Nalec

Role play Nalec de Pilmaldur chef des Flammes du Phénix
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 b2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: b2   Jeu 22 Mar - 0:15

C'était une nuit noire sans étoile. Il ne faisait pas froid. Le camp entier était plongé dans une fraicheur agréable que les feux éloignaient brutalement. Ervinn se rassit parmi le groupe de soldats qui partageait sa tente, son second bol de soupe dans les mains.

On était légèrement plus à gauche, par là.Dit-il en agitant vaguement le bras vers le sud-est. Son compagnon Dagorias acquiesça. Conscient que son compagnon aimait discuter avec les autres il ajouta.
Je nous préférais sur les remparts, au moins on avait un avantage sur ceux d'en face et puis derrière on avait la sécurité des casernes, on a beau dire ça fait du bien le grand air . . .

Il laissa sa phrase en suspens, et Ervinn acquiesça à son tour. Leur deux autres compagnons suivaient la conversation sans rien dire. Ervinn était un jeune homme, propre sur lui, amicale et avenant, garde de la ville de Bey depuis six ans. Dagorias lui dépassait les 40 ans, sa barbe lui mangeait la moitié du visage et lui donnait un air sombre, il était plus rodé que son compagnon, un vieux soldat sans histoire apparemment.

De toute manière on rentrera bien vite chez nous. La chasse est finie.Ce soir le roi les avait prévenu que la bataille finale aurait lieu demain. Pendant deux jours Nalec avait mené son armée et avait poursuivit l'armée adverse. Jusqu'à hier matin où l'ordre avait été donné de faire demi tour. Après une petite escarmouche l'armée de l'elf s'était installé au même endroit que la nuit précédente.

Je connais pas grand chose en stratégie mais on savait tous qu'on pourchassait une armée deux fois nombreuses, alors pourquoi les suivre si c'est pour fuir dès qu'on leur tombe dessus? Ca n'a aucun sens.
Ca peut être le terrain, la position de l'armée adverse. Peut être qu'ils voulaient juste qu'on attaque le convoi de ravitaillement, ou le bout de la fil et qu'on est mal tombé.
Ervinn haussa les épaules.
Tu te souviens de ce qu'il a dit?Demanda le jeune homme.
A quel moment?
Quand il a parlé de ces hommes assoiffés de sang, nourris par les démons tout ça et qui étaient venus prendre nos vies et que maintenant on avait l'occasion de se venger.Dagorias hocha la tête.Je sais pas toi mais ça m'a fouetté le sang. Je revoyais certaines scènes des semaines passées pendant qu'il parlait. Mon sergent, celui qui m'a tout appris, transpercé avec une lance et attiré de l'autre coté des remparts. Tout plein de gens que j'aimais bien et . . . bref à la fin j'étais comme il a dit, j'avais envi de me venger. Tu crois que c'est pour ça qu'il nous a pris nous plutot que le dragon?

Le siège de Bey avait duré trois semaines, le comte de la ville, un grand homme puissamment bati nommé David avait rassemblé 7000 hommes, gardes, soldats, réservistes et volontaires pour faire aux armées d'Angband, on ignorait leur nombre exact mais au départ ils étaient au moins trois fois plus nombreux que les défenseurs. On racontait que les dirigeants de cette armée avait pactisé avec des démons pour leur assurer la victoire en échange de rituels sanglants, et celà s'était confirmé lorsque plusieurs démons à peau rouge ou grise avait été aperçu marchant au milieu du camp ou tentant de grimper sur les remparts. La tête de l'un d'eux avait fini en trophée dans la caserne. La victoire n'était qu'une histoire de temps jusqu'à ce que Nalec arrive à la ville assiegiée à la tête du dragon, sa troupe d'élite composé des meilleurs guerriers du royaumes, ainsi qu'une troupe allié d'environ un millier de nains. Après ça les généraux d'Angband avait décidé que prendre la ville s'avèrerait trop couteux en vie et en ressources pour que ça en vale la peine et s'était retiré malgré les 10 000 hommes qui leur restaient..
Plutot que de leur donner la chasse avec le dragon, le roi Nalec avait emmené avec lui les nains, la moitié du dragon, et les défenseurs de la cité, ne laissant que 1000 hommes derrière lui pour garder Bey.


Comme tu le dis mon garçon,répondit Dagorias en se grattant la barbe,la seule raison que je vois pour qu'il nous prenne nous plutot que sa précieuse troupe, c'est que nous on est plus motivés. On a vu des amis mourir, on a été sous pression longtemps, et ça joue sur le moral. Nalec est un bon stratège, et il comprend beaucoup de choses sur nous malgré qu'il ait les oreilles taillées en pointe. Je veux dire regarde autour de toi.Joignant le geste à la parole, Dagorias enveloppa d'un geste ample du bras les feux de camp en face de lui.Tout ceux que tu vois là ont survécu à trois semaines de siège, ils ont fait leur preuve et sont donc de bons combattants ou sont très chanceux, ce qui revient au même au final. La seule différence concrète avec le dragon, c'est qu'on est plus motivés et moins bien habillés.
Moins riche aussi, j'ai entendu dire que leur solde était la double de la notre.Ervinn gloussa et tourna son regard vers Dagorias. Il se souvint que celui-ci avait été officié pendant quelques années, jusqu'à ce que par malchance il ne puisse plus se payer une armure et du revenir à la vie de simple soldat. Il reporta son regard face à lui sans rien vraiment regarder.
Mais un final ce n'est que des artifices non? On est toujours à deux contre un. Peut être même moins si on se fie à la taille des nains là bas.
Ne t'y fie pas mon garçon.Répondit le vieux soldat. La lueur du feu éclairait son visage.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: b2   Jeu 22 Mar - 18:42

Un messager pénétra dans la tête alors que Nalec allait prendre la parole, le coupant net dans sa concentration. Sentant que cela était urgent il fit signe à l'homme de prendre la parole.

L'ennemi sollicite une audience sire.

Nalec, ses généraux et le roi nain traversèrent le camp, guidé par le messager. Arrivés au bout de celui-ci, ils virent la petite délégation, sans ornement et sans roi, qui attendait patiemment, bien qu'avec anxiété. Des centaines d'yeux aux regards malveillants fixés sur eux.

Que voulez vous?Cria Nalec en avançant de quelques pas pour se détacher du reste de son armée. Un jeune homme s'avança. Il se déplaçait avec une grace animale, comme si rien n'avait d'emprise sur lui. Il portait veste en daim à franges sur les épaules, ses cuissardes étaient marrons et enfilées dans des bottes de cavalerie qui avaient été repliées sur les genoux, laissant entrapercevoir de la soie couleur perle. Il portait une rapière à la hanche.

Je me nomme Asbruk, je suis le champion du roi Melkor, et je viens pour représenter celui-ci dans un duel visant à régler le sort de cette bataille sans perdre plus d'hommes.
L'homme parlait bien, et le soleil se reflétait sur ses cheveux blonds.
Pourquoi te croirait-on? Ton maitre est un briseur de serment et s'est vendu aux démons!La voix chargée de colère de Nalec semblait rendre la justice à un simple brigand. Asbruk marqua une légère pause et répondit.
Acceptez vous le duel, Nalec!?

L'un des généraux chuchota à coté de Nalec, lui disant qu'il connaissait Asbruk, que c'était un épéiste très talentueux ayant gagné la plume d'argent lors du dernier tounoi des quatres nations. L'elf acquiesça, lui aussi se souvenait du jeune homme. Mirali intervint.

Il est plus fort que toi?
Il l'est trop pour que je prenne le risque de l'affronter, ou même d'être blessé avant la bataille finale.Le roi se tourna vers l'un de ses généraux.Cela pourrait-être une diversion, que les hommes retournent à leur poste et conduis un groupe d'éclaireurs, je ne veux pas être surpris.Au moment où il prononçait ses paroles, Mirali se glissait hors du camp et s'avançait à grandes enjambés en direction d'Asbruk, l'épée au clair.
Mirali!!!Cria Nalec. Il allait courir après elle quand des bras puissants le retinrent sur place.Monseigneur! Les hommes vous regardent! Ne soyez pas fou!Asbruk regardait la scène sans comprendre. Il ignorait que faire. Puis quand Mirali se fut suffisamment rapprochée et qu'il vit son regard déterminé, il sortit sa rapière.

Les attaques furieuses de Mirali l'obligèrent d'abord à reculer. Il recula de trois pas puis d'une riposte fulgurante, lui entailla l'épaule droite. Mirali ne broncha pas et chargea à nouveau. Le jeune épéiste la fit tomber par terre. Plutot que de pousser son avantage il recula pour se mettre hors de portée et attendit qu'elle se relève. Elle se releva, et sachant qu'elle n'était pas de taille, elle tenta une attaque suicidaire pour au moins blesser son adversaire et offrir ainsi un avantage à son amant. L'éclat de ses yeux trahit son intention, Asbruk esquiva et fit chuter une seconde fois la jeune femme.


Stop!Nalec était là à présent.Mirali va t'en! C'est un ordre! Dégage de là!La jeune femme, prise dans un tourbillon d'émotions, se releva et obeit aux ordres sous le regard noir de l'elf. Nalec se tourna finalement vers le champion et lui fit signe de la tête de l'accompagner. Les hommes s'écartèrent tandis que les deux hommes se plaçaient sur un terrain plat. Les deux hommes étaient toujours observés par un grand nombre de soldats. Asbruk sentait leurs regards mauvais et se demanda une fois de plus s'il allait ressortir vivant de cette épreuve.

Finalement Nalec se tourna vers lui et il cessa aussitot de marcher. Après quelques secondes d'hésitation, l'elf s'avança vers le jeune champion sans sortir son épée, jusqu'à se retrouver face à lui et l'accabler de son regard pénétration. Asbruk ignorait comment se conduire, sa main était crispé sur la poignée de son épée, mais il refusait de la sortir car Nalec n'avait pas sorti la sienne et il lui répugnait d'attaquer un homme désarmé. Puis l'elf lui asséna un terrible coup de tête qui brisa le nez du duelliste et fit jaillir un flot de sang. Sous le coup de la surprise le jeune homme s'effondra par terre.


Désarmez le et emprisonnez le. Qu'aucun mal lui soit fait.

Nalec partit rejoindre son état major. Le roi nain souriait dans sa barbe et dit.

C'est un joli jeu auquel vous avez joué maitre elf. C'était tout ou rien.
Il a raison sire, comment saviez vous qu'il ne vous embrocherait pas avec son épée dès que vous approcheriez?
Je ne le savais pas, du moins j'en étais pas sur. Mais il possède un code d'honneur et il a épargné Mirali. Dans cette démarche Melkor avait tout à gagner et moi tout à perdre, alors j'ai joué le tout pour le tout. Tant pis pour l'honneur, ici il est question de survie.
J'ai beaucoup apprécié. Vos hommes aussi à changer par les éclats de rire.


_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
 
b2
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nalec :: RP :: Rp perso-
Sauter vers: