Nalec

Role play Nalec de Pilmaldur chef des Flammes du Phénix
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Nalec et Druss

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Nalec et Druss   Dim 25 Jan - 20:18

Le duché d'Helgire, dirigé par le duc Astragor, était un duché indépendant composé de quatre baronnies et un comté. Les baronnies se nommaient Nivalis, Ekarys, Oriande et Nyleria. Le comté était celui de Pilmaldur. Dirigé par Maraxus. Celui-ci avait deux fils, Nasgour l'ainé, destiné à reprendre sa succession, et Nalec, chevalier et maitre de l'armée.

Le comté de Pilmaldur se trouvait le plus au Sud du duché d'Helgire. A l'est, il y avait Nyleria, vers le nord-ouest, de grandes montagnes infranchissables formaient une frontière naturelle avec la baronnie de Nivalis. Et à la frontière ouest se trouvait un autre royaume : Telia. Ce royaume était immense et puissant. Divisé en plusieurs duchés et plusieurs baronnies. A la frontière ouest de Pilmaldur, il y avait le comté de Gladof, appartenant donc au royaume de Telia.

Bien que n'appartenant pas au même royaume, Gladof et Pilmaldur avaient souvent commercé ensemble. Mais c'était avant les aventures de Nalec dans cette contrée. La frontière entre Gladof et Pilmaldur coupait la forêt de Brokylone en deux. Cette forêt était riche en acajou, noyer blanc et autres bois rares. Le comte de Gladof la convoitait ardemment et demanda une alliance militaire avec Pilmaldur pour envahir Brokylone des deux cotés et anéantir les dryades qui y habitaient. Pour soutenir cette demande d'alliance, ils accusèrent les dryades des récents pillages et attaques de caravane de la région. Mais Nalec découvrit la tromperie et scella secrètement une alliance avec la reine des dryades dans la forêt. Si bien qu'au moment de la bataille, l'armée de Gladof fut encerclé par les épées de Pilmaldur et les flèches des dryades.

Nalec donna le choix entre la vie du comte, ou la vie du générale. Le générale fut sacrifié, et le comte partit pour de bon, abandonnant la forêt entière à Pilmaldur, qui la remit aux dryades sans condition, scellant ainsi une amitié fragile entre les deux voisins. Le comte de Gladof vouait donc une haine profonde envers la lignée de Pilmaldur et tout commerce était impossible. La nouvelle de la défaite de Gladof et de l'amitié des dryades et de Pilmaldur traversa les frontières, et les bardes reprirent leurs vieilles contines au sujet du fils sans importance d'Helgire, Nalec.

Né pour être abandonné à l'armée, Nalec devint chevalier, dans la prestigieuse école d'épéiste d'Helgire, qui se trouvait à Pilmaldur, seul élément important de ce petit comté sans richesse, avec une seule ville, qui ressemblait plus à une cité militaire qu'à une ville. Sa première aventure eut lieu à l'est du comté, dans la vallée sans nom, lieu oublié de tous. Là bas il combattit et vainquit un nécromancien et son armée de hors la loi avec une garnison de cent braves soldats. Ces soldats, démoralisés par une lourde défaite et la présence accrue de gobelins dans la région, reprirent courage grace aux hauts faits de Nalec et sa troupe de chasseur de gobelins : Druss, un ancien mercenaire et vétéran de la garnison, Richard, chevalier errant, et Peavey, garde du village. Ils ramenèrent sain et sauf une colonnie d'elfe prisonnier des cavernes gobelines et tuèrent plusieurs hors la loi en ramenant leurs épées comme trophée.

Le moral en hausse, Nalec et les hommes de Pilmaldur tentèrent le tout pour le tout dans une ultime attaque contre le nécromancien et sa troupe. Ils l'emportèrent dans une glorieuse victoire qui fut le point culminant de leur existence. C'est ainsi que Nalec forgea sa renommée. Ami des elfes et des dryades, combattant archarné, il avait été récompensé par le roi de Telia pour service rendu, d'une épée blanche comme la craie.

Cependant les ballades des bardes ne disent pas tout. Pendant que Ajern, le roi Telia récompensait Nalec pour service rendu, il avait ordonné à ses hommes de dépecer et écorché vif une centaine de combattants elfes, des alliés de Nalec, que le chevalier souhaitait ramener dans son pays pour agrandir la communauté d'elfe existante dans la vallée sans nom. Nalec maudit Ajern et jura de l'anéantir.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Nalec et Druss   Dim 25 Jan - 23:25

Le ciel était calme, d'un bleu harmonieux. L'hiver était presque achevé, mais le froid persistait, particulièrement le matin et la nuit. Nalec, Druss et Sejikah voyageaient en petit comité sur la route. A pied, portant son immense hache dans le dos, Druss marchait à grand pas, tels des bonds de géants. Sejikah, le cartographe venu d'Helgire, voyageait à dos de poney derrière les deux guerriers. Il les regardait marcher avec leur armure et leurs armes, et se demandait comment on pouvait supporter ce genre de vie. La vie était déjà assez difficile comme ça sans que l'on ajoute un poids supplémentaire. Ils voyageaient ensemble depuis presque un mois, dans le but de mettre à jour les cartes de Pilmaldur, et de trouver un emplacement pour construire un camp d'entrainement.

Pour Nalec, c'était aussi une occasion de découvrir sa région natale, et il ne cessait de poser un regard curieux sur chaque colline et chaque sentier qu'il empruntait. La compagnie de Druss était loin d'être désagréable, il ne parlait pas beaucoup, uniquement quand c'était necessaire. L'humour n'était pas son fort, et Sejikah avait appris avec frustration que le guerrier à la hache était aussi peu interessé par les récoltes des années passées que par la cour du Duc Astragor. Le cartographe quant à lui était un affreux bavard, cultivé et poli, qui parvenait souvent à entrainer le jeune noble dans de nombreux débats sur les questions politiques. Cela amusait beaucoup Nalec, et il s'était mis à apprécier l'homme, car il portait sur le monde un regard empreint de bonté et sans malice.

Ils voyageait vers l'Ouest, vers la forêt de brokilone. Les derniers hameaux de Pilmaldur se trouvaient au Sud de la forêt. Leur discussion tournait autour de la vie militaire Pilmaldurienne.


Explique moi une dernière fois cette histoire de medecin de guerre Nalec. Demanda Sejikah. Nalec leva les yeux au ciel en signe de desespoir. Sejikah le vit et sourit.
Nous donnons chaque mois une paie, une faible paie, aux medecins qui acceptent notre contrat. En échange de cet argent, ils n'ont rien à faire, sauf en temps de guerre. Lorsque le comté entre en guerre, ils sont obligés de venir ici et de travailler pour notre armée. Nalec marqua une pause pour être sur que le principe était clairement compris. Cela nous assure un maximum de medecins lorsque nous en avons besoin, et eux ont l'avantage d'avoir un petit revenu fixe chaque mois.
De combien est ce revenu? Demanda Sejikah.
Six ou huit pièces d'argent, je ne sais plus.
C'est autant que la solde d'un soldat, c'est ridicule !Répliqua le cartographe.
Ce n'est pas comparable,répondit le chevalier, les soldats s'enrichissent avec le pillage et ne dépensent pas leur argent pendant leur service. Enfin en théorie...
Eh bien d'autant plus, pourquoi un medecin accepterait un si petit pécule? Surenchérit-il.
Je te l'ais dis, cela leur assure un petit revenu chaque mois, quand ils voyagent ou ne peuvent travailler ou que sais-je encore. Et cela en échange de faibles responsabilités. Il n'y a pas eut de guerre ici depuis deux générations.

La discussion continua bon train, jusqu'à ce qu'enfin ils arrivèrent au village nommé Yabe.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Nalec et Druss   Sam 31 Jan - 19:20

Les compagnons espéraient se reposer dans ce petit village et en faire leur point de chute pendant quelques jours, le temps de cartographier la région. Le village n'avait pas de palissade, mais un ruisseau artificielle en faisait le tour et le sentier se finissait un petit pont de pierre qui bondissait par dessus l'eau. Les villageois avaient surement détourné un ruisseau proche et celui servait surement à la fois de source et d'égouts. Nalec aimait voir l'intelligence des hommes dans les choses simples du quotidien, qui souvent contrastait avec leurs manières grossières. En entrant dans le village, le chevalier entendit une dispute.

Mais je te dis que j'en veux pas! T'as de la terre dans les oreilles le nain!? Je sais pas comment t'as trouvé mais moi j'dis que tu es un voleur. Criait une bonne femme.
-J'ai posé des pièges dans la forêt, c'est un marché honnête! Répondit faiblement une voix grave et profonde.
-Bah c'est ce que tu dis. Qu'est ce qui vont me dire les gens du village, s'ils apprennent que je t'achète tes lapins volés! J'veux pas troquer avec un nain, tu me fous la frousse avec ton chapelet d'animaux crevés! Cracha t-elle avec méchanceté.
-C'est rien de vilain, que des animaux de la forêt. J'ai posé les pièges y a deux jours et les vlà tout comme je les ai trouvé.

Nalec s'était suffisamment approché pour voir la dispute de ses yeux. Un nain, barbu et trempé de la tête aux pieds, tendait de sa grosse main une grosse canne où étaient suspendus trois prises. Il parlait à une femme un peu forte, qui serrait les poings sur ses hanches. Elle portait un vieux tablier gris et une ceinture avec quelques outils. Nalec estima qu'elle devait fabriquer des vêtements et tanner des peaux.

-Y a un ragondin et deux loires. Je pourrais vous avoir des lapins bientot je suis sur. La viande sera bonne et les peaux...
-Arrete ton blabla! Je supporte pas ton accent. J'ai pas confiance en toi le nain. Tes prises vont donner la maladie à mon mari et à mes enfants. Je ne veux rien que tu as touché! Va t'en maintenant.

A peine eut-il le temps de faire demi tour, la mine basse, que deux hommes l'accostèrent. Ils étaient tout deux bucherons et l'un d'eux semblait particulièrement fort.

-Tu sais petit barbu, je suis sur que si on les cuit bien, tes bestioles, et bah elles seront bonnes à manger. Dit-il.
-Ce n'est pas pour toi Jeof! A moins que tu me paies un bon prix, dans lequel il y a le remboursement pour la pelle que tu m'as prise.Répondit le nain avec hargne.
-T'as pas honte de me traiter de voleur! Je vais pas laisser une bête pleine de puces m'insulter.Il s'approcha du nain et son compagnon lui emboita le pas.
-Tu oublies ta place ici, tu nous sers bien gentiment et nous on a la bonté d'accepter que tu vives dans notre village. Si tu nous gènes on te crèvera dans ton lit. Dit-il menaçant. Il s'approcha du nain, feinta, et lui envoya un lourd coup de pied dans la tête. Le nain tomba dans la terre humide et grogna sous le choc. Laissant tomber sa canne.

Ils s'arrêtèrent nets en entendant le cliquetis de l'armure. Nalec marchait rapidement dans leur direction. Il se planta à coté du nain et regarda le plus grand des deux hommes dans les yeux. Celui ci reconnut un noble et le chevalier put lire la soumission dans ses yeux. Mais ce n'était pas suffisant. Nalec tira son épée et pointa la gorge de l'homme.


- Posez vos haches par terre, tous les deux.

Ils s'executèrent sans prononcer un mot. Nalec rengaina son épée et aida le nain à se relever. Mais celui ci le repoussa en grognant, ramassa ses prises et partit rapidement sans se retourner, le visage rouge. Druss rejoignit Nalec.

-Même pas un merci. Dit le chevalier.
-Ne l'oblige pas à se priver du peu de dignité qui lui reste. Répondit Druss. Et Nalec perçut la sagesse dans ses paroles.
-On fait quoi des deux là?Demanda Nalec en faisant un signe de tête vers les bucherons prostrés. Druss se contenta de hausser les épaules.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Nalec et Druss   Sam 31 Jan - 21:32

Nalec se présenta aux villageois, et ils lui obéirent avec une certaine réticence. Ils savaient que Nalec n'était que le troisième fils du Comte, par conséquent, son autorité était limitée, mais surtout, ils n'aimaient pas les nobles et n'aimaient pas devoir se courber. Le chevalier mit fin à cette marque de soumission, pour le temps de sa visite, mais les villageois ne se montrèrent pas plus amicaux. Il n'y avait aucune auberge où loger, mais le village possédait une salle commune, qui servait également d'entrepot. C'est là que Nalec, Druss et Sejikah logèrent durant trois jours. Ils explorèrent beaucoup la forêt alentour, mais Nalec tenta également de répertorier les artisans présents dans le village, pour pouvoir faire une évaluation des richesses de son territoire et fonder un plan pour l'enrichir et ainsi impressionner son père.

Il tenta également de retrouver le nain, car depuis la bataille de Mekam, il n'en avait presque vu aucun. Mais il ne put mettre la main dessus. Le village était parmi ceux les plus à l'ouest de son comté. Il était loin de la citadelle et sans grand intérêt. Sejikah partit pour le Sud, en contournant la forêt des dryades, il allait poursuivre son inspection des reliefs et mettre à jour les cartes pilmalduriennes. Nalec et Druss eux partirent vers le Nord, vers les montagnes, car le jeune chevalier ignorait complètement ce qu'il y avait par là bas. Les patrouilles et les collecteurs d'impots n'empruntaient pas le sentier allant vers le Nord, et pourtant il y en avait un.

L'un des villageois leur apprit qu'il y avait eut autrefois des carrières plus au Nord, à l'époque où le chateau était en construction. Mais aujourd'hui les montagnes inspiraient la peur et il était dangereux de s'aventurer dans ces contrées oubliées. Cela fit sourire Nalec, car il était dans la plénitude de sa force et fier dans son coeur. Il partit avec Druss à pied et ils voyagèrent ensemble sans encombre. Ils suivirent le sentier et remarquèrent vite qu'ils n'étaient pas seuls. De profondes traces de roues révélaient la présence d'un chariot devant eux. Lorsque le sentier était plus boueux, ils distinguèrent également une dizaine d'empreintes de chevaux. Ils s'enfoncèrent dans un bois où le sentier disparaissait par endroit, et ils se sentirent alors réellement dans une contrée sauvage et inexplorée.

Mais soudain, ils entendirent, porté par le vent, un hennissement de terreur. Ils commencèrent à courir et bientot ils perçurent les bruits de cliquetis de l'acier contre l'acier. A une centaine de pas devant eux, ils aperçurent un convoi, composé d'un unique chariot et de plusieurs gardes. Ils étaient attaqués et semblaient desavantagés. Nalec tourna son regard vers Druss, celui ci hocha la tête et sortit son immense hache à deux lames du fourreau. Nalec sortit son épée, vérifia les sangles du bouclier, et ils chargèrent. Deux des six gardes étaient à terre. Le chevalier compta onze assaillants, des brigands selon leurs vêtements. Le temps qu'ils arrivèrent sur les lieux, les gardes s'étaient rassemblés et défendaient chèrement leur vie. Malgré leur équipement et leur expérience, l'un des leurs avait péri et ils n'étaient plus que trois, rassemblés à gauche du chariot. Trois brigands étaient morts, mais ils ne faiblissaient pas.

Druss chargea à gauche pour venir en aide aux gardes. Nalec lui chargea un bandit à tête blonde qui forçait une femme à sortir du chariot. Il était seul et faisait une bonne cible. Le chevalier était confiant, il avait une bonne armure et les ennemis ne l'avaient pas vu. Quand il le repéra, le blond chargea en criant et arma son bras en pour un violent coup de fendoir. Nalec cala ses pas sur le rythme du brigand et prépara une parade qu'il avait maintes fois répéter à l'école. Il prit une impulsion vers l'avant, pencha la tête vers son ennemi pour le provoquer, et poussa sur sa jambe avant pour reculer immédiatement après. Le coup de son ennemi s'abattit devant lui sans le toucher. Satisfait de sa feinte, Nalec continua sa manoeuvre mortelle. Le chevalier mit son bouclier en avant, et le revers de son adversaire s'écrasa sur le bouclier sans lui faire le moindre mal, car Nalec était trop proche pour que le coup ait de la puissance. Le chevalier arma son bras et abattit sa lame sur le visage, sans défense, de son ennemi.

Le sang éclaboussa la terre à ses pieds. Nalec sourit de sa réussite. Une manoeuvre d'école et un homme déjà était à terre. Soudain, deux hommes, auparavant occupés à maintenir les chevaux de traits, chargeaient arme à la main. Il n'avait toujours pas peur, au contraire il sentait la chaleur du combat l'envahir. Deux idiots sans technique et sans armure, pensa t-il. Nalec para une lance avec son bouclier, puis esquiva un vicieux coup d'épée horizontale. Il se plaça ensuite à droite de ses assaillants, celui à l'épée gênait son camarade avec la lance. Ils étaient pressés de le tuer, et combattaient en criant pour masquer leur peur. Nalec se protégea d'un autre violent coup d'épée avec son bras droit, le bouclier absorba le choc. Il maintint son premier adversaire entre lui et le second à la lance. Son ennemi n'était pas habitué à affronter des gauchers. Le chevalier feinta un coup de bouclier, puis frappa de son épée, de haut en bas. L'autre plaça mal sa parade, et son bras droit fut tranché au niveau du poignet. Le dernier brigand tenta de s'enfuir, mais Nalec le toucha à la jambe puis l'acheva à terre.

Il fit ensuite le tour du chariot pour venir en aide à Druss, mais il comprit d'un coup d'oeil que c'était inutile. Deux bandits s'enfuyaient en courant, les autres étaient morts. Le plastron de Druss était couvert de sang, mais Nalec ne s'inquiétait pas. Il admira une fois de plus la force titanesque de l'ancien mercenaire et sourit en voyant trois cadavres affligés de béantes blessures



_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix


Dernière édition par Nalec le Ven 13 Fév - 13:35, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Nalec et Druss   Sam 31 Jan - 23:14

Nalec inspecta les corps et acheva les deux blessés qu'il trouva dans le camp ennemi. Parmi les gardes, seuls trois avaient survécu, et l'un d'eux avait une grave blessure au bras gauche. Nalec et Druss se présentèrent et rangèrent leurs armes, ils proposèrent leurs aides. Les gardes leur demandèrent de récupérer leurs chevaux en fuite, pour qu'ils puissent prendre des bandages dans les sacoches.

Nous sommes des mercenaires de Kaedwen.Dit le blessé tandis que Nalec le bandait. Nous escortons ces dames vers le Nord, elles sont en fuite. J'ignore qui les pourchasse mais je suppose que c'est un noble plutot colérique, carrément haineux même.Il sifflait de douleur.On a eut une première escarmouche près de la frontière Nord de Kaedwen, nous on a pu la traverser mais eux ont du contourner les troupes. Mais maintenant ils nous rattrapent, j'ai perdu deux éclaireurs il y a deux jours.

Druss toussota, et fit un signe de tête pour Nalec. Le chevalier remarqua alors que les deux autres mercenaires avaient une mine sombre et l'oeil noir. Il aurait pu croire que c'était à cause du nombre de morts dans leur rang, sans l'avertissement de Druss.

Vous pensez que vos éclaireurs ont déserté? Demanda t-il.
- On avait déjà perdu six hommes, maintenant on est plus que nous trois. Notre chef est mort de ses blessures au bout de trois jours, il a refusé de nous ralentir et il a pas mal souffert. Après une pause il ajouta. On est dans la merde.

Nalec et Druss s'éloignèrent en direction du chariot pour prendre des nouvelles de ses occupants. En marchant le chevalier dit tout bas.

Ils sont désespérés, ils vont s'enfuir. Druss acquiesça d'un grognement.

Le chariot n'était pas un vulgaire wagon à bestiaux, mais un véhicule de transport de très bonne facture, avec une portière sur le coté et des rideaux couleur bordeaux qui masquaient l'intérieur. La portière avait été défoncée par le blond. Nalec souleva le rideau devant lui. Aussitot une forte odeur de parfum assaillit son visage, en même temps qu'une vague d'air chaud. Il cligna des yeux une fois et écarquilla les yeux.

A l'intérieur du chariot se tenaient un groupe de femmes, vêtues étrangement, d'un assortiment complexe de robe, tissus et foulards. Elles avaient la peau d'ébène et portaient des quincailleries en or. Recroquevillées sur elles mêmes, elles semblaient terrifiées et sur le point d'hurler.


Sortez. Ordonna Nalec.

Puis sans attendre, il rabattit le rideau et se tourna vers la femme à terre que le blond avait extrait du véhicule. Nalec fit un signe à Druss pour l'aider à se relever. Mais quand le géant à la hache s'approcha de la jeune femme, celle ci poussa un cri de terreur, se releva et s'enfuit en courant.


Désolé Druss, t'inquiète pas c'est pas ta faute, tu as juste un peu de sang sur toi. Dit gentiment Nalec. Druss acquiesça de la tête.
J'ai toujours fais peur aux filles. Répondit-il sombrement.
Mais non,dit le chevalier, elle a faillit se faire violer ou tuer, elle a peur, laissons la revenir à sa manière.Puis il ajouta.Tu es un héros. Ce que tu as fais aujourd'hui, bien que cela soit très ressemblant à ton ancienne vie de mercenaire, est une noble action. Je suis sur que tu le ressens dans ton coeur, tu as sauvé des personnes innocentes aujourd'hui.

Ils attendirent ensuite patiemment que les femmes osent sortir. Le conducteur du chariot était mort. Les mercenaires fouillaient les poches des morts tandis que Nalec et Druss montaient la garde. Le chevalier emprunta une gourde qu'il lança à Druss.

Nettoie tout ce sang mon vieux.

Nalec était rassuré par la force de son compagnon, il lui semblait que tant qu'il était là, avec son énorme hache, le combat ne pouvait être perdu. Mais il aimait aussi se sentir supérieur à lui et lui donner des ordres.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Nalec et Druss   Jeu 19 Fév - 22:04

Nalec avançait parmi les corps, examinant les visages des hommes. Il nota également leurs armes et leurs armures, et d'un coup d'oeil jugea l'état du chariot. Il était solide et encore en état de rouler, mais avant de venir en aide à des inconnues étranges, il voulait un temps de reflexion seul. Le doute l'habitait toujours. Il savait qu'il était jeune et que derrière lui, se tenait un père exemplaire qu'il ne fallait pas décevoir. Un noble était jugé, chaque jour, par son peuple ou par ceux de son espèce, s'il perdait sa réputation, il perdait également son titre, il le savait depuis le plus jeune age.

Finalement une frêle jeune femme sortit prudemment du chariot. Elle frissonna en sentant le vent d'automne sur sa peau bronzée. Ne voyant que Nalec et Druss, elle tourna la tête vers le chevalier et l'interpella timidement.


S'il vous plait.
Bonjour, dit-il en s'avançant vers elle , je suis Nalec, Comte de Pilmaldur, et voici Druss. Elle inclina la tête, et on pouvait lire la peur dans son regard.
Que faites vous ici?
Nous avons entendu un combat et nous sommes venus vous aider. Les criminels qui vous attaquaient sont morts ou en fuite. Il prit une pause avant de poursuivre calmement. En tant que chevalier c'est mon role de défendre les voyageurs. Puis-je demander qui vous êtes?

Elle hésita un peu avant de répondre, elle regarda autour d'elle et ignora Nalec pendant un moment.

Où sont nos gardes? Demanda t-elle.
Les survivants sont de l'autre coté. Venez.

Il la conduisit, sans trop l'approcher, vers les trois mercenaires. Le blessé était assis et serrait contre lui un bandage ensanglanté, pendant que les autres faisaient les poches des amis et des ennemis tombés au combat.

Vous survivrez? Demanda Nalec avec autorité.
Oui, pour cette fois. Il souffrait encore et ne semblait pas enclin à remercier ses sauveurs. La jeune femme bronzée se tourna vers Nalec, s'inclina légèrement, et repartit d'un pas précipité vers l'intérieur du chariot sans dire un mot.
Le chevalier lança un regard interrogateur au mercenaire blessé.


Vous en occupez pas mon seigneur, elles sont étranges ces dames.
Qui est-ce?
Des femmes originaires du Sud, le vieil empire au delà de Kaedwen.
Où vont-elles?
Au nord.
Je connais bien cette région, j'en suis le Comte, il n'y a plus rien au Nord.
On pose pas de question, elle paie, on escorte, point final.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Nalec et Druss   Jeu 23 Avr - 16:30

Druss rejoignit Nalec et ils discutèrent à voix basse.

Qu'est ce qu'on fait maintenant? Demanda l'ancien mercenaire.
On va essayer de protéger ce convoi de femmes, on peut pas les laisser dans la nature. Répondit-il calmement.
Elles sont étranges, et les mercenaires ne vont pas vouloir continuer. Leur chef est blessé, il voudra partir.
Allons c'est ridicule, leur contrat n'est pas fini, ils doivent les escorter jusqu'à leur destination, pas partir à la première escarmouche.
On verra. Mais Druss n'était pas convaincu, il connaissait bien le coeur des hommes. Il savait que la vue des cadavres de ses anciens camarades donne souvent l'envie de fuir.

Ils rejoignirent les mercenaires survivants et s'organisèrent pour faire repartir le convoi. Ils enterrèrent les mercenaires tombés au combat et entassèrent ce qui avait de la valeur dans un grand coffre en bois. Les femmes ne sortirent pas du véhicule, mais on les entendait parler vivement entre elles. Nalec était curieux de connaitre leur destination et leur origine. Il s'adressa alors au chef des combattants.

Depuis combien de temps vous les accompagnez?
Eh bien monseigneur, l'histoire est longue. Au départ nous étions quatorze. Le chef de la compagnie était un grand nommé Pullo, un putain de gros guerrier. On s'est fait rattraper par les éclaireurs des sudistes.
Des éclaireurs? Comment ça, vous êtes poursuivis? L'interrompit le chevalier.
Ouais ouais, j'aurais du commencer par là. Ces femmes fuient un noble du sud, je ne sais pas qui et je m'en fou. Mais lui il a envoyé une petite troupe les poursuivre. Ils nous intercepté une fois. On a perdu sept gars et le chef était gravement blessé. Il a préféré que l'on parte sans lui. Toute façon il était condamné. Le mercenaire prit une pause. Comme si ça suffisait pas, vlà qu'on tombe sur une bande de paysans sans rien d'autre à foutre que nous planter leur pic dans le cul.
Vous vous dirigez vers où? Le blessé prit une grande inspiration, il semblait exaspéré.
Ca c'est encore une chose que j'ignore. Elles nous disent le Nord, mais on sait pas vraiment où. Au début j'ai pensé au chateau du Duc, mais on connait pas la région et on s'est paumé. Et elles n'en savent pas plus que nous.
Vos poursuivants sont où actuellement? Il haussa les épaules en regardant droit devant lui.
Aucun moyen de le savoir.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix


Dernière édition par Nalec le Ven 8 Mai - 23:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Nalec et Druss   Dim 26 Avr - 13:57

Tiliol replaça sa flèche dans son carquois d'un geste lent. Ses jambes la brulaient à force de rester immobile. Après avoir observer les deux guerriers, l'archère conclut qu'ils avaient de bonnes intentions. Mais avec des hommes porteurs de haches et d'épées, il fallait toujours se méfier. Quand l'or facile est à leur portée, les hommes forts ne font qu'hésiter. Et lorsqu'il s'agit de profiter de femmes sans défense, la trahison devient l'arme la plus courante.

L'une des femmes sortit la tête du chariot pour ordonner que l'on reprenne la marche. Tiliol entendit le chef des mercenaires, blessé, hurler une série d'injures grossières, et répéter à plusieurs reprises qu'il n'était pas un conducteur de chariot. Le guerrier en armure, que l'archère reconnut comme étant un noble, posa une main apaisante sur l'épaule du blessé et lui parla quelques instants. Finalement ce fut l'énorme guerrier à la hache qui reprit les rênes des boeufs, et le chariot se mit en branle. L'archère remit son arc sur son dos et avança plus loin sur la piste.

Le vacarme du combat l'avait alerté, ses sens aiguisés lui avaient permis d'entendre ce qu'aucun humain n'aurait pu percevoir. Mais elle était arrivée trop tard, le temps de distinguer amis et ennemis, le combat était déjà terminé. Les assaillants n'avaient pas d'armure, et ne portait que des armes de fortune. La garde du convoi s'en sortait bien mieux, mais les deux personnages les plus importants étaient le chevalier à l'épée blanche et le guerrier à la hache. Visiblement ils venaient eux aussi d'arriver sur les lieux. Ils avaient échangés des présentations et posés beaucoup de questions. Tiliol était trop loin pour les entendre, mais elle les avait observé depuis sa cachette, l'arc en main, prêt à abattre le premier qui toucherait à une femme.

Lorsque l'homme à l'épée blanche s'était approché du chariot, elle avait encoché une flèche, fixant la base de la nuque du guerrier. Savoir qu'elle pouvait mettre fin à cette menace d'un simple tir, alors que lui était capable de vaincre trois adversaires sans transpirer, lui procurait une satisfaction intense.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Nalec et Druss   Sam 26 Mar - 17:41

Les trois mercenaires reprirent les rênes du chariot, ils avaient détroussé les cadavres, ennemis comme amis, avant de mettre leur butin dans un sac prévu à cet effet, accroché au toit du chariot. Nalec et Druss avaient examiné les chevaux, avant de tirer les conclusions de cette rencontre.

Les femmes sont nobles, elles n'auraient pas eut un tel cortège autrement.
Leur cortège est quasiment fini. Il n'y a qu'un seul chariot, pour un nombre inconnu d'occupantes, et les gardes ne sont plus que trois.
On va les accompagner, et les escorter. Druss répondit avec un grognement. Quoi?
C'est pas nos histoires, ça va nous apporter des ennuis.
Oui, probablement. Répondit Nalec en acquiesçant.

Le reste de la journée se déroula sans encombre. Les deux guerriers suivaient facilement la lente voiture qui leur faisait face. Le paysage automnale n'était pas désagréable, mais très vite, les occupantes du chariot surpassèrent leurs peurs du combat et commencèrent à exiger divers attentions. L'une voulait du vin, l'autre une nouvelle robe, une dernière une coupelle de fruits exotiques. Le comte comprit assez vite qu'elles avaient beaucoup de bagages, et certainement beaucoup d'autres voitures, au début de leur voyage. Quand vint l'heure de bivouaquer, les femmes devinrent intolérables. Bien que Nalec ait l'habitude de donner aux ordres soldats, de ployer le genou face aux nobles de plus hauts lignages que lui, il ne savait pas s'y prendre avec les femmes nobles. Heureusement pour lui, il y avait Druss.

Sortez de là maintenant, chiennes galeuses, et si vous vous pressez pas, je viendrais moi même dans votre cocon puant pour vous arrachez les bras et vous battre avec le moignon !

L'effet fut rapide. L'une après l'autre, huit jeunes filles descendirent du véhicule, en rang. Elles étaient légèrement vêtues, à la manière du Sud, la peau d'une jolie couleur entre le cuivre et le brun, et des yeux brillants d'intelligence. Mais une neuvième femme descendit. Le visage aussi jeune que celle de ses compagnes, elle portait une magnifique robe dorée, fine et légère, d'allure royal, ainsi qu'un diadème d'argent dans ses cheveux noirs de jais. Nalec sentit en lui le désir impérieux de s'agenouiller, reconnaissant les parures d'une princesse de haut rang.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Nalec et Druss   Sam 26 Mar - 18:43

Madame, permettez que je me présente à vous, et que mon humble sang serve votre dynastie. Je suis Nalec, de cette contrée de Pilmaldur, dont mon père est le Comte.
Je me nomme Sofia Ad Veekham, seconde princesse de la principauté de Befalas, du Grand Empire.
Je vous souhaite la bienvenue dans notre contrée, acceptez vous mes services comme escorte? Demanda Nalec en faisant une révérence, main en avant, prêt à recevoir celle de la princesse pour le baisemain.

Sofia hésita quelques instants, accordant un regard à l'une de ses servantes.


Je l'accepte.Répondit-elle en faisant une révérence digne face à Nalec, et en courbant la tête en signe d’acquiescement. Le chevalier sourit.
Parfait, première chose, nous ne pouvons pas toutes vous servir, vos servantes vont devoir sortir pour...

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nalec et Druss   

Revenir en haut Aller en bas
 
Nalec et Druss
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Druss La Légende
» Le lion de Macédoine - David Gemmell
» Moi c'est Druss et Druss c'est moi!
» [Taverne tenue par Druss et Lagin] L'Antre des Nicbriqueux
» Nalec, Chevalier d'Arnor

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nalec :: RP :: Rp perso-
Sauter vers: