncé et leur yeux en amandes, et leur petite taille aurraient tôt fait de vous démentir.
Peuple de nomades, les Naha-Kà voyagent toute l'année par clans. Ces clans ne sont jamais très grands et comptent souvent moins d'une soixantaine d'undividus. Ils sont des traqueurs d'élites et chassent leur proies aussi bien à l'arc qu'à la lance.
Leurs arcs, petits mais puissants ont une portée moyenne, mais les tireurs sont très précis. (Dans les forêts, ce n'est pas tellement la portée qui importe...).
En temps de guerre, ils s'arment de lourdes cognées et autres haches et montent des ours ou de gros loups des montagnes. Ils conservent leurs vêtements habituels, pour une plus grande liberté de mouvement, vêtement qui sont sombre pour mieux se fondre dans l'ombre.
Tous n'ont pas le coeur bon, mais maintes d'entre eux possèdent le don de communiquer aux animaux, les plus doué parvenant même à comprendre les arbres...

Or donc, revenons à notre jeune nain, KòO.
Un jour de terrible tempête, par une nuit sans Lune, le petit Naha fit son entrée dans le monde, au milieu d'une sombre et profonde forêt. Il grandit donc au milieu des arbres, seul avec Lòolymë jusqu'à l'âge de sept hivers.
Un jour, alors qu'il faisait tellement froid que certain arbres en avait le coeur fendu, le jeune KòO rentrait de sa petite escapade journalière, quand il entendit des cris. Des cris rauques et terrible venant de la hutte ou il habitait avec sa mère. Se saisissant de son épais bâton de marche, il courut en direction des cris. Surgissant d'un fourré, il déboucha sur la clairière et ce qu'il vit le pétrifia. Des Orcs ! Les brutes, armés de large cimeterres recourbés, le virent soudain. Leur bouches se tordirent en un rictus cruel. Ils était deux, et bien plus grand et fort que le petit Naha. Avec un cri animal, KòO se jeta sur eux. Il assena un coup terrible, de toute ses forces, à l'un des monstre, qui para sans efforts. D'un revers de lame, il jeta le nain au sol.
Il s'apprêtait à donner le coup de grâce, lorsqu'une forme noire bondit au milieu des Orcs. Armée de deux lames qui formaient comme le prolongement de son propre corps, la silhouette égorgea le plus grand des orcs, puis fondit sur l'autre. Abasourdit, celui ci ne fit rien pour tenter de se protéger, et il mourut sans comprendre se qui se passait.
C'était Lòolymë. Comme tout ceux et celle de son peuple, elle avait appris à se battre depuis toute petite. Dans ces régions sauvages, c'était une question de survie. Elle était belle !
L'enfant vit une forme noire tendre quelque chose. Puis il entendit un sifflement. Le trait mortel avait été décoché de près, et l'assassin s'effondra enfin, un sourire cruel accroché aux lèvres...
Sa mère ! Il avait tué sa mère !
Le corps de Lòolymë se détendit doucement, dans les bras du petit. Livide, celui ci regarda le cadavre de l'orc qui avait tiré. Incapable de pleurer, le jeune Naha s'écroula.
Sa nuit fut peuplée de cauchemars, et en se réveillant, il se rappela les événement de la veille. Penché sur la forme figé de sa mère, il se mit en fin à sangloter, pleurant toute les larmes de son corps.
Puis il se releva. Essuyant ses larmes, il fit la promesse qu'il vengerait ce meurtre. Il se jura également de ne plus jamais pleurer. Il enterra Lòolymë au pied d'un large chêne. Puis il s'enfonça dans la forêt.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Syn-koO   Mer 20 Aoû - 17:36

Il vécu seul pendant toute l'année qui suivit, chassant et rôdant. Il acquis ainsi un énorme talent de pisteur. Il devint l'ami d'une louve et de ses deux rejetons, et depuis, ils vivent à ses côtés.

Puis, un matin de printemps, lors d'une de ses longue course sans but dans les bois, il tomba sur un groupe de Rhoarns. Les énormes hommes-ours, haut de plus de deux mètres, avaient investi la clairière. Immobile, KòO se tint camouflé derrière un sapin, à observer les immenses créatures. Vêtus d'un simple pagne en peaux de bison polaire, armés d'une énorme hache à deux mains, ils semblaient à la recherche de quelque chose.
Soudain, l'un d'eux repéra la petite silhouette cachée derrière un tronc d'arbre. Les Rhoarns l'entourèrent avant qu'il puisse faire un seul geste.
Or, malgré leur taille imposante, et leur allure terrifiante, les hommes-ours sont loin d'être malveillants. A tel point qu'ils décidèrent de recueillir le jeune nain.

C'est ainsi que sept ans plus tard, le jeune Naha-Kà vivait toujours chez les puissant Rhoarns. D'eux, il apprit l'art du combat, il perfectionna son talent de traqueur. Il découvrit le secret des plantes médicinales, mais aussi celui des plantes aromatiques...
Puis, ayant atteint l'âge de seize hivers, il décida de quitter la tribu, et de partir à l'aventure de part le monde. Et puis il n'avais toujours pas oublié sa promesse, faite sur le corps de sa mère...
Il fit donc ses adieux au peuple des Rhoarns, et pris le chemin du sud, au-dela des montagnes, jusque dans le monde des hommes...
Armé d'un solide bâton et d'un petit arc robuste, accompagné des trois loups qui vivaient toujours avec lui, il marcha pendant des jours et des jours, et les jours devinrent des mois.
Il arriva enfin dans une contrée verdoyante, où le climat était beaucoup plus doux que celui des contrées d'où il était originaire.
Les hommes d'ici l'appelait Teliarok...

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Syn-koO   Mer 20 Aoû - 17:36

Pendant bien des années il parcouru ce vaste pays. Il n'y trouvât que haine et désespoir. Le pays était peuplé de tribus, gouvernées par des chefs tyranniques, et tout sentait le Mal... Dans un tel monde, il fut rapidement contraint de se battre pour sa vie. Très vite, il acquis la réputation d'un rôdeur solitaire et dangereux, et les ragots allèrent bon train, jusqu'à affirmer qu'il était accompagné d'une meute de loups féroces et sanguinaires... Les gens fuyaient à son approche, et KòO, de plus en plus sombre, fortifia son coeur face à la solitude.
Il faut avouer que son allure n'avait rien de rassurante. L'image de ce nain entouré de loups à l'air sauvages devait être saisissante. KòO portait un épais pantalon de fourrure doublé, de couleurs gris très sombre. Ses bottes rembourrées étaient attachées à l'aide de lanières entrecroisées. En haut, il portait une veste noire, recouverte d'une ample cape sombre à large capuchon. Son front était ceint d'un large bandeau (noir), et sa barbe, encore jeune et courte, pour un nain, recouvrait son menton. Accroché dans son dos, un carquois remplit de flèches lui donnait l'allure d'un drôle d'animal sauvage, et son arc était porté en bandoulière.
Dans ses mains il tenait un bâton épais et noueux, d'aspect assez significatif.
Bref, sa silhouette n'était pas faite pour rassurer, tandis que ses yeux argentés brillaient dans l'ombre de sa capuche, et que les trois loups, échine dressée, avançaient furtivement à ses côtés...

Puis, alors que KòO, s'enfonçant de plus en plus dans la solitude, allait sur son premier siècle, il entendit enfin parler de l'elfe maudit, un être implacable et terrible, du nom de Nalec...

Il décida de partir à sa recherche, à la fois fasciné et impressionné par ce personnage de légende. Il comptait en outre se faire sa propre idée sur cet elfe. Les nahas des deux races ont rarement été en très bon termes avec les belles-gens, et les Nains Sombres, pourtant plus proche de la Nature entretenaient peu de rapport avec eux. Mais Le jeune KòO n'avais pas été élevé chez des nains. Libre de toutes idées préconçues, il désirait connaître et comprendre cette race étrange.

Il se mit donc en route, allant de village en bois, et de bois en forêt. Pisteur confirmé, il eut pourtant toutes les peines du monde à dénicher les premières traces de Nalec. L'aide des loups fut précieuse, et il finit néanmoins par découvrir des traces relativement fraîches...

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Syn-koO   Mer 20 Aoû - 19:42

Les suivre ne fut pas toujours facile, et alors que le nain arriva dans une contrée au sol pierreux, ils dut faire entièrement confiance au flair de ses loups, ne relevant que quelques traces vieilles de plusieurs Lunes de ci et de là.

Un jour, traversant un énième village, il rencontra une jeune fille. Celle ci ne devait pas avoir plus de seize printemps, et pourtant on lisait dans ses yeux tant de tristesse et de souffrances, que KòO qui en avait pourtant vu d'autres, en fut impressionné. Et puis cette fille le regardait sans aucune crainte, et même avec une pointe de curiosité.
Tant de gens le fuyaient, tant de monde l'ignorait, que le seul regard de cette fille le toucha, au plus profond de lui même.
Et puis tout à coup, cinq hommes de forte carrure, le regard cruel apparurent et entourèrent la jeune femme.

"Allons, sois sage Eylä !" fit l'un d'eux avec un sourire pervers.
"T'as pas intérêt à t'enfuir cette fois..." ajouta un des acolytes en lui décochant un coup de poing.

Eylä reçu le coup en plein nez, et elle chancela, mais son regard était emplis de haine, et on y aurait vainement chercher une trace de soumission.

"Maervin a peu de patience, ma jolie, je te conseil de nous suivre sans discuter, cette fois." dit le premiers en la fixant méchamment, le visage sévère.

Les cinq mercenaires étaient armés. Ils se saisirent de la jeune femme par les cheveux et commencèrent de la traîner sur le sol. Mais ils durent vite s'arrêter. Un petit homme, vêtu entièrement de noir se dressait devant eux. Sans un seul commentaires, il dégaina sa hache, et s'appuya nonchalamment dessus. Puis repoussant la capuche qui lui dissimulait le visage, il révéla une face sombre, éclairée par le feu glacé de ses yeux gris.
Ces intentions étaient manifestes, et les cinq guerriers ne s'y trompèrent pas. Ils dégainèrent divers lames et armes.

"Tiens tiens ! On veut jouer au héros ? " fit l'un des soldats, goguenard.

KòO resta silencieux, les paroles et les discours n'étaient pas son fort. Il s'avança directement vers le plus grand des hommes, et lui fendit le crâne sans autres formes de procès. Le corps privé de vie du mercenaire s'effondra pitoyablement sur le sol. Les quatre autres reculèrent, impressionnés, mais ils reprirent vite l'esprit et se jetèrent tous ensemble sur le nain.
KòO esquiva une lame. Il se jeta au sol pour en éviter une autre, et roula sur lui même. Tout en se relevant il fit décrire à sa hache un large mouvement circulaire. Le coup atteignit l'un des hommes juste au dessus de la hanche, brisant net la colonne vertébrale. Sans casser le mouvement, il para une lame et feinta à droite, puis il assena un terrible coup à celui qui retenait la jeune femme. Chancelant, l'homme recula, et KòO le jeta à terre.
Les deux mercenaires encore indemnes se regardèrent en coin.
À ce moment, les trois loups se jetèrent dans la mêlée. Prenant leur jambes à leurs cou, les fiers guerriers détalèrent vers la grande maison de leur maître.
L'homme qui était resté à terre, profitant du fait que le nain était de dos, sorti son poignard et s'avança furtivement derrière sa victime.
Eylä cria. La Louve attaqua. Et l'homme mourut la gorge arrachée.

Le nain contempla le massacre. Il pataugeait dans une flaque de sang épais et sombre. Les corps des trois morts étaient avachis dans des positions grotesques. Les loup attendaient sagement un signal de leur ami nain. Et la jeune fille observait la scène d'un air éberlué. Son regard s'arrêta sur KòO. Leurs yeux se rencontrèrent. Enfin elle parla.

"Maervin mettra ta tête à prix à des lieues à la ronde." dit la la fille.
"Hum, Maervin n'as qu'à venir me chercher lui même."
"S'il veut te tuer, il..." Elle se tut en voyant l'air sombre et glacé du nain.


Eylä s'assit près d'un des cadavres et lui pris son épée, son fourreau et sa ceinture.

"Qu'est ce que tu fait ici, dans ce pays pourrissant?" fit elle en attachant le matériel autour de sa taille.
"Je cherche Nalec."

La jeune femme se figea. Elle regarda le nain d'un oeil ahuri.

"Personne ne cherche l'elfe de sang. Ceux qui l'ont fait ne sont jamais reparut." finit elle par dire. Et son regard se voila.
"Moi je le cherche." fit calmement le Naha-Ka.
"Tu es fou."

Peut-être songea le nain. Après tout, si la moitié de ce que l'on contait à propos de cet elfe était vrai, KòO avait toute les raisons du monde de souhaiter se trouver aussi loin de Nalec que possible. Et pourtant...

"L'avenir le dira" finit il par dire.

Il essuya sa hache dans l'herbe, puis la raccrocha dans son dos. Il alla ramasser son bâton, et siffla. Les loups se levèrent ensemble. Il releva son capuchon sur sa tête, et de nouveau son visage disparut dans l'ombre.

"Et toi ?"
"Je reste. Je me cacherait, et je sais me battre." dit la jeune fille d'un air farouche.
"Maervin voudra te tuer"
"Je le tuerai avant"
"Tu es folle"
"L'avenir le dira" fit elle avec un drôle de sourire.

Les gardes ne tarderaient pas à venir fouiner ici. KòO se mit en marche. Il appela les trois loups, qui se faisait gratter les oreille par la jeune fille. Ils rejoignirent leur maître en courant. Le nain ne se retourna qu'une seul fois, pour voir Eylä faire les poches de chaque cadavre, puis partir en courant vers une bâtisse à moitié en ruine...

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Syn-koO   Jeu 21 Aoû - 10:17

Le jeune Naha-Ka repris donc sa route, éternelle silhouette solitaire entourée de l'ombre de ses trois loups.
L'année qui suivie fut longue et sans merci pour le nain. Sa réputation le précédait en tout lieux, et il devait constamment surveiller ses arrières. La solitude ne le rendit pas plus avenant loin de là... Au contraire, il devint de plus en plus morose son humeur s'assombrit encore, et c'était désormais de l'effroi que ressentaient les gens qui le croisaient.
Alors que l'hivers battait son plein, KòO se trouva un refuge dans l'ombre protectrice de la forêt. Habitué qu'il était de la vie forestière, il n'eus aucun mal à trouver de quoi manger, et il se confectionna un petit abri suspendu dans les arbres. Il faisait dans la journée de grande promenade en compagnie de ses loups, et il finit par connaître la région et ses moindres secrets par coeur.



Un matin, de bonne heure, il fut réveillé par le grognement des loups. Ils avaient le poils tout hérissé, et regardaient nerveusement aux alentours. Le nain se leva, enfila son vêtement et saisi son arc. Il descendit de son arbre, vérifia que sa hache était à portée de main, puis appela les trois loups.
Il se tapie dans l'ombre, et attendis.
Un bruit.
Une branche brisée.
Une voix.
Les voilà...
Deux hommes et une femme sortirent des fourrés. Ils était costauds et la femme semblait agile. Tous étaient armés, l'une d'une courte lame elfique, et les deux autres d'un arc et d'une petite épée.

"M'enfin je te jure Eylä, j'ai sentit de la fumée par ici !" dit l'un des forestiers.

Eylä ! La petite Eylä ! Que faisait elle ici ?

"Personne ne peut vivre ici. Cette forêt est trop dangereuse. Nous n'aurions pas dut nous aventurer si loin..." répondit le deuxième homme.
"Attendez. J'ai entendu quelque chose..." fit la jeune femme.

Elle avança doucement vers les buissons où se trouvait KòO. Les loups bondirent hors de la cachette et la renversèrent sur le dos... Les deux hommes voulurent intervenir mais ils furent neutralisés par les deux plus jeunes loups... C'est alors qu' Eylä se mit à rire, grattant les oreille de monstre qui lui avait sauté dessus...
KòO sortait des buissons. Il aida la jeune femme à se relever, puis libéra les deux forestiers, sidérés...

"Voulk ! Gao ! Laissez les !" fit il.
"Que fais tu ici KòO !" s'écria la jeune fille, en sautant au cou du nain.
"Euh..." fit celui ci, décontenancé.
"J'en était sûre, tu voulait me revoir !"
"Eh bien..."
"Viens je t'emmène au camp. Tu vas voir. C'est moi qui commande les guerriers qui y vivent. Nous sommes Hors-la-Loi ! Je ne suis plus l'esclave de Maervin !" S'exclama Eylä se comportant soudain comme une petite fille. Elle attrapa le naha par la main et le tira en avant.

"Louva viens !" dit il à la Louve qui attendait toujours les caresses.

Tout deux s'enfoncèrent dans la forêt, suivis par les loups et par le regard suspicieux des deux hommes.

Ils finirent par arriver dans une grande clairière, où se dressaient des dizaines de tentes... Un groupe de forestiers en armes marcha à leur rencontre, arc à la main.
Le capitaine de l'escouade s'arrêta devant la jeune fille.

"Eylä, les bois à l'ouest fourmillent d'orcs ! Et les villages du Sud commencent à réagir face à nos attaques. Nous ne bénéficions plus de l'effet de surprise des première fois. Si les orcs nous trouvent, nous ne pourrons pas gagner la bataille." dit il. Alors seulement il remarqua la présence du Nain, puis enfin celle des loups.

"Mais, qu'est ce que ... !"
"Lorka ! C'est un ami. Je te présente KòO le naha-Ka. C'est lui qui m'as sauvée de Maervin. Lui et ses Loups." ajouta-elle avec un clin d'oeil.

Le chef des forestiers observa le nain. Celui ci lui rendit son regard. Ses yeux glacés fixant le visage de l'humain. La tension semblait palpable entre les deux guerriers, mais soudain, un homme de forte carrure vêtu d'habit de fourrure recouverts d'une cape grise s'approcha du groupe, l'air inquiet...

"Eylä, Lorka ! Les orcs, ils sont tout près ! Je reviens de patrouille ! Un groupe de nos rôdeur est tombé sur une de leur escouade d'éclaireur. Le combat était inévitable, et a été de courte durée. Mais nous n'avons pas pu les tuer tous. Ils savent que nous sommes ici..." débita le grand guerrier, un vieil homme gigantesque armé d'une hache.
"On peut encore fuir ?" demanda Eylä.
"Je crains que non" répondit le vieux forestier "Ils seront ici avant ce soir..."
"Dans ce cas, ordonnez aux hommes de se préparer. Lorka, KòO venez avec moi. Tork rejoignez nous dans ma tente." fit la jeune femme.
"A tes ordre Eylä." fit calmement le vieil homme.

Quelques minutes plus tard, la jeune hors-la-loi, le vieux Guerrier, le Capitaine ainsi que le Nain se retrouvèrent dans la tente.

"Il faut évacuer, et ne laisser que quelques hommes en arrière qui couvrirons la retraite" annonça Lorka.
"Je pense plutôt que nous devons nous battre. Les orcs ne seront pas très nombreux lors de la première vague. Et nous avons l'avantage du terrain..." répliqua Tork.

Eylä écoutait sans rien dire. Puis elle se tourna vers KòO. Plongeant son regard dans le sien, elle y lut une indescriptible souffrance, et une volonté de fer. Elle se leva enfin et pris la parole :

" Voilà ce que je propose : Nous nous partageons en deux groupe. Le premier, constitué du gros des troupes reste ici et se met en place de manière à utiliser au mieux le terrain tout en restant caché. Les archers seront prêts à tirer. En arrivant, les orcs se jetterons en avant sans réfléchir et ils tomberons dans l'embuscade..."
"Et le deuxième groupe ?" demanda Lorka.
"J'y venait. Ils sera composé de quelque uns de nos meilleurs rôdeurs. Ils contournerons les assaillants, et sèmerons la pagaille dans leur arrière garde. Ca devrait nous laisser assez de marge pour les finir. Ensuite, nous partons."

Les trois autres prirent le temps de réfléchir aux paroles d' Eylä.

"La plupart de nos hommes sont inexpérimentés et ont peu ou jamais combattu. Seul les rôdeurs sont de véritable guerriers. Nous aurons des pertes. De lourdes pertes..." finit par dire le vieil homme.
"Je sais... mais avons-nous le choix ?"

Le silence s'appesantit. Chacun savait que le combat était de toute façon inévitable, désormais. Tork partit donc avec les rôdeur. Pendant ce temps les forestiers s'armaient et préparait l'embuscade.
Enfin, les cris des orcs retentirent tout près...
Ils arrivèrent dans la clairière au pas de course, hurlant. De taille moyenne mais de forte corpulence, ils portaient des armuress biscornues, et s'armaient de lourd cimetères ou encore de haches et autres lances. La horde d'ennemis déferla devant les guerriers camouflés. Puis elle s'arrêta. Ils étaient au moins trois cent. Les hommes allaient se battre a un contre trois, et encore en comptant les rôdeurs, qui ne seraient pas là au début.
Lorka donna alors le signal. Un sifflement strident retentit. Les flèches sifflèrent, transperçant le cuir et les chairs. Brisant les os. De nombreuse orcs s'effondrèrent tandis que les forestiers surgissaient de leurs cachette en brandissant leurs armes. La bataille s'engagea...

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Syn-koO   Ven 22 Aoû - 11:33

Les humains étaient braves, mais peu nombreux et sans expérience des véritable combats. Les orcs en revanche étaient des soldats aguerris. Une fois remis de la surprise, ils réagirent vite, et formèrent les rangs. Leur capitaine, un énorme Orc des montagnes accompagné d'un énorme sanglier démoniaque, se dressa au milieu du combat. Il était très fort, et son armure et son casque le faisait paraître terrifiant. Armé d'une énorme masse d'arme, il défonçait les crânes de tout les forestiers qui passaient à sa portée. Son sanglier fonçait dans les rangs humain et disloquait les corps avec ses défenses, d'où pendaient des lambeaux de chairs...

Dans la fureur de la bataille, le nain aperçus le monstre. Appuyé par ses loups, il se fraya un passage vers le sanglier-demon. Mais le chef orc lui sauta dessus avant. KòO roula dans la poussière, mais une vie entière passée dans les bois avait donné à son corps une grande souplesse et beaucoup de vigueur. Il se releva et dut aussitôt replonger pour éviter un coup. Il attrapa sa hache qui était tombée à quelques pas et d'un mouvement ample, fendit l'air devant lui. Mais le grand Gobelin était prompt. Il esquiva le coup.

"Tuez le ! tuez le sanglier" cria KòO au trois loups.

Ils filèrent droit sur le monstre, éventrant au passage quelques Orcs.
Pendant ce temps, KòO s'était relevé. Il feinta à droite, puis bondit sur son ennemi. L'orc était peut-être aguerris, mais le nain savait se battre depuis son enfance... La hache se planta dans le bouclier de l'orc et le fit exploser en morceau. Puis il enchaîna une suite de coup violent et rapides, qui déstabilisèrent son ennemis. Il paracheva le tout d'un revers fracassant, qui projeta l'orc à terre. Mais le grand guerriers n'était pas seul. KòO fut assailli par une dizaine d'ennemis à la fois. Il dut faire appel à tout son art du combat apprit chez les Hommes-Ours pour s'en sortir. Mais finalement, ils se retrouva au centre d'un cercle de cadavres.
Regardant alors autour de lui, il aperçu la jeune Eylä, aux prise avec deux gobelins. Sans réfléchir, il couru jusqu'à elle et la débarrassa des deux orcs. Sans s'arrêter il bondit au dessus de son amie et tomba au milieu de trois ennemis qui assaillaient Lorka. Il les mit hors jeu, puis repartit au combat. Les orcs commençaient à le craindre, et ils s'écartaient vivement devant lui. Mais alors qu'ils se battait, il avait complètement oublié le capitaine des orc, qu'il n'avait pas pu achever. Celui ci s'approchait lâchement par derrière. Elevant sa masse d'arme dans les airs, ils fendit l'air d'un puissant coup latéral, fauchant le nain surpris au passage.
KòO s'effondra dans la boue de terre et de sang qui composait le sol. Il leva péniblement la tête pour apercevoir le regard cruel et satisfait de l'orc. Il ferma les yeux
Les souvenir d'un autre jour, d'une autre époque affluèrent à l'esprit du naha... Un jour de froid intense, un jour de désolation... Le même sourire ignoble d'un orc, le jour où Lòolymë était morte. Le jour où sa mère était morte...
Il bondit. Sa lame se planta dans la face de l'orc au moment où le couteau de celui ci entrait dans le ventre du nain. Les deux corps s'écroulèrent...

Un peu plus loin, les loups en décousaient avec le sanglier. Celui ci était en sang. Gao, le loups noir attaqua de front. Il s'agrippa à la face du sanglier, et saisi la nuque de celui ci entre ses puissantes mâchoires. Voulk contourna le monstre, pendant que Louva, leur mère avait saisi une oreille. Le sanglier rua, sauta, et fini par se débarrasser du loup noir. Il ficha un coup de sabot terrible à la louve, qui le reçu dans les côtes. Mais Voulk avait fini de faire le tour de sa proie. Vif comme l'éclair, il arracha le jarret arrière droit. Puis il sectionna le tendon de l'autre patte. Le sanglier-demon ne pouvait plus courir. Mais il se retourna brusquement et enfonça ses défenses dans le corps du loup gris. Gao sauta sur le dos du monstre, celui ci se cabra, mais s'effondra sur le sol, ses jarret ayant été coupés. Il offrait sa gorge. Louva bondit. Cette fois, il était condamné. Les crocs de la louve noire se refermèrent sur la jugulaire, la tranchant net. Le sang jailli, éclaboussant le pelage noir de la louve. Dans un derniers sursaut, le monstre projeta le loup noir sur le sol, puis s'affaissa. Ses yeux rouge devinrent vitreux, puis se voilèrent. Il était mort.
Alors la belle louve leva son museau et poussa un hurlement de triomphe, bientôt repris par ses deux fils. Les bois frémirent de ce cri ancestrale, qui emplissait cette forêt pour la première fois depuis longtemps. Les hommes furent saisi par l'émotion qui se dégageait, tandis que les orcs furent pris de terreur.

Eylä, elle se battaient comme une demon. Les orcs morts s'entassaient autour d'elle. Mais soudain, elle vit KòO aux prise avec le grand orc. Celui ci allait l'achever, lorsque le nain bondit et lui transperça le visage. Elle couru à toute jambe jusque là-bas, et arriva juste à temps pour empêcher un gobelin de trancher la tête de son ami. Deux mouvements, et l'orc était par terre, la gorge ouverte vomissant son fluide vitale. Elle s'agenouilla et vit alors la blessure du naha. Il perdait beaucoup de sang.
Mais elle ne put s'occuper de lui, car d'autres adversaires approchèrent.
Eylä commençait à fatiguer. Elle était endurante, mais pas autant qu'un nain. Les orcs l'entouraient de toute part.
Tout à coup, un cri sauvage et puissant retentit sur le champs de bataille. Un hurlement claire et triomphant. Les loups avaient remporté leur combat...


C'est à ce moment que Tork et ses hommes surgirent. Le cours de la bataille s'inversa, quand les efficaces rôdeur entrèrent dans le combat et les orcs s'enfuirent dans la forêt, pourchassés inlassablement par les forestiers triomphants...

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Syn-koO   Sam 23 Aoû - 9:55

La poursuite dura toute la nuit. Les rôdeurs nettoyèrent la forêt de toute présence orc. Au matin, les cadavres orcs furent entassés et brûlés, tandis que les nombreux corps humains étaient enterrés avec honneur.
Malgré la victoire, la tristesse et la fatigue se lisait sur chaque visage.
La bataille avait été terrible, et les pertes des forestiers étaient énormes. La moitié des hommes avaient été terrassés durant le combat, et la clairière empestait la mort, alors que les corneilles et autres charognard rôdaient autour du charnier.
Les nuages sombres s'amoncelaient et bientôt une pluie violente commença à nettoyer les bois.

KòO avait été emmené dans une tente, où Tork fit ce qu'il put pour le sauver, ayant quelques connaissances médicinales. Eylä s'occupa des loups, dont elle pansa les blessures, mais ils cicatrisèrent très vite et Louva s'installa sur les couvertures de son maître, lui communiquant sa chaleur. Le jeune nain délira pendant deux nuits, et puis enfin le troisième jour après la bataille il put enfin se lever. Les forestiers prirent alors la routes, car les orcs n'en resteraient pas là. Ils traversèrent une contrée de marais salants, que les orcs évitaient, et rejoignirent les forêts du nord, plus sûres et pour l'instant mieux préservées du mal qui s'étendait sur cette terre.

KòO qui connaissait le chemin les guidait. Après la bataille, les hommes le regardaient différemment. Il n'était plus le nains amis d'Eylä, il était celui qui avait terrassé le grand Orc, il était le maître des loups. Il était un héros.

Et pour la toute première fois depuis longtemps, depuis très longtemps, le Naha ressentit en lui une chaleur bienfaisante. Enfin, il était reconnu par quelqu'un, il était autre chose qu'une ombre terrifiante et repoussante. Enfin il était quelqu'un.
Les hommes venaient lui demander conseil, et Lorka se départit un peu de sa réserve. Tork et KoO se lièrent vite d'amitié, l'un et l'autre éprouvant un profond respect pour l'autre. Eylä les accompagnait en riant lors de longues promenade dans les bois, comme au bon vieux temps, les loups gambadant autour d'eux.

Sous la direction conjointe de Lorka et de Eylä, et assistés des sages conseils du vieux Tork et des avis de KòO, les forestiers installèrent un camp de base permanent dans les bois, construisant de solide cabanes en rondins dans les arbres gigantesque des forêts du nord. Le nain et le vieux guerrier, assisté des rôdeurs, entreprirent de former réellement les hommes au combat. Ils répartirent les forestiers en fonction de leurs aptitudes dans tel où tel domaine. Certains étaient d' excellent tireur à l'arc, d'autres préféraient la haches, et la petite bande commença à s'organiser et à ressembler à une véritable armée. Le printemps passa, puis l'été. L'hiver arriva vite. Les hommes étaient désormais aguerris et bien entraînés. Il s'habituèrent au climat beaucoup plus froid, que KòO retrouvait avec plaisir.
Deux années passèrent ainsi, durant lesquelles tous reprirent des forces.
Enfin, ils décidèrent d'envoyer une expéditions de reconnaissance dans le sud. Ils choisirent une vingtaine d'hommes parmi les meilleurs, qui partiraient sous le commandement de Eylä. KòO en ferait partit.
Le voyage se fit sans incident. La bande était rodée, et ils se déplaçaient rapidement, toujours aux aguets tel une meute de loups. Ils n'avaient plus peur. Désormais, c'était eux les prédateurs.

Ils croisèrent les premières traces ennemies après neufs jours de marche, et enterrèrent les premiers cadavres orcs après douze jours. Ils firent plusieurs raids dans des villages peu défendus, qu'ils libérèrent de leur seigneurs cruels. De nombreux hommes et femmes rejoignirent leur rangs. Des vingt-et-un du départ, la bandes étaient désormais constituée de cinquante sept guerriers. Leur présence se fit de plus en plus menaçante, et ils étaient de plus en plus actifs. L'effet boule de neige joua, et plusieurs villages se rebellèrent contre le sombre pouvoir qui asservissait le pays. Certain réussirent et vinrent encore grossirent les troupes des forestiers. Tous n'étaient pas de bons guerriers, mais ils avaient d'autres atouts. C'est ainsi qu'un habile forgeron rejoignit leurs rangs. Et les guerriers se faisaient toujours plus nombreux.

L'ennemis finit par réagir, alors que l'hiver touchait à sa fin. Il envoya une armée d'hommes et d'orcs en reconnaissance. Les forces étaient à peu près égales, mais la rage des orcs ne put rien face à la froide détermination des forestiers. La bataille s'achevât assez rapidement. Les guerriers d'Eylä n'avaient cette fois ci subit que peu de pertes, leur solide entraînement portant enfin ses fruits. En revanche, les morts furent plus nombreux du côté des villageois, qui avaient été formé sur le tas. KòO proposa de rentrer, avant que l'ennemis ne s'organise. Il ne fallait pas lui en laisser le temps, et ils devaient également former leurs nouvelles recrues.

" Nous n'avons pas le droit de les envoyer au combat alors que la plupart n'ont que peu ou jamais combattu. Rentrons. Les autres doivent nous attendre." dit il.
" Bon, c'est d'accord. Mais nous reviendrons. Plus nombreux..."
" Evidement. Les grains sont semés. D'autres villages suivront l'exemple et nous rejoindront, mais il ne faut pas se précipiter. Aller, partons."

Eylä sourit.
Le chemin du retour fut couvert en une lune. Et à leur arrivée, ils furent stupéfait. Une armée campait dans leur village...

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Syn-koO   Dim 24 Aoû - 12:16

Des centaines de guerriers en armure grises et brillantes déambulaient dans la clairière proche du village. Il y avait même quelque machine de guerre, principalement des balistes. Une escouade ne tarda pas à se diriger vers les arrivants, accompagnée d'un homme plus grand. Car c'était des Nains. Abasourdit, la troupe de forestiers ne réagit même pas. Eylä reconnu soudain Tork, celui qui accompagnait les Nains.

" Mais qu'est ce que..." fit elle faiblement.
" Eylä ! KòO ! Enfin vous revoilà ! Et en nombre !" fit le géant avec un grand sourire.
" Vas tu nous expliquer ce qui se passe ? " demanda alors la jeune femme retrouvant ses esprits.
" Bien sûr ! Je te présente Kil'Jaer, Roi des Nains gris des montagnes de l'est. Lui et son armée se dirigent vers le sud, répondant à l'appel des elfes et honorant ainsi l'ancienne Grande Alliance. Ils se sont installés ici en attendant le reste de leur armée. Car ils sont nombreux, et bien armé !" fit il avec un grand sourire.
" C'est fantastique !" s'écria la petite rôdeuse soudain très enthousiaste.

KòO lui observait les nains discrètement, mais avec un grand intérêt. C'était les premiers représentant de sa race qu'il croisait, hormis sa mère. Et même s'ils n'étaient pas du même peuple, il en ressentit une étrange émotion. L'un des nains, le plus impressionnant, s'approcha de lui.

" Un naha Kà ! Je n'en revient pas ! Ainsi le peuple sombre n'est pas mort ! " C'est alors qu'il ouvrit de grands yeux et il fit une chose très étonnante. " Je suis Kil'Jear, roi des nain gris, et à votre service, seigneur de l'ombre." dit il en s'agenouillant, ainsi que son escorte.
" Merci, mais je ne suis pas seigneur ! " s'exclama le jeune Naha.
" Bien sûr que si ! Tu es le fils de Loolymë, qui fut chef des Nains sombres pendant deux cents quarante trois années. Et ton nom est cité dans les légendes de tout les nains depuis l'aube des temps, bien avant ta naissance. Tu es Synka'O, le chasseur sombre, Synkoo'näar, le seigneur de l'ombre."

Abasourdit, KòO mit du temps avant de digérer l'information. Le roi des nain lui sourit, de son visage franc et sage.
Le reste de la soirée se passa comme au ralentit pour KòO. Nombreux furent les nains qui lui donnèrent l'accolade en riant et plaisantant, et qui lui offrirent un verre de bonne bière naine. Le retour de la bande fut fêté dignement. La clairière s'illumina toute la nuit de la chaleureuse lueur des feux, et le son des tambours et autres instruments de musique résonna longtemps sous les hautes frondaisons.

Au petit matin, un étrange nuage se présenta à l'horizon. Il se déplaçait étrangement vite, et semblait d'une curieuse consistance. C'est alors qu'en arrivant au dessus du village, il fondit en piqué sur la clairière, sous les acclamations de joie des nains et devant l'air ahuris des forestiers.
C'était les fiers chevaucheurs de griffons, l'élite des troupes naines. Des nains vétérans, doué d'une expérience incomparable. Armés de frondes et de hache longues et courtes, vêtus de côtes de mailles épaisses, ils atterrirent dans un énorme souffle d'air, propulsant la poussière en un nuage ocre.
"Kil'Jaer ! " s'exclama un nain roux en côte de maille sombre. " Nous avons survolé rapidement les terres du sud. Le pays est à feux et à sang. Des villages se révoltent, et se font mater dans le sang. Les orcs s'assemblent loin au sud, et les adepte du grimoire rassemblent leur troupes. Je n'ai vu que très peu d'elfes, et encore, étaient-ils traqués à mort par des mercenaires pitoyables. Aucun signe d'une armée organisée susceptible de nous êtres utile." Il se tut, et parut enfin remarquer les autres. Ses yeux s'arrêtèrent un instant sur KòO mais il ne fit aucun commentaires, se contentant d'un infime signe de tête respectueux.
"Pour finir, une escouade que j'avais envoyé au dessus du royaumes des Morts, m'as rapporté qu'un étrange convoi se dirigeait vers le temple de Hesh. Un convoi d'importance. J'ai perdu treize guerriers pour avoir cette information." dit il gravement.
Kil'Jaer roi des nains gris accueillit ces information avec calme. Il prit le temps de réfléchir longuement avant de parler :
"Le culte de Hesh n'a jamais été aussi puissant. Ses forces sont puissantes, mais surtout infiniment plus nombreuses que nous ne le sommes. D'autres nains viendront, mais pas suffisamment. Les hommes sont pour la plupart réduit en esclaves, ou servent d'adepte dans le culte. Les elfes sont dispersés, ou leur royaumes sont trop au sud. Et même nous, les nahas, sommes trop reculés dans les montagnes du nord, et les seigneurs se sentent peu concernés. J'ai réuni une armée quand j'ai reçu un messager, un elfe. Et nous avons filé vers Téliarok, à marche forcée. Je m'attendait néanmoins à une situation moins désespérée. Deux option nous sont donc offerte. D'une part, nous pouvons attendre que les nains se mettent en réelle état de guerre et qu'ils mettent sur pieds une véritable armées. Pendant ce temps, nous enverrions des éclaireur au sud, très loin au sud, à la recherche de soutien. Nous disposerions ainsi d'une bien meilleur préparation, et d'une chance d'obtenir de l'aide. Mais alors, l'ennemis..." il fit une pause.
"L'ennemi aussi disposera de ce temps. Chaque mort d'un camp ou d'un autre, durant cette période profitera au démon. Son armée ne fera que grandir proportionnellement au nombre de victimes..."

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Syn-koO   

Revenir en haut Aller en bas
 
Syn-koO
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nalec :: RP :: Rp perso-
Sauter vers: