Nalec

Role play Nalec de Pilmaldur chef des Flammes du Phénix
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 30/01/2005

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: 30/01/2005   Dim 22 Mar - 18:45

Nalec vit le jour dans le jeune pays de Pilmaldur. Il était de haut lignage pour sûr, et son père l'éleva et le prépara durant maintes années pour qu'il devienne son digne successeur. Les livres passionnaient beaucoup le jeune homme que devint Nalec, il aimait lire les exploits des heros de l'ancien temps, connaitre sa propre lignée et ses ancêtres. Sa soif de connaissance ne tarit pas au fil des ans et il apprit même la langue elfique du nord, langue inconnue parmi les nobles. Avec l'aide des nains vagabonds, il apprit à travailler l'acier et le fer. Durant les 30 premières années de sa vie, il ne connut point de tristesse et lors de son 30 ème anniversaire, l'heure de sa majorité,il fut temps pour lui de manier les armes.

Il devait quitter le pays pendant 5 ans pour apprendre à manier les armes, dans un camp au beau milieu des montagnes. Ces montagnes, il les connaissait pour les avoir parcouru avec les nains, il n'aimait pas combattre bien que lorsque la rage le prenait, il devenait particulièrement violent et fort, parfois même incontrolable.


Père, je ne souhaite pas combattre, je souhaite rendre ce pays aussi beau que dans les temps anciens, l'enrichir de par les beautés que nous construirons, le vrai pouvoir réside dans la création, car détruire à toujours été plus facile que de concevoir.
-Tu parles sagement, mais vois tu nous sommes en guerre.
-Je ne suis pas homme de guerre
-Mais tu le deviendras mon fils, et ce sera à toi d'assurer la sécurité de ton peuple, d'assurer le souveraineté de ta maison. Ainsi tels nos ancêtres, ton nom sera inscrit dans les livres.

Après de longues conversations, son père lui donna le journal de son arrière grand père, un homme puissant et un expert dans l'art de la guerre. Nalec lut cet énorme ouvrage pendant son séjour dans le camp militaire, et la fureur de la guerre l'envahit peu à peu. Lui aussi, à présent, rêvait de devenir un homme que les autres suivraient, capable de diriger par sa bienveillance ou par sa force. Capable de sauver son peuple des armées démoniaques qui s'étendaient au SUD et qui depuis la disparition de son arrière grand-père, ne cessaient d'attaquer les soldats de Pilmaldur.

La rage le prenait peu à peu, il ne suivait plus les règles que lui donnait son instructeur, il faisait des exercices physiques en plus, éxécutait des figures de combat d'épées qu'on ne lui avait pas enseigné. Il n'apprenait plus à être un soldat, il apprenait à être un tueur qui serait évité dans les champs de batailles. Et c'est un homme qui revint au chateau d'or de Ladros, devant le grand roi qui en fut ravi. Ainsi à 35 ans, Nalec commença à s'aguerir dans les terres du nord, puis comme le dixième de sa vie s'était écoulé ( les hommes de mon pays pouvaient vivre jusqu'à 300 ans et les seigneurs atteignaient en général 400 ans ), il partit dans le sud du pays pour accomplir son destin.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: 30/01/2005   Dim 22 Mar - 18:46

Les conditions de poursuite et de chasse dans les montagnes et dans le Nord étaient plus durs qu'au Sud du pays, où la pluie tombait rarement et où le vent soufflait légèrement, Nalec qui pensait donc être un forestier moindre, se révéla en réalité un bon chasseur habile à repérer l'ennemi. Il était très fier de lui, son rève commençait à se réaliser, des hommes suivaient avidement son conseil, sa réputation au camp d'entrainement s'était répandu, un meneur d'homme, de haute lignée, futur roi et forte tête, maniant aussi bien l'épée qu'il était perspicace et cultivé.

Mais pas encore de grande sagesse ni de grande maturité, mais il avait lu tant d'histoires, il savait à quel point l'orgueil des hommes était dangeureux, et bientot un de ses amis le lui rappella et sa petite amie du moment également, alors il cacha son orgueil, sa fierté grandissait énormément en lui mais son orgueil il le cachait et se forçait à être humble, particulièrement avec les nobles mais avec les soldats qu'il cotoyait, il montrait parfois à quel point il avait une haute estime de lui dans ses courts moment de colère. Il trancha peu de tête de morts-vivants, le combat n'était pas encore son point fort, les pièges, les attaques à distance, les stratagèmes étaient plus son domaine.

Mais un jour vint où une grande bande de morts-vivants se trouva près d'eux, Nalec ne le savait pas encore mais cette armée composée d'une centaine d'être puants avec la chair en lambeau, n'était là que pour tester les forces de Pilmaldur. Son fils eut l'honneur de se charger du problème, il avait brillament prévu par où les espèces de goules passeraient et leur tendit un piège. Malheureusement pour lui, rares furent les pièges qui eurent un effet sur eux, et tous enlevèrent leurs flèches, leurs dagues ou leurs pieux plantés dans le corps, car ce n'étaient que des misérables squelettes, que l'épée devait couper en morceau. Nalec n'en avait jamais affronté et il n'était pas le seul, tout en se libérant les squelettes firent de nombreux morts parmis les rangs de Nalec, mais à force de flèche et de petits acoups à l'épée, ils finirent par les faire reculer et à les faire sortir de la forêt où ils étaient.

Mais alors dans un terrain découvert, ilsse rassemblèrent et formèrent à nouveau les rangs que les pièges et les trous avaient dispersés. Les flèches étaient inefficace, ils faisaient peurs, ils avaient déjà tués de nombreux hommes. Alors Nalec, prit d'un élan de bravoure ou de folie, chargea seul face à 4 vingtaine de ces monstres. Un piquier lui blessa la jambe, mais il mourut avec deux autres sacs d'os sous les coups de l'épée scintillante, Nalec faisait de grands mouvements de corps et d'épée, qui lui donnait un élan faisant fendre l'armure de cuir et la forme osseuse, il para une autre lance, se rapprocha du squelette et un coup d'estoc planta la lame à l'intérieur du morts-vivants, bougeant son épée en tout sens, il finit par le réduir à néant, tout de suite vint un autre avec un cimeterre, les échanges furent rudes, mais Nalec réagissait vite et antécipait les coups, sa rage et sa peur le rendait bien plus fort qu'il n'était, et enfin il le mit à terre après l'avoir maintes fois touchés, sans que lui ne fut blessé outre sa jambe meurtri par l'effort et le fer du piquier.

Alors reprenant son souffle, son regard se fit de feux, qui embrasa le coeur des hommes derrières lui, et consuma leur crainte, comme elle consuma la vaillance des immondices face à lui. Criant à la rage et à la haine, la troupe tira l'épée du fourreau et s'acharna sur ces morts mauribons, qui fuirent ou furent tués après maintes mutilations.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: 30/01/2005   Dim 22 Mar - 18:46

C'est avec des exclamations et des applaudissements que Nalec revint à Lodras. Il était véritablement très heureux et les blessures reçuent valaient bien les cris et les fleurs qu'on lui jetait. Le digne fils de son père, cultivée, mature pour son age mais aussi courageux et téméraire au combat, habile et rusé au besoin. Déjà sa réputation grandissait auprès du peuple et des nobles. Il rentra enfin dans la salle du trone, pour raconter une fois de plus la bataille du SUD auprès des gens de haut rang qui avait été invité par le roi et par les plus riches bourgeois et soldats de la cour.

Deux nuits seulement après le solstice d'été, deux messagers me parvinrent et me regardèrent avec gravités, mon nom et mon titre les rassurèrent bien vite et ils m'annoncèrent leur triste nouvelle. Une armée de créatures puantes et vraissemblablement mort vivante se dirigeait vers la petite place forte de Ledaros, la plaine plate, où se trouvaient de faibles constructions défensives en bois que nous pensions rénover.L'avant garde cette armée avait fait fuir nos éclaireurs et les éclaireurs adverses en avaient tué quelques uns. Je partis dans la direction de Ledaros seul, les messagers se chargaient d'alerter notre armée, ce fut une route assez facile à emprunter et je couvris la distance rapidement et raliai tous les hommes que je pouvais trouver en faisant parfois de grands détours vers les batisses militaires les plus proches. Je ralia près de 80 hommes vers la place forte de Ledaros, et nous étions prêt à la défendre malgré notre faibles équipements, une armée trois fois plus grosse n'aurait pu nous passer, j'installai de nombreux pièges partout dans les collines avoisinantes et dans le chemin ainsi qu'à l'intérieur de notre camp.

Mais après plusieurs jours, aucune ennemi ne vint, mais une compagnie nous rejoignit, deux cents hommes bien armés, principalement des archers mais sans cottes de mailles ni de haubert. Nous décidâmes de partir à l'attaque en envoyant avant des éclaireurs un peu partout, nous avions fait une journée de marche lorsque 9 sur les 12 revinrent, et après une longue discussion il m'apparut clairement que l'armée mort-vivante avait décidé de changer de cap et sans doute passeraient-ils par les bois pour couvrir leurs traces, fortes de 200 monstres mieux équipés que nous qui n'avions presque aucune lance, mais ceci ne me découragea pas, j'étais sur de moi et de mes hommes. Je décidai de prendre l'initiative, des pièges furent installés dans la forêt, en deux jours notre plan de bataille était prêt, l'attaque ne se déroulerait pas par surprise, la moitié de notre serait face à eux et une fois la charge sonnée, l'autre moitié se ruerait sur leur flanc droit et leur arrière et enverrait une pluie de projectiles, les pièges devaient s'activer avant que la mélée ne se fasse. Après quelques tirs et un court combat, nous pensions que l'armée batterait en retraite car nous aurions l'avantage tactique et l'avantage du nombre. Mais en réalité aucune peur ne les saisit, nos flèches passèrent à travers leurs corps, nos jets ne leur faisaient aucun dégat mais leurs lances traversaient nos rangs sans soucis et ils infligèrent de lourdes pertes à la première moitié de notre armée.

Nous finîmes par les repousser au delà de la forêt, la moitié des notres avaient péri et moitié moins pour eux. Certains squelettes étaient trop emportés par la rage et m'attaquèrent, je repoussai les trois assaillants avec force mais surtout avec agilité, jamais ils ne me touchèrent, mais mes coups leurs étaient toujours fatales. Et finalement ce fut à notre tour d'être emporté, pour ma part je ne sentais plus la fatigue, je sentais la chaleur, la haine et la peur se muer en rage, en un cri de guerre je partis à l'assaut, et je défonçai les rangs ennemis, ma rage emporta les autres hommes de par leur force, mirent en miettes les squelettes ennemis. Aucun ne survécu, mais nos pertes ont été aussi nombreuses que les leurs, sauf que nous ne connaissions pas ces créatures avant, maintenant c'est chose faite.

Nalec enchaina sur les divers moments de la bataille, en particulier les pièges posés sur la terre de Ledoras et dans la forêt et au plan qu'il avait échaffaudé au cas où il serait assiégé. Mais son moment préféré c'était bien évidement la fin, la force de la guerre qui le prenait et son épée qui tranchait et s'abattait toujours, il mit une bonne heure à reproduire ses mouvements et à en expliquer le sens au milieu de la bataille ainsi qu'à raconter en détail la technique des hommes qu'il dirigeait et celle des morts vivants. Son récit mourut sous les applaudissements et sous les félicitations des hommes de son armée qui avait également été invités. Nalec aimait se dire que s'ils avaient réussit à vaincre cette armée mieux équipé, en nombre similaire et avec la peur au ventre, c'était grace à lui, ses hommes ne cessaient de le lui répéter à la fin il le crut lui même.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: 30/01/2005   Dim 22 Mar - 18:46

Nalec était à présent certain de son autorité, et dans son fort intérieur, il échaffauda énorméments de plans qui au bout du compte lui donnerait la confiance de tout son peuple. Mais il se rendit bien vite compte que son peuple le suivrait le jour où son père se retirerait du trone, ceux qui étaient à conquerir c'était les nobles, les bourgeois faisaient déjà de la lèche à la famille royal et lui même reçut de nombreuses offrandes et on lui proposait beaucoup de rendez-vous d'affaires. Nalec ne savait pas comment gérer autant de demandes et de devoirs, il demanda donc conseils à son père et tout deux eurent une longue discussion. Il lui parla de son envi de plaire au peuple, de son envi d'être aimer de tous dans Pilmaldur, mais son père en devina plus que ce que son fils lui disait, il ne souhaitait plus être un roi d'antant, il souhaitait être un générale commandant son armée à travers des pays inconnus ou oubliés.

Mais le moment n'était pas venu, pour le moment il devait faire face à un conflit diplomatiques, la plupart des gens de haut lignage étaient au service du roi, mais certains espéraient encore agrandir leurs richesses et leurs pouvoirs par d'autres moyens, ils faisaient en sorte que le peuple les préfèrent à la famille royal et ainsi une lutte de pouvoir s'organisait. Au vu de la popularité de Nalec, de nombreux nobles s'allièrent et firent de nombreuses festivités, malheureusement pour eux, Nalec se joignit à l'une d'elle. Un concour de tir à l'arc entre les hautes personnes et quelques maréchals de haut rang, voire même de trop haut rang, celà faisait une bonne dizaine de décénies qu'ils n'avaient tirés l'épée. Et ils eurent un teint blafard en voyant Nalec s'inviter à la reception et qui plus est, il les ridiculisa presque tous, son habilité à l'arc était aussi grande que leur habilité à se remplir la pense. Certe il n'était pas vainqueur, mais c'est avec un sourire triomphant qu'il les convoca tous pour leur donner des ordres. Les nobles devaient stopper les fêtes qui se préparaient dans leur fief et rejoindre Lodras, où un grand bal était en préparation ( une idée du roi pour contre-carer les "penses pleines" ), toutes les personnes reconnues de haut rang devaient s'y rendre avec leurs gens dans deux semaines dernier délai.

Certains refusèrent naturellement, mais le nombre d'opposants au pouvoir fut vite réduit par cette évènement, les vieux étaient trop bornés, Nalec et son père n'avaient donc pas insisté pour leur présence, cependant ils avaient insisté pour que leur descendance se joignent à eux, et ainsi gagner la confiance des futurs dirigeants des différents fiefs du pays. Un programme qui convenait fort bien à Nalec, mais qu'il ne put accomplir, en effet une jeune demoiselle venue sans cavalier et mieux encore sans son père, se présenta devant la porte, et par chance ou par coup du destin, Nalec s'y trouvait également. Une lance de mort-vivant lui aurait transpercer le ventre qu'il n'aurait pas senti un tel choc. Elle était presque aussi grande que lui, de longs cheveux bruns soigneusement relevés en un chignon, une robe aussi noire que le puit sans fin qui se voyait dans ses yeux.Ses formes auraient fait palir son vieu père s'il avait eut un siècle de moins, mais au cour de cette soirée il n'eut guère l'occasion de la voir, ni elle ni son fils.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: 30/01/2005   

Revenir en haut Aller en bas
 
30/01/2005
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» TOBBY croisé caniche parfait né en 2005 (02) ADOPTE
» En 2005-2006 le CEP a dépensé plus de 100 millions pour les élections.
» GN du 16 mai 2005 - historique du monde
» [PCM 2005] Dans les pas de...
» COLORADO 2005 camp

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nalec :: RP :: Rp perso-
Sauter vers: