Nalec

Role play Nalec de Pilmaldur chef des Flammes du Phénix
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Voyage de retour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Voyage de retour   Jeu 26 Mar - 16:04

Le chemin s'etendait sous leurs pieds, sans interruption, ligne grise dans un paysage vert et brun. Les magistrats rentraient d'une campagne épuisante dans les terres du Crabe. Dans l'esprit du guerrier, il ne faisait aucun doute qu'aucun de leur périple ne pourrait être plus dangereux, et que leurs plus grands jours de gloire étaient derrière eux. Il y pensait avec un léger sourire aux lèvres. Ils escortaient le jeune Usagi, en direction de son domaine. Tout en dirigeant son cheval, le guerrier pensait avec empressement au cadeau de grande valeur qu'il avait conçu pour la championne de jade. Il savait que grace à lui, sa réputation allait considérablement augmenter auprès de Dame Isawa.

L'automne était proche, mais avec l'imposante armure Kaiu qu'il portait, Nalec avait chaud. Il etouffait même. Il sentait de l'humidité dans son dos, et la sueur lui piquait les paupières. Mais il respirait un air pur et rentrait victorieux au chateau, où l'attendait respect et admiration. La nuit tomba, ils installèrent leur campement. Avec Usagi et sa suite, le campement était beaucoup plus vaste que d'ordinaire, lorsqu'ils voyageaient à six. Le samourai répéta machinalement une prière pour les morts de sa vie, puis entreprit de nettoyer son armure. Devant lui, Utaku s'excerçait au sabre avant d'aller dormir. En temps normal, Nalec l'aurait surement fait également, mais ce soir il voulait se laisser aller au sommeil.

Le lendemain ils continuèrent leur voyage, aussi paisiblement que la veille. Usagi était de plus en plus joviale au fur et à mesure qu'ils approchaient du domaine, et ils parlaient avec empressement aux gens de sa suite de ses projets et des réunions qu'il projetait. Le sage Anagi se joignait souvent à lui, complétant ces idées par des anecdotes qu'il connaissait. Nalec aimait bien ce jeune noble, il était plein de bonnes intentions. Pendant qu'il observait avec bienveillance ses compagnons, ses yeux derivèrent, et son regard se posa sur Yogo Nyu. Elle ne portait pas son masque aujourd'hui. Elle le remarqua et lui adressa un clin d'oeil espiègle. Nalec remarqua qu'une fine mèche blanche refusait de disparaitre de sa chevelure, dû au sort d'Otomo. De tous, c'était surement elle qui avait le plus souffert dans l'Outremonde. Et Nalec la respectait pour celà.

Plus tard dans la journée, tandis qu'il observait la route, un léger malaise s'insinua dans l'esprit de Nalec. Ses sens d'éclaireurs lui semblaient plus excacerbés que d'ordinaire. Il ressentait le vent fouettant son visage, il entendait chaque henissement des chevaux, il remarqua le silence des arbres. Le chemin serpentait dans le creux d'un vallon, façonné par deux collines boisés. Le soir là, il ne parvint pas à rester calmement assis. Jusqu'à ce qu'il eut l'idée de sortir son sabre, et d'en admirer la fine rainure de cristal. Cette manie le prenait souvent. Il admirait encore et sans fin le fil de la lame, guettant avec impatience le moment où il deviendrait rouge. Il tourna la tête vers la gauche et vit Tamori qui l'observait.

Celui ci le salua d'un léger signe de la tête. Nalec commençait à bien connaitre le shugenja, et il lui faisait confiance. Il sentit le trouble dans le corps de cet homme. Haken Tamori le quitta des yeux et baissa la tête. Lentement, il retira le tissu de sa main, et examina avec minutie ce que le tissu voilait. Sentant qu'il avait été négligent dans sa discipline, Nalec entama sa méditation. Il médita sur les évènements passés, de ces dernières semaines, ces derniers mois, pour se souvenir de chaque parole et de chaque combat. C'est en méditation chaque soir de cette manière qu'il parvenait à conserver une mémoire infaillible. Finalement, la réponse à son sentiment lui vint aussi rapidement qu'un éclair dans le ciel. Si ils escortaient Usagi aujourd'hui, c'est parce que son père avait été assassiné...

Le lendemain, il prit la tête du convoi. Nul ne fit une remarque, il était toujours l'éclaireur Hiruma. Avant même que midi n'arrive, Nalec comprit la source de son trouble d'hier. La gestuel des animaux, le vent, l'absence d'oiseaux dans les arbre, le profil du terrain, autant de détails insignifiants, mais qui réunit formait un tout cohérent. Ils étaient observés. Il ne le savait pas, il le ressentait. Il tourna sur sa selle sans dire un mot, jusqu'à capter le regard de Yogo Nyu, au milieu des autres cavaliers. En le voyant, elle lui jeta un regard interrogateur en haussant les sourcils. Le guerrier répondit en faisant un signe de tête en direction des bois en haut de la colline au Nord. Yogo sourit. Nalec se repositionna sur sa selle et reprit son observation de la route.

Moins d'une minute plus tard, le faucon s'envola et survola les bois. Aucun oiseau ne s'enfuit à son arrivée, mais celà ne surprit pas Nalec. Le samourai ne prononça pas un mot de la journée. Il était concentré, passionné par les évènements à venir. Vers la fin de l'après midi, l'oiseau revint à la vue de tous. Yogo l'accueilla avec des paroles chaleureuses. Nalec l'observait, mais elle ne parlait pas, sinon à l'oiseau. Le samourai la regarda complimenter l'oiseau en lui caressant doucement les ailes. Elle le caressait avec trois doigts. Il se repositionna sur sa selle et chercha des yeux un lieu propice au campement.

Lorsque la nuit tomba, il s'évanouit du champ de vision des autres pendant qu'il préparait sa tente. La nuit perdura, calme, placide. L'obscurité offrant un voile complet, masquant tout ce qui pouvait arriver dans le monde extérieur. Nalec revint deux heures plus tard au camp. Son armure ne portait pas la moindre trace de sang, et son pas était lent et régulier. Il trouva tous les magistrats en cercle autour d'un feu, où une place l'attendait. Il s'assit parmi eux en silence.


Alors?Demanda Isawa Anagi.
L'un d'eux s'est enfuit, indemne.Répondit-il.
Nous aurons donc de la visite très bientot.Le crabe acquiesça.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
Nalec
Admin
avatar

Messages : 299
Date d'inscription : 18/08/2007

MessageSujet: Re: Voyage de retour   Sam 28 Mar - 18:49

Nalec contractait tous ses muscles pour rester parfaitement immobile. Les deux mains à terre, le corps le plus près du sol possible, il attendait, à l'affut du moindre bruit. Les gobelins marchaient devant lui en caquetant. Le cliquetis disparate de leur armure se rapprochait. Nalec se força à ne plus respirer. Il maudit une fois de plus son honneur qui l'obligeait à porter une armure lourde. Finalement la patrouille passa, sans le voir.

Le samourai se releva et étira ses muscles. Il partit vivement vers le lieu où il avait ordonné à ses troupes de l'attendre. Il fit son rapport aux autres. Celà lui faisait toujours un effet euphorique de rendre un rapport à des hommes de grade égal aux siens, lui qui, toute sa vie, avait du obéir avec humilité à ses officiers.


J'ai repéré trois Maho-Tsukai. Deux font une invocation ensemble. Autour d'eux les gobelins s'affairent avec empressement, ils sont nombreux, mais ils ont l'air de vouloir agrandir leur camp.

Matsu, stratège du clan du Lion, proposa une charge frontale. Il n'avait jamais proposé autre chose, et pourtant on l'avait présenté comme un stratège instruit. Nalec décida en son fort intérieur, que lui aussi deviendrait stratège plus tard. Il répartit les samourais du crabe sur deux lignes, quinze à sa gauche, et quinze à sa droite. Et sans plus de paroles inutiles, ils chargèrent. Il y avait quelque chose de vraiment serein dans l'absence de questionnement et de reflexion.

Ils pénétrèrent dans le camp en hurlant. Les gobelins, pris par surprise, se débandèrent et succombèrent face aux katanas brillants de leurs adversaires. Les magistrats arrivèrent à hauteur des Maho-tsukai. Les bushis, eux continuèrent leur progression encore plus loin, tandis que les gobelins, rassurés par leur nombre au milieu du camp, commençaient à riposter.

Nalec choisit d'affronter les deux Shugenjas jumelés, pressentant que leur magie serait plus forte à deux, il voulait vite interrompre leur sortilège. Mais il n'en eut pas le temps. Une brume, blanc comme un nuage, s'éleva et grossit tout autour d'eux. Un cri spectral leur glaça le sang. Lorsque la brume se dissipa, le samourai vit les deux ronins de l'araignée à terre, et la cause de leur mort s'avancer doucement devant lui. De nombreuses pattes tenaient en place un corps informe, surmonté d'une tête vaguement humanoide, d'où une très longue langue fourchue sortait en gesticulant.

La peur saisit le coeur de Nalec, qui fit un pas en arrière. Il regarda derrière lui. Haken Tamori et Isawa Anagi l'avaient suivi. Il ne pouvait espérer vaincre cet oni seul. Nalec observa la créature. Ce n'était pas un simple oni, celui-ci le dévisageait avec une haine féroce, et ses yeux brillaient d'intelligence. C'était un seigneur Oni. Une créature des pires légendes. Ils ne pouvaient vaincre cet adversaire, il le savait. Mais il ne pouvait pas non plus fuir, son sens du devoir l'en empêchait.

En cet instant, il repensa au maitre du dojo Hiruma, qui lui enseignait le Kenjutsu. Il le battait misérablement à chaque entrainement, malgré toutes les tentatives de Nalec pour s'améliorer, son maitre demeurait intouchable. Nalec avait depuis appris que lorsqu'un adversaire était plus fort que lui, il valait mieux attaquer et en finir, plutot que de rester sur la défensive.

Ils chargèrent l'Oni. D'une habile roulade, la créature contourna le guerrier et atteignit Haken avec sa langue dentelée. Celui ci répondit d'une frappe de jade, sans grand effet sur la créature. Nalec frappa de son katana et effectua immédiatement après une esquive, par précaution. Mais la bête s'acharna sur le shugenja en lui infligeant un coup de griffe qui le propulsa à terre et détruisit complètement son armure. Isiwa lança son sort favori, mais la bête encaissa sans broncher. Le mage changea de tactique et offrit à Nalec sa magie. Le guerrier frappa la créature, deux fois et esquiva le coup qu'elle porta avec sa langue. La langue, enduite de venin, atteignit Isawa en pleine poitrine. Nalec entendit clairement une cote se brisé.

Isawa lutta pendant de longues secondes, mais finalement tomba à terre, face contre le sol. Nalec profita que son ennemi ne lui prêtait aucune attention pour frapper à nouveau. Sa seule réaction fut un cri de colère. Elle approcha à pas lents vers Nalec, comme un félin prêt à bondir sa proie. Soudainement, un cri bestial résonna dans l'air. L'oni sembla perturbé, et se tourna vers la bête de l'ombre. Il poussa un cri de colère qui fit frissonner Nalec. Malgré quatre coups de Katana, son ennemi semblait indemne. Le samourai sut qu'il devrait offrir sa vie vaincre. Il sut qu'un héros n'était pas celui qui rentrait à la maison.

Il courut, le plus vite possible, tant que son ennemi avait la tête tournée. Oubliant sa garde, il réduisit la distance à moins d'un mètre, et il avança encore à pleine vitesse. Il fonçait sur l'Oni, et tant pis pour l'esquive ou la souillure. C'était la fin. Son katana se leva. Le bête, désemparé, tenta un dernier coup avec sa langue, mais qui rata sa cible dans la précipitation. Le katana de Nalec s'abattit sur le cou du Seigneur Oni, mettant fin à sa courte existence.

_________________
Nalec de Pilmaldur
Chef des Flammes du Phénix
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nalec.forumpersos.com
 
Voyage de retour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'île de Gorée
» Retour d'un long voyage...
» Les gens du voyage
» Retour aux bercailles [Qui veut]
» L'homme est de retour ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nalec :: RP :: Rp perso-
Sauter vers: